AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soul William Abraham
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 90
▌Fireflies : 212
▌Date d'inscription : 15/04/2012
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 22ans depuis 400ans
▌Métier : La chasse contre les créatures de son espèce, les démons et autres sorciers maléfiques lui occupe tout son temps.
▌Force & Pouvoir : Autrefois on l'appelait "William, le sanguinaire". Cela veut tout dire n'est ce pas ? Merveilleusement doué au combat, il serait capable de défier n'importe qui.
▌Faiblesses : Son âme d'humain l'affaiblit, l'assaille de remords et de craintes, ne le laissant jamais en paix.
▌Playlist : Pink Floyd, Iron maiden, Nirvana, The who, The guess who, AC/DC, Saez, Téléphone, louis Bertignac, The clash, EMF, Et j'en passe.
▌Citation : Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme.



Feuille de personnage
CopyRight: Tear's Graph
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 9:36

Le dernier rayon de soleil s’engouffre par ma fenêtre, et se pose sur mon visage. Je sens la chaleur de ce dernier réchauffer ma peau glacée. Peau un peu plus chaude. C’est agréable de pouvoir contempler un coucher de soleil sans prendre le risque de brûler. De sentir sa chaleur contre notre peau sans brûler. C’est un des avantages qu’on certaines de ces abominables créature que sont les vampires du virus. Mais ils sont cependant moins fort, moins rapides et surtout moins vieux que la plus part de mes congénères. Mais ils sont aussi plus nombreux. Si je ne brûle pas en contemplant ce couché de soleil c’est simplement parce que chacune des fenêtres qui constitue mon appartement est une vitre anti ultra violet. Les infra rouges transportant la chaleur ne sont donc pas bloqué et je peux profiter de la chaleur réconfortante provenant de l’astre qui culmine au centre de notre univers.

C’est une journée particulière aujourd’hui, ou plutôt une soirée particulière. En effet j’ai invité mon meilleur et seul ami Akkarin à passer me voir. Akkarin est un vampire ancien un peu plus jeune que moi que j’avais pour intention de tuer. Seulement les choses ne ce sont pas exactement passé comme ça. En effet je lui ai ordonné de ne plus tuer d’humain pour ce nourrir, et à ma grande surprise ce dernier à coopérer. Nous avons même partagé un verre ensemble et il s’est avéré être beaucoup plus sympathique et cultivé que je ne l’aurais imaginé. Il a même accepté d’écrire un livre sur la vie de William le sanguinaire pour que chaque chose soit remis à sa place.

Mais ce n’est pas la seule chose qui rend cette nuit plus belle, non, ce soir la femme que j’aime depuis plusieurs siècles maintenant, celle qui a envouté mon cœur doit passer me voir également. En effet Grace, vampire ancien elle aussi va passer me rendre visite. Nous nous sommes retrouvé il y a peu. Grace qui voulait d’abord me tuer à accepter de croire en mon amour sincère cette fois. Alors que William l’avait lâchement abandonné un siècle plus tôt après 2 siècles de vie commune. Pourquoi l’avait-il lâchement abandonné ? Simplement parce qu’il ne parvenait pas à gérer et à comprendre ce sentiment que l’on nomme l’amour. Il avait donc préféré fuir ce qu’il ne comprenait pas, plutôt que d’y faire face. Et c’est un demi-siècle après qu’il a recouvré, que j’ai recouvré mon âme et que je suis devenu Soul William Abraham, l’un des plus redoutés et des plus anciens vampires de ce monde. Maintenant que j’ai retrouvé mon âme et mes émotions humaine je suis en mesure de comprendre ce qui m’est arrivé lors de ma rencontre avec Grace, et pourquoi William à préféré fuir ces sentiments.

Mais moi à présent je les assume pleinement et il me rendre heureux. Lors de notre dernière rencontre Grace et moi avons échangé des baisers langoureux et parfois fougueux. Mais elle m’a bien fait comprendre qu’elle ne voulait pas allez trop vite car elle a peur de souffrir de nouveau par ma faute. Je dois dire que je la comprends, je m’en veux tellement de lui avoir fait tellement de mal même si à l’époque je n’étais pas tellement responsable de mes actes. Il s’agit maintenant de les assumer, et d’assumer le mal qu’a fait William comme j’ai réussi à assumer ses crimes. Cela dit je ne sais pas trop ou nous en sommes, mais il est évident que mon appartement deviendra celui de Grace dès qu’elle le souhaitera, même si elle décide que nous devons faire chambre à part, il y a assez de chambre.
Mais ce n’est pas tout, je vais aussi devoir lui avouer ma nouvelle condition de vie, ma traque des vampires s’en prenant aux humains, ma répulsion de boire du sang humain, mon intention de rejoindre les chasseurs pour éradiquer les créatures du mal. Par créature du mal je pense surtout aux démons. Les vampires ne sont pas maléfique pour moi, il tue pour ce nourrir. Je ne tue d’ailleurs que ceux qui s’en prennent aux humains pour le plaisir. Je ne tue pas ce qui ne tue qu’en cas de nécessité. Seulement Grace a été forgé à l’image de son créateur, William, il va donc falloir que j’arrive à la persuader que tuer pour le plaisir n’est pas un mode de vie convenable.

Cependant même si je n’y parviens pas, il est hors de question qu’on s’en prenne à elle. Chasseur ou non je la défendrais corps et âmes. Personne ne touchera jamais un cheveux de ma bien aimée.

Quand on parle du loup d’ailleurs, la voilà qui arrive, je sens son odeur. Je me demande comment elle va réagir. Elle est devant ma fenêtre je viens lui ouvrir et nous échangeons (ici je te laisse le choix du baiser ou non) pour nous saluer. Je l’emmène ensuite avec moi afin de lui faire visiter les lieux ? Je lui montre toutes les pièces même celle caché à l’intérieur de la bibliothèque. Quand nous revenons enfin à la pièce principale, Akkarin est devant la fenêtre et je viens donc lui ouvrir et le salut dans une accolade chaleureuse. Je me retourne vers Grace et je lui dit alors :

« Akkarin je te présente Grace, l’amour de ma vie dont je t’ai tant parlé, mon amour je te présente mon meilleur, et mon seul ami, Akkarin. »

Les deux personnes qui comptaient le plus pour moi était à présent réuni dans une même pièce, je les invitais à s’installer, et leur demandais ce qu’il voulait boire. Nous avions toute la nuit pour discuter, c’est pourquoi je comptais m’éclipser quelques instants afin de les laisser faire un peu connaissance avant de revenir pour parler à Grace de ce sujet si important qui est ma nouvelle condition alimentaire et mes objectifs de vie.

