AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tonight is that I can love you ? [PV: Peter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orphée A. Highness
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 565
▌Fireflies : 33
▌Date d'inscription : 05/04/2012
▌Age : 23
▌Age du Personnage : 24 ans
▌Métier : Veterinaire
▌Force & Pouvoir : La persuasion et son charme destructeur
▌Faiblesses : Son reflet et la peur de redevenir le monstre qu'elle était.
▌Playlist : 3 Doors Down * Adèle * Billy Talent * Dirty Vegas * Nickelback * Oasis * Placebo * Red Hot * Simple Plan * Sum 41 * The All American Reject * The Fratellis * The Kooks * The Metro * The Pigeon Detectives * Tracy Chapman * Tryo * America * Amy Winehouse * Cobra Starship * Franz Ferdinand * Lil Wayne * Understones *...
▌Citation : Je n'ai jamais cherché à être connu, j'ai seulement cherché à être bien. Ray Charles



Feuille de personnage
CopyRight: Isis
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Tonight is that I can love you ? [PV: Peter]   Mar 17 Avr - 23:32

    Comme le temps peut paraître bien long quand aucune des âmes qui vivent ne vous prête attention. Je me baladais, le cœur léger et voilà qu’un de ces anciens pourris venait me courtiser. Il n’y avait vraiment aucune pitié dans ce monde… Et aucune honte dans son regard, juste cette vanité que je lui avais toujours connue et qui m’avait tant plus auparavant… Elias Smith. Et dire que j’avais aimé ce mec, oh oui c’était il y a bien longtemps, enfin j’en avais l’impression. En tout cas c’était avant l’accident, avant que je sois défigurée, avant que je devienne ce monstre de foire. Et pendant tout ce temps, toute cette descente en enfer, il n’avait été qu’un être infâme, prenant un malin plaisir à me torturer psychologiquement et à me rappeler la beauté que je n’étais plus. Comme j’avais pue le haïr et souhaiter sa mort !! Je le haïssais toujours d’ailleurs et cette étrange petite flamme en moi semblait également brûler de… De quoi d’ailleurs ? Il me semblait être incapable de le dire… Le fait qu’il ait pu s’approcher de moi de la sorte, poser sa main sur mon bras, me regarder avec ce regard désireux me révoltait, me dégoûtais même. Jamais il n’aurait refait cela dans d’autres circonstances, je ne voulais plus jamais qu’il le refasse. Quelque chose de malencontreux pourrait se produire, sans savoir quoi exactement je le savais. Heureusement j’avais pu m’échapper sans difficulté. Cette persuasion naturelle dont j’usais depuis quelque temps maintenant me plaisait fortement.

    J’avais eu besoin de temps, et malgré ce que tout le monde semblait penser, cette beauté retrouvée était autant un don qu’une malédiction. Je ne comprenais plus rien. Tout ce monde qui avait été noir et cruel, qui avait souhaité tant de mal, qui avait détruit. Ce puits de noirceur semblait de nouveau s’agenouiller à mes pieds. Je ne voulais plus, je n’étais plus cette horrible reine malsaine et prétentieuse. J’étais juste moi. Et je n’aimais que ma solitude. Ma solitude et Peter. Le reste n’avait pas d’importance. Ou presque pas. Il fallait que je garde cette stabilité. Mais comment… Il me semblait connaître plus de monde tous les jours, alors que je parlais très peu, il me semblait m’extérioriser alors que rien ne sortait de moi, jamais ! Et Peter. Un paradoxe à lui tout seul.

    J’allais lui rendre visite tout a l’heure. J’anticipais, comme toujours. Mais j’avais hâte aussi. Nos soirées pouvaient être tout bonnement magnifique, j’adorais quand nous étions sur la même longueur d’onde, quand nous étions en parfaite harmonie. Certes d’autres fois nous pouvions également être cataclysmiques mais j’avoue que je ne voulais pas vraiment y penser pour le moment. Je rêvais d’un moment calme, reposant, vivifiant à ses côtés, exactement comme avant ! Quand tout était si simple quand mon image horrifiait, quand le moindre souffle semblait être une injure crié au monde, quand tous je les repoussais. Sauf lui. Lui, son frère moi. Cette pensée me rongeait de l’intérieur depuis presque 1 an maintenant. Comment avait-il pu ? Personne ne savait répondre, personne n’essayait de répondre. Il avait été là, et puis c’est tout. Il était toujours là. Et moi, j’avais cette irrépressible envie, de m’envoler, de courir jusqu’à n’en plus finir, de m’enfuir. Et de ne plus revenir. Mais il y avait cet hameçon dans mon cœur. Dès que je m’éloignais un peu trop, il y avait cette emprise, à me tordre de douleur… Oui, je l’aimais et après tout ce qu’il avait fait, ce qu’il avait enduré, comment aurais-je pu le quitter ? Etais-je comme ces monstres sans foi ni loi qui abandonnent leur sauveur après leur avoir tout prit ? Non, je n’étais plus cette fille ! Je suis Orphée ! Je suis Orphée. Je suis Orphée … Pourquoi avais-je tant de mal à me persuader. J’avais envie de dire autre chose, il me semblait que mon corps voulait crier autre chose, un autre prénom. Mais quel prénom. Je suis Ap… Mes yeux se ferment doucement, cette berceuse dans mes oreilles, une douce léthargie… Je suis Aprodi… Je sursautais. Ce bruit, je tentais de percevoir ce qui m’avait sortie de ma… Transe. Une moto, cette pétarade n’avait été que le fruit d’une moto. Qu’étais-je entrain de dire ? Impossible de m’en rappeler évidemment !!

    Le paysage avait changé sous mes pas, petit à petit la ville avait laissé place à la mer, qui m’avait conduit près du jardin botanique et voilà que maintenant je me dirigeais tout doucement vers la ville qui reprenait ses droits devant moi. Salvation était une ville pleine de surprise, elle regorgeait d’endroit magique et surprenant. Certes il y avait des côtés dangereux et à éviter mais toutes lumières à son côté sombre. Je ne connaissais pas celui, enfin il me semble.
    Les bâtisses grandissaient à vue d’œil devant moi et je m’enfonçai doucement dans l’univers feutré et électrisant du quartier d’affaire. Je ne sais pas vraiment si c’était le quartier ou autre chose mais je me sentais moi-même électrisé. J’approchais de l’appartement de Peter et mon estomac se nouait au fur et à mesure que mes pas me rapprochaient de lui. J’avais peur, j’avais tellement envie que tout aille bien, tellement envie que nous nous comprenions. J’envisageais toutes les possibilités dans ma tête en espérant qu’aucune ne se réaliseraient. Souhaitant ne pas me morfondre avec des idées noires, j’avançai d’un pas décidé vers une soirée pleine de rebondissement.

_________________

Orphée Aphrodite Highness
N'acceptez aucun compromis.Vous etes tout ce que vous avez.



Avoir un secret. Et que tout le monde sache que je suis une nymphomane What a Face

Revenir en haut Aller en bas
 

Tonight is that I can love you ? [PV: Peter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Salvation City Center
-