AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blame it [Pv Jay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lukas A. Petrova
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 129
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 09/07/2012
▌Age : 27
▌Age du Personnage : 22 ans
▌Métier : Travail à la Bibliothèque
▌Force & Pouvoir : Technopathe
▌Faiblesses : Mon passé et ce qui en découle.
▌Playlist : AC/DC Shoot to Thrill
▌Citation : Conscience and cowardice are really the same things. OW



Feuille de personnage
CopyRight: nevermore
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Blame it [Pv Jay]   Mer 11 Juil - 20:19

Être invisible aux yeux des autres, disparaître et être le plus discret possible. Je n'assumais pas celui que j'étais, j'avais peur de moi, peur de ce que je pouvais faire lorsque j'avais peur. J'avais passé six ans dans une chambre froide avec pour seul compagnie la camisole qui m'empêcher de vivre. Quand vous passez l'adolescence derrière dans une prison de déments, vous ne développez pas vraiment ce que la société attends de vous. Non, au contraire, vous essayez de n'être plus d'une ombre insignifiante pour que personne ne pointe le doigt sur votre personne, pour que personne ne découvre votre secret. Celui que vous n'êtes pas stable, celui que vous êtes faible, misérable.

Alors en toute logique, celui qui se cache derrière une capuche, qui n'échange avec d'autre que par nécessité et souvent radié, isolé et rare furent les personnes qui vinrent m'affronter pour me découvrir. De temps en temps une vieille dame me demander de lui faire la lecture du journal lorsqu'elle passait à la bibliothèque, et elle se plaisait à dire que je méritais plus que ce que je me permettais, mais c'était tous. Les gens ne venaient jamais vers moi pour la simple raison que je n'étais pas engageant.

Pourtant un soir, alors que je venais de finir l'inventaire de la bibliothèque, je fus abordé par une jeune femme particulièrement éméché en pleine rue. Fuyant dans un premier temps la confrontation, elle me saisit le bras avant d'enchainer des phrases sans sens. Mignon ? Je ne croyais pas, j'étais banale, invisible. Lui conseillant alors de retrouver son lit, je repris ma rue, en vain. Elle continua et je finis par lui dire clairement que je ne souhaitais pas lui parler ni rester une seconde de plus en sa compagnie. Me congédiant seul, je repris ma route dans une foulé active avant de retrouver mon appartement. J'en venais à craindre pour la jeune femme, peut-être avait-elle eut une mauvaise nouvelle et donc, avait cherché à noyer sa peine dans l'alcool, peut-être qu'en la laissant, j'avais risqué sa vie et son intégrité. Cessant donc d'y penser je repris ma vie avec le même détachement qu'avant.

Les jours passèrent, se ressemblant les uns les autres, pourtant un événement imprévus vint briser ma routine. En effet la jeune femme que j'avais fuis une semaine plutôt se trouver à quelques mètres de moi, visiblement occupé à vendre des toiles. J'avais donc eut raison de ne pas m'inquiéter, elle n'avait rien eut.

Alors que j'allais la dépasser, elle m'interpella afin d'essayer de me vendre ses toiles. À croire que c'était une habitude chez elle d'interpeller les inconnus. Elle ne semblait pas ne reconnaître et encore heureux, je préférais oublier un scandale qui attiré trop de regard sur moi. Baissant les yeux lorsque je croisais les siens, je lui soufflais.

« Je suis désolé, mais je ne suis pas intéressé. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
P. Jaymia Hemingway
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 34
▌Fireflies : 12
▌Date d'inscription : 15/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 19 ans
▌Métier : Peintre
▌Force & Pouvoir : Sa tenacité et son sens de la manipulation restent sa force première/Insuffle une sensation de brûlure aux autres, cependant, cela n'est pas une brûlure physique, ce n'est qu'une illusion mentale.
▌Faiblesses : Son optimisme ne lui permet pas d'avoir une vision claire des choses, de plus, son alcoolisme n'arrange rien au manque de clarté dans son esprit.
▌Playlist : QUEEN fat bottomed girls † CAT STEVENS wild world † BIRDY skinny love † ED SHEERAN the A team † FLORENCE & THE MACHINE dog days are over † CHICAGO cell block tango † THE BRAVERY believe † MY CHEMICAL ROMANCE sing † WHITNEY HOUSTON how will I know † ELECTRIC GUEST this head I hold † SKIP THE USE ghost
▌Citation : " Puisque parmi les nombreux mérites de Bacchus on place avec raison au premier rang le fait qu'il nettoie les soucis de l'âme, même si c'est pour peu de temps (car dès qu'on a cuvé sa piquette, les chagrins reviennent à bride abattue, comme on dit), ma bienfaisance est à la fois plus large et plus efficace, moi qui remplis l'esprit d'une ivresse sans fin, de joies, de délices, d'allégresse, sans qu'il n'en coûte rien. [...] C'est moi l'unique, la Folie, qui entoure ma bienfaisance aussitôt agissante tous les hommes à égalité. " ÉRASME