_________________
Pour un esprit équilibré la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Grace Windsor
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 25
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 11/08/2012
▌Age : 25
▌Age du Personnage : 325 ans - 26 ans {apparence}
▌Métier : Avocate
▌Force & Pouvoir : Sadisme inné + Illustre au combat ; Rapidité d'un félin et discrétion d'un caméléon.
▌Faiblesses : Soul, sa présence, ses sentiments envers lui.
▌Playlist : Hysteria † Muse ; The Kill † 30 Seconds to Mars ; Comatose † Skillet ; One Last Thrill † Slash ; You're a Lie † Slash ; Beautiful Dangerous † Slash ft Fergie ; Breathe into Me † Red ; Call me when you're Sober † Evanescence ; Imaginary † Evanescence; Memories † Within Temptation ; Somewhere † Within Temptation ; Bring me to Life † Evanescence ; Shattered † Trading Yesterday ; The Diary of Jane † Breaking Benjamin ; Give you Hell † The All American Rejects ; Pain † Three Days Grace ; Guardians at the Gate † Audiomachine Dubstep Remix ; Hymn for the Missing † Red ; Kraddy † Android Porn ;
▌Citation : Taste me ; Drink my Soul.



Feuille de personnage
CopyRight: Delicious Coconut
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 12:03

    I l était une fois, dans un appartement entretenue à la perfection, vide de quelconque vie humaine, une jeune femme éternelle qui n'avait que faire de son horloge interne tatoué sur son bras. Bien qu'il soit relativement tôt, les doux reflets du soleil couchant commençaient déjà à s'émerveiller contre les vitres –filtrant les UV- ; et à tâter mon corps endormis, avec lui, une légère brise l'accompagnait. C'est tout en douceur, que je me réveille et émit un petit bâillement. Non pas comme une brute l'aurait fait, mais plutôt comme un ange ayant dormi pendant des siècles. J’ouvris difficilement les yeux avant d'apercevoir Aidan sur le canapé, en train de l'observer. Instinctivement, je recule contre le mur en lui adressant un sourire pour m'excuser. Quelle est la raison de ce stress ? Aujourd'hui était un grand jour, je devais me rendre chez Soul, mon amour perdu pendant près d’un siècle. Seulement vous vous en doutez bien que tout soit différent dans mon monde, je ressentais l’excitation d’une jeune femme face à l’être aimé avec tant de juvénilité. Une jeune femme normale, ne se réveillerait pas devant son amant de démon, ou encore ne s'enfuirait pas de chez elle car sa présence omniprésente m’étouffe, pour sortir et ne pas rentrer pendant plusieurs jours ... Oui, aujourd'hui, j’avais décidé d'enfreindre les lois qui régissaient mon cœur, un sentiment d'excitation me submerge. Plongé dans mes pensées, je ne remarquais pas le regard lourd de curiosité que mon amant me jetait. Après plusieurs, raclement de gorge, minutes écoulés et mains secoués devant mon visage, je sors avec sursaut de mes songes. A me comporter ainsi, j’allais vraiment me trahir à force d'être aussi peu concentré sur ce que je fais, or ça n'arrive jamais. Et je ne voulais pas qu’Aidan entre dans une colère noire en apprenant que Soul était à nouveau de retour dans ma vie. ; Je n’étais pas encore prête à une confrontation entre les deux hommes qui ont partagé ma vie.

    D'un pas lent dû à la fatigue mais d'une grâce incontestée, je me dirige vers la salle de bain. J’étais beaucoup trop énervée pour prendre un bain, c'est pourquoi, je me dirige vers la douche après m'être déshabillé. Je vous passe les détails. Après tout, c'est intime. Quand je sors, une vapeur m'accompagnait et des gouttes d'eau coulaient encore sur ma peau brûlante qui scintillait à la lumière, je me maquille légèrement les yeux, mieux vaut ne pas rajouter autres choses, cela aurait fait beaucoup trop suspect. Quand, je sors de la salle de bain, je traverse ma chambre en quelques minutes pour arriver dans le couloir vêtue d’une magnifique robe courte noire en satin (image), je pose délicatement ma main sur le mur blanc immaculé et traverse d'un pas incertains le couloir. Arrivé dans la cuisine, comme d'habitude, le dîner était prêt. Je n’avais plus qu'à m'installer. Je n’avais pas faim aujourd'hui, de plus les vampires ne trouvent aucuns nutriments assez bourratifs dans la nourriture comme dans le sang humain ! Je n’aurais pas touché mon assiette remplis de cette nourriture infecte, s'il n'y avait pas eu ces regards indécents de la part d’Aidan qui pensait que me nourrir légèrement avant ma chasse de fin de semaine ; il me connaissait bien et c'était bien la première fois qu'il me voyait aussi restreinte. C'est pour cette raison, que je grignotais un peu, attendant qu’il s'en aille et retourne à ses tâches respectives.

    Aussi, en ce soir somptueusement glacial et sombre, je revêtis mon plus beau manteau à capuche. Je n'en pouvais plus d'attendre, il fallait que je vois Soul, que je l’embrasse, que je plonge mon regard dans le sien, si chocolaté. Car en ce soir là, je retrouverai certainement mon visage d'antan. Pour m'en donner l'illusion, j’avais donc porté mon plus beau manteau, le mien, celui qui m’allait le mieux. Ma toge semblable à celle d’une faucheuse, notant au passage qu’il me manquait plus que sa faux pour y croire que j’en étais une. J’avais mis mon capuchon, fière comme une gosse déguisée. Et je me frayais un chemin entre les portes, les rues, en faisant résonner mes pas. Sinistre, tremblez.

    Je trouve dans mon délire une porte close, différente des autres portes closes. Pourquoi celle-ci, particulièrement ? Composé du même bois, coloré de la même façon, avec les mêmes charnières, la même poignée, elle choisit celle ci plus qu'une autre. Je me trouvais devant la fenêtre de Soul, à laquelle je n’eus aucun mal à grimper avec habilité le long de l’immeuble, jusqu’au dernier étage. Mon cœur s’emballe. Une main à son creux, je lui supplie de se calmer, en respirant avec calme. Mais il semble ne pas vouloir m’écouter, et bat à s’en rompre. Alors que je tape doucement à la fenêtre, Soul apparaît devant comme un prince en quête du bonheur ; et là, je panique. Alors que je n’avais qu’une envie, c’était de l’embrasser, l’intimidation fut au rendez-vous. Une bise, une vulgaire bise que je lui offre. Je me sentais minable, alors que je m’emballais depuis mon réveil, voila que je me dégonflais. C’est avec douceur que je laisse retomber mon capuchon, dévoilant ma chevelure d’un noir de jais. Je secoue légèrement la tête en soupirant, balayant la pièce des yeux. Plus que spacieux, Soul me fait une visité guidé de son humble demeure. Je souris avec ironie à l’état des lieux, et je pense qu’il serait aussi temps pour moi que je fasse mes valises. Car ô combien même Aidan supporte mais saut d’humeur, il est clair qu’il n’acceptera pas longtemps que je le mette à la porte de sa propre maison car j’étouffe de son omniprésence.

    « Je ne savais pas que ce quartier offrait d’aussi beau logement. Je vais devoir m’en choisir un d’ici peu, Soul. Je te donnerai mon adresse, si..si tu veux, je ne te force à rien hein ! Je.. »


    Si j’avais eu du sang qui aurait circulé dans mes veines, j’aurais rougis comme une tomate. Mais il n’en était pas le cas. Alors qu’on revenait dans le salon, je sentis une odeur s’engouffrer dans mes poumons. Un vampire ; et pas n’importe lequel, un ancien, qui me semble être d’un âge avancé. S’il ne tenait qu’à moi, j’aurai agrippé Soul, pour nous enfuir, mais ce dernier tout sourire ouvre à cet étranger en l’étreignant. Quoi ? Mon visage se fige en une expression de méfiance intense, alors qu’il entame les présentations. Son meilleur ami ? Alors que j’ai du mal à retenir mes pulsions de vampire à disparaître dans la nuit, pour lui sauter dessus, je desserre avec difficulté ma mâchoire pour lâcher d’une voix calme, maîtrisé :

    « Enchantée, de vous rencontrer. »


    Légèrement prise au dépourvue, je peux comprendre que ma réaction peut déranger, mais, il se trouve que j’ai du mal à accepter d’être en contact avec des étrangers. Mais pas de panique. Ma gêne se dissipe bien plus vite qu’on ne le croit. Je m’installe dans un fauteuil, en demandant un bon whisky à Soul ; qui me laisse seule avec son ami. Les mains reliées entre elles, posé sur mes cuisses, je l’étudie du regard. Peut-être devais-je faire un effort de courtoisie, il semble tant compter pour Soul, c’est son seul ami, et une amitié, ça s’entretient. Avec un petit sourire maladroit qui se veut rassurant, j’essaye d’engager la conversation. Je me racle la gorge avec gêne.

    « Arhum..je..vous êtes un ami à Soul alors. Que faites-vous dans la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3831-illusions-of-the-sunligh
Akkarin S. Hilfiger
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 106
▌Fireflies : 287
▌Date d'inscription : 11/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 232 ans mais 28 d'apparence
▌Métier : Professeur d'histoire et littérature
▌Force & Pouvoir : La culture et le savoir aussi varié qu'insatiable dont il est victime lui permettent une maîtrise parfaite de ses pouvoirs de vampire.
▌Faiblesses : Les souvenirs de ces regards de pitié et de rejet.
▌Playlist : Queen ~ Chopin ~ L.N.D. ~ AC/DC ~ Deep Purple ~ C. Aznavour ~ The Beatles ~ J. Brel ~ Two Door Cinema Club ~ Charlie Winston ~ ...
▌Citation : « Souffrir passe. Avoir souffert ne passe pas. » M-L. De France



Feuille de personnage
CopyRight: Bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 15:41


Quelle journée épouvantable. Une heure, deux heures puis trois qui défilent. Toujours cet ennui et cette absence de réponse. Je devrais être habitué à conduire moi-même. Pourtant j’en attends plus, je suis curieux des raisons. Ma Lune est partie.
Juste un « au revoir » minable. Je pourrais la détruire rendre son corps aussi fragile que du papier de verre, la vider et la laisser pour morte sur le pavé. Au revoir.
Je me demande si les vampires peuvent pleurer. Car la douleur que j’ai ressentie en cet instant pourrait s’extérioriser ainsi. J’aimerais que ça sorte, que ce poids disgracieux m’accompagnant partout s’en aille. J’aimerais moi aussi lui dire « au revoir ». Au revoir à ma conscience, au revoir à ma protégée, au revoir à ce tumulte que tu as créé en moi.
Il fait sombre désormais, dehors et dans ma vie. Je n’ai plus les reflets de mon astre pour m’éclairer, il ne reste que l’étoile polaire me guidant. Je me pensais au-dessus de tout ça, quelle plaisanterie.
Je te hais, car je te ne peux pas t’effacer. Quoi que je fasse ton visage réapparait, je ne veux pas être là. Est-ce ça avoir le cœur brisé ? Pas d’amour mais de raison. Perdre ma raison, sombré dans la folie, devenir violent, méchant, torturé. Lorel’ a déjà subi ma personne. Plus de réflexion, plus de délicatesse et de gentillesse exacerbée. Désormais je ne cache plus ma nature satanique. Suceur de sang, meurtrier, être haïssant l’espèce humaine. Plus de raison. C’est fini elle est partie, dans sa robe blanche, de sa mauvaise humeur, son franc parler. Ma Lune a disparu, elle s’est effacé et m’a laissé dans l’obscurité sans se retourner. Me forçant à grandir, à m’éclairer seul et progresser.
Et malgré tout ça, je ne peux pas lui en vouloir autant que je le voudrais. Il ne me reste plus qu’à oublier, oublier qu’un jour j’ai compris mes sentiments, que j’ai résonné en homme parmi tant d’autres. Evoluer, garder le meilleur et simplement l’effacer… Je vais être d’une humeur massacrante durant un temps.