Feuille de personnage
CopyRight: bazzart&tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: Blame it [Pv Jay]   Dim 15 Juil - 11:58

Be careful they say don't wish life away


Gagner pour vivre. C’était la chose la plus difficile au monde. Gagner de l’argent lorsque notre travail était si instable. Il est vrai que Jaymia n’a jamais choisi la voie la plus facile afin de gagner de l’argent. Quel métier aussi instable que celui de vendre des toiles ? Si vous demandiez à la jeune femme pourquoi elle avait choisi ce métier, elle vous répondrait des choses banales et inutiles tel que « C’est marrant » ou « Vivre de son art, c’est tellement vivifiant ». Sauf qu’en réalité, c’était parce qu’elle ne savait faire que cela. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire lorsque sa mère l’a mise à la porte lorsqu’elle n’était encore qu’une adolescente. Tantôt elle avait trouvé un job de serveuse, cependant, son patron n’appréciait pas le fait que Jaymia vienne au travail ivre. Fut un temps, elle avait été strip teaseuse, mais elle avait très vite arrêté lorsque son patron a commencé à lui faire des avances.

Enfin, elle avait l'habitude de peindre depuis toute petite, depuis ses cinq ans environ. Mais ce n'était pas des dessins que faisaient habituellement les enfants. Elle n'a jamais de dessiner de papa et de maman se tenant la main, ni de balançoire, ni de maison et encore moins de soleil. En effet, ses dessins ont toujours été sombres. Depuis le début, on apercevait des flammes, on percevait la souffrance dans les tableaux, des personnes calcinées. Une vision dont on ne s'attend pas à voir d'une petite fille de cinq ans.

Aujourd'hui, ses tableaux n'étaient pas si différents. Certes, ils étaient beaucoup mieux dessinés, il y avait beaucoup plus de détails. Cependant, ils devenaient de plus en plus sombres. Ces derniers mêlaient la souffrance, l'addiction aux substances illicites, il y avait toujours ce détail du feu qui était toujours placé quelque part. Soit par un incendie dans le fond ou par des détails pourpres qui faisaient penser au sang. Ce qui inquiétait Jaymia était qu'elle ne se souvenait jamais avoir peint ses œuvres. Elle avait des absences et celles-ci étaient de plus en plus nombreuses et longues au fur et à mesure que le temps s'écoule. La jeune fille mettait ça sur le compte de l'alcool, avec des trous noirs. Elle reprenait conscience avec des énormes maux de tête. La jeune femme se contentait de dire que c'était simplement la gueule de bois.

Ce matin, Jaymia s’est encore levée avec cet horrible mal de crâne. Cependant, on avait beau lui répéter qu’elle se tuait à petit feu en buvant, elle ne pouvait s’empêcher de replonger à chaque fois. Elle avait les mains qui tremblaient, le cœur qui battait la chamade et des sueurs froides, sa respiration était saccadée. La jeune femme tituba jusqu’à la cuisine en se retenant au buffet pour ensuite se baisser et ouvrir le placard où elle sortit une bouteille de Whisky. Le liquide jaunâtre lui brûla la gorge, elle sentait presque le chemin que ce dernier faisait dans son corps. Après quelque lampée, la sensation de manque passait. En effet, Jaymia était complètement dépendante de l’alcool, au départ, ce n’était rien de bien méchant, elle voulait simplement oublier qu’elle était seule, que sa mère ne souhaitait plus la voir. Plus le temps passait, moins elle pouvait s’arrêter de boire. Ses amis tentaient de l’aider, cependant, Jaymia ne s’avouait même pas alcoolique. Elle détestait qu’on l’aide, elle se sentait faible à ce moment-là.

La matinée passa très vite, à vrai dire, lorsqu'on se lève à onze heures, cette dernière est très rapide en effet. Cependant, dans les environs d'une heure, Jaymia était à la recherche d'alcool. Elle ne trouvait plus rien. Elle fouilla dans les placards, rien. Sa chambre, rien. Elle commençait à haleter. Il fallait qu'elle aille s'acheter une bouteille. En fouillant dans ses affaires, elle ne trouva pas même un centime. Elle n'avait pas assez d'argent pour cela. Elle allait mourir, elle en avait l'impression en tout cas. Il n'y avait qu'une solution. Elle jeta un œil aux toiles qu'elle venait de peindre, elle allait devoir les vendre.