Je me demande si Soul sait … Après tout il m’a invité ce soir. Je veux dire dans une heure. Bon sang le temps est si vite passé. Ce document sur les origines de la malfaisance humaine. Une thèse prônant le fait que ça fait partie de nous depuis les premiers jours, face à lui un autre disant qu’un être isolé, élevé en autarcie dans un environnement pur et chaleureux ne saura pas ce qu’est le vice et n’en usera jamais. Pour ma part je pense que l’humain est stupide, ce qui conduit au vice même par omission, quant au vampire et au démon, c’est ancré dans son ADN. Je salue les efforts de Soul pour protéger les humains et diminuer sa nature, cependant nous n’en restons qu’autant des créatures du mal foncièrement mauvais.
Il est vrai que ce soir il y aura également sa bien-aimée. Ce vampire qu’il a fait souffrir par le passé mais dont il est fou. Je souris, je suis sûr que ça se passera bien pour lui. Il y a des gens pour qui la dose de malheur et de mort a été atteinte et pour qui il ne reste que les bonnes choses. Soul en est, William s’est évertué à être démoniaque et sanguinaire pour au moins 4 vies.
Mais la réputation de sa compagne s’est faite également, elle est aussi démoniaque qu’il a pu l’être.
Ils se sont fait la guerre et désormais il va lui faire la cour.
Quelle ironie du sort. Mais soit, ma situation n’est pas bien meilleure. J’aime une femme qui ne me considèrera jamais comme un homme. Je suis le gentil et attentionné Rin’.
Je soupire me lève et salue Roberta au passage, ma femme de ménage, elle connait ma nature et me materne comme une mère surprotectrice. Combien de fois ai-je dû lui dire que je n’ai pas besoin de me couvrir car je n’attraperais pas froid. Je souris face à cette femme plus jeune que moi de de plus d’un siècle et ramenant à un état d’enfant humain.

Une douche glacée, une serviette autour de la taille et X soupirs plus tard je me retrouve en quête de vêtements propres. Ma maison est une bâtisse magnifique, que beaucoup aimeraient cependant je m’en occupe relativement mal selon les gens.

- Roberta, où sont mes vêtements propres ? Je dois sortir ce soir.
- Vous n’en avez aucun ! Si vous vous occupiez autant de vos affaires que de vos livres, on n’en serait pas là !
D’un geste de la main elle englobe la pièce, certes des feuilles un peu partout, des livres tous marqués aux pages m’intéressant et la poussière qui en découle submergent la pièce. Mais ça ne signifie rien.
Je la fixe et attend ; de son dos elle sort des vêtements pliés. Je savais qu’elle bluffait, me laisser sortir en tenue d’Adam ne lui ressemble pas.
Je souris prends son visage entre mes mains et lui embrasse le front. Je suis en colère, aigri et en veut aux ¾ de Salvation, cependant Roberta reste ma Roberta. Une humaine trop faible et tenant tête à ma personne.

Vêtu d’un jean gris anthracite et de cette immonde chose blanche appelée tee shirt en col V que Roberta affectionne me voir porter. Je mets une veste de costume, apparat de ma personne depuis près de deux siècles. Le seul vêtement, que je n’ai jamais eu à renouveler, acheté une fois et remis des milliers.

Il est temps de m’en aller, j’embrasse du regard cette pièce où j’ai dormi une dernière fois. En effet je n’ai pas de réelle chambre, je dors un peu partout dans ma maison. En fonction de l’encombrement et des recherches faites le soir.

Une dizaine de minutes plus tard j’arrive sur la terrasse de Soul. Je perçois deux présences, l’une m’étant connue. Je suppose que l’autre est sa Juliette. Je devrais sourire de curiosité par habitude, cependant mon humeur ne me le permet pas. Ainsi Soul vient m’ouvrir, il a bonne mine, c’est fou ce que la retrouver lui a fait du bien physiquement, c’est intéressant ces corrélations entre le corps et l’esprit même pour un vampire. Une accolade amicale plus tard. Je pose enfin le regard sur l’objet de tant de changements.
Elle semble chaleureuse, du moins maintenant, quelques secondes auparavant elle semblait … méfiante. Après tout pour un vampire de son âge et ayant subi le courroux de William je peux comprendre. J’ai besoin de boire, de penser à autre chose qu’à la disparition de Lena. L’accepter ? Un autre jour peut-être.
Avant de pouvoir esquisser le moindre geste vers le bar et ainsi palier à toutes les règles de la bienséance une voix calme de femme sûre d’elle me dit.

« Enchantée, de vous rencontrer. »

Plus moyen de fuir, je vais nourrir ma curiosité. Quelle belle femme. Des cheveux noirs, ne laissant aucun doute sur ses origines ethniques. C’est intéressant, car les vampires non caucasiens sont rares. Qui sait si de par cette différence elle n’a pas développé différents dons.
Ses yeux sont marrons relativement clairs rappelant ceux de Soul à qui je jette un regard sans âme.
Elle est fine et élancé, son prénom lui sied comme un gant à ce que je vois.
Que dirait-elle si elle savait que mon second prénom est Samaël, soit Satan.
Soul nous invite à nous assoir, ce que j’accepte en attendant d’avoir fini mon inspection.
Elle semble forte, si elle a réussi à faire flancher Soul, qui sait de quoi elle est capable. Une femme après tout.
Je la fixe, ses yeux ne flanchent pas. Pas plus que son physique sans problème. Aucune imperfection, cicatrice ou marque du temps. Elle s’est faite transformé alors qu’elle était une véritable beauté.
Le silence dont je l’abreuve ne semble pas lui plaire et ça la gêne d’autant plus quand Soul s’apprête à quitter la pièce. Je lui arrache un sursaut en le hélant.

« Soul ! Tu veux bien m’apporter ton alcool le plus fort ? »
Je reporte le regard sur Grâce qui s’efforce de se montrer polie, elle sourit timidement. Je rigole intérieurement, je connais sa réputation de sadique tortionnaire, joue-t-elle un jeu ou alors elle est sincère au vu de ma relation avec Soul.
Elle se racle la gorge et me dit de sa voix posée et plus femme que jamais.

« Arhum...je...vous êtes un ami à Soul alors. Que faites-vous dans la vie ? »

Vérifiant que Soul n’est plus là je me décide à lui répondre et enfin en finir avec ce silence si différent de moi.

« Je suis vampire nounou à mi-temps, le reste du temps je bichonne Soul sur les bords de plage de Salvation sous les acclamations de démons envieux. »
D’un ton sérieux à l’extrême je continue de la fixer dans l’attente de mon alcool. Et perdant ma patience et face à sa surprise je rétorque.

« La politesse voudrait que vous disiez ce que vous faites en premier. Tout comme dire son nom avant de demander. Oh comme c’est gentil de ne pas demander, je suis Akkarin. Enchanté également. »
J’espère pour elle que Soul l’a prévenu de ma manière d’être, tout à fait infantile, absolument pas sérieuse, et pour le moins agaçante pour la plupart des gens… Enfin mise à part Soul, il semble trouver ça rafraichissant et me connait assez pour savoir que je peux être sérieux. D’ailleurs en parlant de ça. Il est temps de l’être … un peu.

« Quelles sont vos intentions à l’encontre de Soul ?
Etant sa nounou je me dois de vous prévenir, si jamais Soul souffre encore comme il l’a fait ces dernières années à se juger coupable et à rechercher l’amour d’une bonne femme le fuyant je vous arrache tous les cheveux un par un pour vous étouffer avec et vos ongles iront nourrir les poissons. Une mort lente à étape est bien plus drôle n’est-ce pas ?
»

Elle doit me prendre pour un rigolo, personne ne me prend au sérieux quand je menace. Mon visage trop sage n’y aide pas. Cependant la surprise est donc mon atout le plus précieux. J’ai deux siècles à fuir l’Inquisition, les bruleurs de sorcières et toutes sortes de fous derrière moi. Je parle comme la mère d’une jeune femme sortant avec un adolescent.
Après tout si je n’agis pas comme je viens de le faire personne ne le fera. Je me dois de veiller sur les gens qu’ils me restent, avant qu’ils ne me fuient tous comme …
Je soupire, me lève et retire ma veste. A la recherche d’un verre et de quoi que ce soit me mettant du baume au cœur. Dans l’attente de la voix féminine dans mon dos.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3652-akkarin-s-hilfiger-in-da
Soul William Abraham
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 90
▌Fireflies : 212
▌Date d'inscription : 15/04/2012
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 22ans depuis 400ans
▌Métier : La chasse contre les créatures de son espèce, les démons et autres sorciers maléfiques lui occupe tout son temps.
▌Force & Pouvoir : Autrefois on l'appelait "William, le sanguinaire". Cela veut tout dire n'est ce pas ? Merveilleusement doué au combat, il serait capable de défier n'importe qui.
▌Faiblesses : Son âme d'humain l'affaiblit, l'assaille de remords et de craintes, ne le laissant jamais en paix.
▌Playlist : Pink Floyd, Iron maiden, Nirvana, The who, The guess who, AC/DC, Saez, Téléphone, louis Bertignac, The clash, EMF, Et j'en passe.
▌Citation : Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme.



Feuille de personnage
CopyRight: Tear's Graph
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 17:50

J'accueil ma bien aimé en lui ouvrant la porte fenêtre donnant sur le balcon. Mes invités ont tendances à se hisser jusqu’à mon balcon, ils n’empreinte jamais la porte, moi non plus je dois dire. Mais après tout je fais bien ce que je veux car je suis chez moi. Et puis mes voisins ne sont pas gênant. Ils ne se rendent même pas compte que l’endroit est habité. Ma douce rentre et je ne sais pas comment l’accueillir, je ne sais pas si je dois la prendre dans mes bras, l’embrassé ou simplement lui serrer la main. Mais finalement c’est elle qui prend la décision de me faire simplement la bise. Je dois dire que je suis déçu, mais après tout je ne peux pas me permettre de la brusquer, je l’ai déjà fait assez souffrir, je vais lui laisser le temps de ce faire à l’idée que je suis de retour. Et puis comme elle ne sait pas encore que je suis devenu « bon », je ne dois pas me faire de fausse idée.

Je lui fais donc une visite guidé des lieux, et à la fin de celle-ci elle me dit :

« Je ne savais pas que ce quartier offrait d’aussi beau logement. Je vais devoir m’en choisir un d’ici peu, Soul. Je te donnerai mon adresse, si..si tu veux, je ne te force à rien hein ! Je.. »

Prendre un appartement, alors qu’elle ne vient pas d’un milieu aisé est une folie, surtout vu le prix des appartements dans le coin. Et puis en ce qui me concerne j’ai prévu de passer le reste de l’éternité avec elle, je ne peux nous concevoir séparé c’est pourquoi je réagit immédiatement en répondant simplement :

« T’en choisir un ? Tu es ici chez toi, peu importe la chambre que tu choisiras en attendant de me faire assez confiance, elle sera tout à toi. »

J’espère bien évidemment qu’elle choisira ma chambre, mais je pense qu’elle a encore besoin de temps pour ce faire à toute cette histoire, il ne lui sera pas aisé de me faire à nouveau conscience. Mon ami arrive alors et je ne manque pas de remarquer que Grace est sur le qui-vive. Elle se rassure alors que je prends ce dernier dans mes bras. Je les invites à s’asseoir et prend alors leur commande.