La place de Salvation était l'endroit où Jaymia avait l'habitude de vendre ses tableaux. Ainsi, elle déposa ses oeuvres sur quelques chevalets, hurlant le prix de ces derniers, abordant des personnes susceptibles de lui acheter ses oeuvres. Elle tentait tant bien que mal de se montrer souriante, cependant, ses mains étaient tremblantes. Elle souffrait du manque, il lui fallait de l'argent et une bouteille, et vite. Elle héla un passant « Bonjour ! Je vous présente mes tableaux, tout est fait maison et je vous fais un prix d'ami si vous le désirez. Regardez ce modèle, je l'ai fait ce matin, rien de tel pour décorer votre appartement ». Lorsque Jaymia lui parlait, ce dernier baissa les yeux. Elle trouvait ce comportement blessant, comme s'il était gêné par quelque chose. Il dit simplement qu'il n'était pas intéressé, pourtant, la jeune femme chercha son regard « Vous savez, ce n'est pas très poli de ne pas regarder les gens dans les yeux, même si vous n'êtes pas intéressé ».


sweet.lips

_________________

Your mind is in disturbia
« Throw on your break lights we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice. Watch out, you might just go under. Better think twice, your train of thought will be altered. So if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. It's like the darkness is the ligh. - RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Lukas A. Petrova
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 129
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 09/07/2012
▌Age : 27
▌Age du Personnage : 22 ans
▌Métier : Travail à la Bibliothèque
▌Force & Pouvoir : Technopathe
▌Faiblesses : Mon passé et ce qui en découle.
▌Playlist : AC/DC Shoot to Thrill
▌Citation : Conscience and cowardice are really the same things. OW



Feuille de personnage
CopyRight: nevermore
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: Blame it [Pv Jay]   Dim 15 Juil - 12:57

Elle n'allait pas me lâcher comme la dernière fois. Et ne voulant pas attirer les regards, j'allais devoir réfléchir quant à comment faire pour la faire se désintéresser de moi sans provoquer d'esclandre. Après tous, c'était assez inconvenant de ma part que de faire étalage de ses habitudes sur la place publique. Pourtant, lorsqu'elle m'informa de son ressenti face à mon regard fuyant, je ne pus m'empêcher de penser que la situation était bien comique. N'étais-ce pas elle qui une semaine plus tôt avait fait preuve d'impolitesse en me tenant des propos quelques peu crue ?

Refusant de lever les yeux, je me contentais de regarder le sol ou les gens qui passait. Espérant silencieusement que l'un d'en eux ai un coup de foudre et décide de lui acheter une toile. Mais non, personne.

« Je ne voulais pas sembler impolie, mais... Je pense que votre mémoire doit vous faire défauts. »

Me pinçant les lèvres, je repris d'une voix plus faible, comme si je parlais sur le ton de la confidence.

« Je ne suis pas intéressé, je suis désolé, ce n'est pas contre vous. »

Mon regard tomba malgré lui sur ses mains tremblante. Était-elle épuisé ou étais-ce la les affres d'une addiction dont j'avais eu un aperçu ? Je ne pourrais dire car je n'étais pas le mieux placer pour parler des addictions des autres. Après tout, j'étais psychologiquement aussi détruit qu'eux, voir plus.

Je voulais disparaître, la maintenant tant j'avais l'impression que les regards convergé vers nous. C'était sans doute idiot, voir complétement stupide, mais j'avais envie de n'être plus qu'une ombre sur le sol. Cette situation me stressait, non elle me faisait paniquer. Et je ne devais pas. Je devenais un monstre sous la peur, un monstre incapable d'agir en humain. Pourquoi les choses étaient-elles si difficiles ? Pourquoi je ne pouvais pas mourir simplement ? Disparaître définitivement de ce monde. Étais-ce si difficile que d'être entendu ?

J'avais l'impression de mal agir en refusant de croiser son regard. Pourtant ce n'était pas personnel, il n'y avait rien contre elle, juste qu'elle m'avait laissé un souvenir peu avenant et qu'aujourd'hui, je passais pour le plus impolie des deux... le monde à l'envers.

En fait, j'avais l'impression de ne pas être humain, de ne pas mériter ma place parmi les mortelles. Je n'arrivais plus à comprendre les gens de cette société, je n'arrivais plus à être conforme à leurs idée. Je voulais rentrer chez moi, et ne plus en sortir jusqu'à ce que mon âme soit libéré de ce corps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Blame it [Pv Jay]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blame it [Pv Jay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)
» Qui a nommé Bill Clinton Co president de la CIRH?
» Haitian-Americans urge halt to deportations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Salvation City Center
-