Akkarin me demande le plus fort de mes alcools, quelque chose ne va pas, c’est un fait, on ne va pas que se raconter nos vies ce soir, il va falloir que je fasse confession de ce qu’il m’est arrivé, Grace me racontera sûrement ce qu’elle a fait pendant un siècle, et nous devrons aider Akkarin. Je prends donc plusieurs bouteilles de mon meilleur scotch, ainsi que quelques sacs de sang en cas de petit creux.

Je les laisses donc seul tout en tendant l’oreille pour entendre leur conversation, et je l’entends aisément. Akkarin semble de très mauvaise humeur, il plaisante mais pourtant je le sens tendu. Il parle de moi comme d’un enfant et il en vient même à menacer Grace de ne pas me faire de mal. Hum la situation va vite s’envenimer si je n’interviens pas. Seulement la curiosité me pousse à prolonger mon séjour dans la cuisine pour écouter les réponses de Grace. Attendons encore un peu pour voir ou tout cela va nous mener.

_________________
Pour un esprit équilibré la mort n'est qu'une grande aventure de plus.


Dernière édition par Soul William Abraham le Ven 24 Aoû - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grace Windsor
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 25
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 11/08/2012
▌Age : 25
▌Age du Personnage : 325 ans - 26 ans {apparence}
▌Métier : Avocate
▌Force & Pouvoir : Sadisme inné + Illustre au combat ; Rapidité d'un félin et discrétion d'un caméléon.
▌Faiblesses : Soul, sa présence, ses sentiments envers lui.
▌Playlist : Hysteria † Muse ; The Kill † 30 Seconds to Mars ; Comatose † Skillet ; One Last Thrill † Slash ; You're a Lie † Slash ; Beautiful Dangerous † Slash ft Fergie ; Breathe into Me † Red ; Call me when you're Sober † Evanescence ; Imaginary † Evanescence; Memories † Within Temptation ; Somewhere † Within Temptation ; Bring me to Life † Evanescence ; Shattered † Trading Yesterday ; The Diary of Jane † Breaking Benjamin ; Give you Hell † The All American Rejects ; Pain † Three Days Grace ; Guardians at the Gate † Audiomachine Dubstep Remix ; Hymn for the Missing † Red ; Kraddy † Android Porn ;
▌Citation : Taste me ; Drink my Soul.



Feuille de personnage
CopyRight: Delicious Coconut
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 21:36

    I l se trouve que j’avais eu plus que mon compte d’expériences mortifères, phénomène auquel on ne s’habitue pas. Il semblait inévitable que j’affronte à nouveau le danger. A croire que j’étais marquée du sceau de la catastrophe. J’avais beau y avoir échappé à maintes reprises en terrassant ses nombreux chasseurs me convoitant en trophée de chasse, elle ne cessait de revenir à moi. Pour autant, cette fois différait beaucoup des précédentes. Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Je savais réagir face à ce genre de tueurs de l’âme. Lorsqu’on aime son assassin, on n’a plus le choix, cependant. Car comment fuir et lutter et si cela signifie blesser l’aimé ? Si l’amour est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? ; Alors que le soleil s’était couché comme un cheval noir dans les prés, je me trouvais en la demeure de Soul. Émerveillée par la beauté des lieux ; j’aspirai maintenant à déménager. Avec le retour de Soul, et puis le fait qu’Aidan et moi nous évitions, je devais de mettre ma vie sentimentale au clair. En quittant le foyer d’Aidan, en m’émancipant de sa présence, et puis en essayant d’accueillir du mieux que je puisse l’arrivée de Soul. ; voulant partager ma volonté avec ce dernier, je lui explique que je compte bientôt me chercher un logement, afin de repartir du bon pied, avec lui peut-être. Ce dernier réagit avec sursaut, me faisant comprendre son souhait que j’emménage dans son luxueux appartement. Je baisse mon regard légèrement embarrassé, je ne m’attendais pas à ce qu’il me fasse cette demande, qui me fit immensément plaisir intérieurement. Je lui adresse un sourire radieux, avant de hocher la tête en signe d’approbation. ; Il est temps que cela marque notre nouveau départ à tous les deux.

    Akkarin fait donc son entrée dans la demeure. Que de chaleur entre les deux hommes ; Soul m’explique la nature de leur relation, et ma question trouve rapidement sa réponse. Je ne peux cependant me poser tout un tas de questions sur leur rencontre, le début de leur amitié, depuis combien de temps entretenaient-ils donc leur relation ? ; Une fois, les présentations faites, Soul s’éclipse dans la cuisine afin de préparer l’apéro, et là je sens le regard indécent d’Akkarin qui m’étudie. Est-il réellement indécent ? Non, disons plutôt qu’il m’étudie avec minutie. ; Après tout, il représente aussi un objet d’observation, à vue d’œil, je peux déjà me dire qu’il est plus jeune que moi en âge. Son étude m’amuse, alors pendant qu’il me décortique, je soutiens mon regard sans pour autant le détourner. Il est vrai que mes origines ont longtemps fascinés de nombreux vampires ; après tout, je n'ai rien d'occidentale, et mes traits indiens demeurent atypiques en soi. Oh oui, observe moi donc Akkarin, que mon image s'imprime donc dans ton esprit. ; Je me demande ce qu'il peut bien penser de ma personne. Il est vrai que j'aime prendre soin de mon apparence, et cela se voit. J'ai la plastique pour, alors je la met en valeur. ; Bien que la situation semble assez étrange suite à la disparition de Soul. Je me hasarde à paraître polie en engageant la conversation pour essayer d'en savoir un peu plus sur lui. M'attendant à ce qu'il entame les formalités, le voilà qui s'emballe et entre dans un monologue sans nom.

    « Je suis vampire nounou à mi-temps, le reste du temps je bichonne Soul sur les bords de plage de Salvation sous les acclamations de démons envieux. »

    Suite à ces propos, j'arque un sourcil interrogateur. Mh, un vampire avec de l'humour. Je l'observe avec neutralité tout en souriant, attendant la suite de ses dires.

    « La politesse voudrait que vous disiez ce que vous faites en premier. Tout comme dire son nom avant de demander. Oh comme c’est gentil de ne pas demander, je suis Akkarin. Enchanté également. »


    « A quoi bon répéter ce qui a déjà été dit par Soul ? »


    Je parle bien évidemment des présentations. Puisqu'elles ont été déjà faite par Soul, il me semblait donc évident qu'on pouvait passer à l'étape suivante.

    « Quelles sont vos intentions à l’encontre de Soul ?
    Étant sa nounou je me dois de vous prévenir, si jamais Soul souffre encore comme il l’a fait ces dernières années à se juger coupable et à rechercher l’amour d’une bonne femme le fuyant je vous arrache tous les cheveux un par un pour vous étouffer avec et vos ongles iront nourrir les poissons. Une mort lente à étape est bien plus drôle n’est-ce pas ? »


    Mon visage demeure stoïque, je reste de marbre face à ses menaces. Je peux comprendre qu'il éprouve des craintes vis à vis de ma position envers Soul, mais je me demande s'il sait de quoi il parle réellement ; je ne doute pas que Soul a dû se confier à son meilleur ami, mais après tout, qu'en sait-il de mon opinion à moi ? Je n'aurai jamais imaginé que Soul puisse revenir dans ma vie, donc je n'ai pas réellement prévu de le faire souffrir comme il semble le sous entendre. Je le vois se diriger vers le comptoir, mon petit rire cristallin résonne dans la pièce alors que je disparais dans la nuit. Je me saisis d'un verre pour lui servir un verre de scotch ; j'en profite alors pour lui lancer un regard lourd de sens avant de lui déclarer d'une voix sévère :

    « Gardez vos menaces pour vos mignons, s'il vous plaît. La bonne femme, comme vous le dîtes si bien, ne compte pas se laisser assassiner de vos mains, je vous rassure. J'ai bien plus d'un tour dans mon sac. Et rassurez vous, je n'ai pas l'intention de faire souffrir Soul, si c'est ce qui vous inquiète le plus. ; J'avoue ne pas savoir ce qu'il lui est arrivé durant toutes ces années, et lui non plus me concernant. Vous comprenez donc la raison de ma présence ici. ; Je suis perdue, oui. Et ô combien même je le suis, l'issue demeurera toujours la même. Je resterai aux côtés de Soul pour l'éternité et je suis pas prête de crever. »
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3831-illusions-of-the-sunligh
Akkarin S. Hilfiger
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 106
▌Fireflies : 287
▌Date d'inscription : 11/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 232 ans mais 28 d'apparence
▌Métier : Professeur d'histoire et littérature
▌Force & Pouvoir : La culture et le savoir aussi varié qu'insatiable dont il est victime lui permettent une maîtrise parfaite de ses pouvoirs de vampire.
▌Faiblesses : Les souvenirs de ces regards de pitié et de rejet.
▌Playlist : Queen ~ Chopin ~ L.N.D. ~ AC/DC ~ Deep Purple ~ C. Aznavour ~ The Beatles ~ J. Brel ~ Two Door Cinema Club ~ Charlie Winston ~ ...
▌Citation : « Souffrir passe. Avoir souffert ne passe pas. » M-L. De France



Feuille de personnage
CopyRight: Bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 22:11

Elle sourit, son rire est trop clair. Superficiel peut être ? Surement. Après tout son physique le laisse paraitre. Il est vrai que les femmes vampires sont très souvent obsédées par leur apparence, la vieillesse étant déjà tabou chez les humains, l’éternité ne fait que l’exacerber.
Elle s’approche de moi et s’empare d’un verre, mon regard accroche alors les chiffres qui défilent le long de son bras si féminin.
Elle est plus âgée que moi, c’est indéniable. Elle doit se juger donc bien plus forte que moi, et c’est probablement vrai. Après tous les combats ne sont pas une de mes activités favorites, je préfère la lecture et les discussions. Cependant, au vu de mon patrimoine génétique et des joies de ma transformation je n’ai pas eu le choix. Et bien que jeune je devrais pouvoir lui faire mal. De quoi flatter mon égo, ensuite j’accueillerais la mort à bras ouvert. Que la faucheuse m’embrasse et que son souffle arrête le cœur mort dans ma poitrine.
Elle me sert du scotch, ça va faire l’affaire et c’est gentil. Elle ne semble pas être une pimbèche comme beaucoup des notre détentrice de vagin. Je dois dire que j’apprécie beaucoup, après tout le choix des femmes d’un homme n’est absolument pas significatif de sa personne. Soul aurait pu s’enticher d’une vulgaire fille de rien trop mince et stupide. Celle-ci semble avoir du répondant et savoir se défendre. Je me détends donc et lui souris en remerciement.

« Gardez vos menaces pour vos mignons, s'il vous plaît. La bonne femme, comme vous le dîtes si bien, ne compte pas se laisser assassiner de vos mains, je vous rassure. J'ai bien plus d'un tour dans mon sac. Et rassurez-vous, je n'ai pas l'intention de faire souffrir Soul, si c'est ce qui vous inquiète le plus. ; J'avoue ne pas savoir ce qu'il lui est arrivé durant toutes ces années, et lui non plus. Vous comprenez donc la raison de ma présence ici. ; Je suis perdue, oui. Et ô combien même je le suis, l'issue demeurera toujours la même. Je resterai aux côtés de Soul pour l'éternité et je suis pas prête de crever. »

Un vocabulaire bien cru dans une bouche si élégante, je me rassois et la toise désormais sans animosité aucune. Après tout je ne suis pas en colère contre elle, mais bien aigri contre le monde.
Et elle a raison, au vu de son entraineur, et des légendes courant sur l’associé du sanguinaire, je ne ferais pas long feu et elle me briserait aisément. C’est amusant, cette situation me donne envie de rire. Pas de nervosité, mais de divertissement.
Les secondes passent sans que je parle et il parait évident que Soul écoute notre discussion. La curiosité est une femme affamée, pour laquelle je suis tombé amoureux il y a longtemps.

Elle réfléchit, je n’ai aucune raison de douter de ses paroles, quand à mes « menaces » elles ne sont que rhétoriques, après tout je perdrais rapidement. Et puis Soul est plus puissant qu’elle.
Cependant une femme peut tuer un homme amoureux d’elle. Il suffit de penser à Othello, un homme jaloux persuadé de la tromperie de sa femme pure, innocente et amoureuse. Au final, il l’a étranglé, elle a subit une mort lente, lui laissant le loisir d’hurler et d’alerter de l’aide. Mais comment vivre sans amour ? La mort de sa part a été acceptée et elle s’est résignée à la mort, plutôt qu’à la vie sans lui.
A bien y songer, c’est tout à fait le genre de Soul. La vie des vampires est digne des tragédies moyenâgeuses.

Prenant fermement mon verre toujours en la fixant, je le vide d’un trait et me lève.
Peu de vampires me parlent, je suppose qu’elle le fait par rémission car Soul le fait. Mais de plein grès, très peu me tiendrait compagnie et me jugerait digne de leur parole. Elle répond et conduit à une discussion ce qui prouve que je ne la répugne pas.
Il ne m’en faut pas plus, je lui tends la main en souriant. Je suis lassé mais amusé, et ça rien ne pourra l’ensevelir.
« Je t’aime bien. Tu fais désormais partie des gens qui me tolèrent plus de 10 secondes. Ca mériterait une médaille mais je n’ai que mon sourire d’apollon à t’offrir. »

Je repense à Soul, qui doit sourire soulagé de la conclusion de cette petite discussion. Il est temps de le faire réapparaître.
« Soul, mon amour revient ! Il faut donner le change et lui faire croire que tu l’aimes plus que moi ! »

Je la regarde à nouveau et lui dit une dernière fois à voix basse.
« Il est mon ami, je me soucie de sa personne. Et désormais que tu es de retour dans sa vie, ça viendra pour toi. Mais garde ça secret, je ne tiens pas à ce qu’on me trouve gentil. »

Soulagé mais pas convaincu, je vais devoir approfondir mes recherches sur Grâce, je veux bien la croire en gage de ma confiance pour Soul. Mais deux siècles passés poussent la sagesse à vérifier ses amis encore plus que ses ennemis. Et vu que j’en ai peu c’est pratique, c’est moins de travail !
Cette soirée en vient à me faire oublier les raisons de ma mauvaise humeur. Pour peu j'en deviendrais Mère Thérésa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3652-akkarin-s-hilfiger-in-da
Soul William Abraham
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 90
▌Fireflies : 212
▌Date d'inscription : 15/04/2012
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 22ans depuis 400ans
▌Métier : La chasse contre les créatures de son espèce, les démons et autres sorciers maléfiques lui occupe tout son temps.
▌Force & Pouvoir : Autrefois on l'appelait "William, le sanguinaire". Cela veut tout dire n'est ce pas ? Merveilleusement doué au combat, il serait capable de défier n'importe qui.
▌Faiblesses : Son âme d'humain l'affaiblit, l'assaille de remords et de craintes, ne le laissant jamais en paix.
▌Playlist : Pink Floyd, Iron maiden, Nirvana, The who, The guess who, AC/DC, Saez, Téléphone, louis Bertignac, The clash, EMF, Et j'en passe.
▌Citation : Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme.



Feuille de personnage
CopyRight: Tear's Graph
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Ven 24 Aoû - 22:57

Je propose ou plutôt impose à la femme de ma vie de s’installer chez moi, c’est une demande mais elle sait aussi bien que moi que j’aurais du mal à accepter qu’elle me dise non. C’est pourquoi elle accepte sans broncher. Je sais que si elle n’avait vraiment pas voulu elle aurai simplement refusé. Elle sait maintenant que je suis totalement impuissant face à elle. En est-il de même pour elle ? Elle n’a pourtant pas réussi à combattre son amour pour moi et à mettre fin à mes jours lorsque je lui ai proposé cette solution. Si Akkarin savait ça je pense que j’aurai le droit à un énorme savon. Je sais qu’il ne voudrait pas que je donne ma vie pour une femme. Mais Grâce n’est pas qu’une femme, c’est la déesse qui fais de ma vie, ma mort un paradis. J’accueil mes invités et pendant que je m’éclipse dans la cuisine pour chercher du sang et le meilleur scotch de la maison, ils commencent à discuter. C’est une discussion plutôt animé. Akkarin agresse littéralement celle que j’aime. Je pense que c’est une sorte de mise à l’épreuve. C’est dangereux de jouer à ce genre de jeux avec Grace. Elle a été l’élève du sanguinaire et elle est plus agé de facilement un siècle de plus que lui.

Je cesse de me faire du soucis, Akkarin n’est pas stupide, mais je ne reviens pas tout de suite je veux voir quelles seront les réactions de Grace face à ce qui semble être des « menaces ». La réponse qui s’échappe alors des lèvres divines de celle que je veux à mes côtés pour l’éternité me rassure dans mes sentiments et me montre qu’elle m’aime. D’autant plus que cette fois elle m’appelle Soul et non plus William. En parlant de lui il va falloir que je lui explique ce qui s’est passé durant toutes ces années, et je ne doute pas que Akkarin aussi sera intéressé par cette histoire, d’autant plus qu’il a prévu d’écrire un livre sur ce dernier. La réponse de ma bien aimé est donc la suivante :

« Gardez vos menaces pour vos mignons, s'il vous plaît. La bonne femme, comme vous le dîtes si bien, ne compte pas se laisser assassiner de vos mains, je vous rassure. J'ai bien plus d'un tour dans mon sac. Et rassurez-vous, je n'ai pas l'intention de faire souffrir Soul, si c'est ce qui vous inquiète le plus. ; J'avoue ne pas savoir ce qu'il lui est arrivé durant toutes ces années, et lui non plus. Vous comprenez donc la raison de ma présence ici. ; Je suis perdue, oui. Et ô combien même je le suis, l'issue demeurera toujours la même. Je resterai aux côtés de Soul pour l'éternité et je suis pas prête de crever. »

En effet celle que je me plais à appeler ma femme n’est pas prête de mourir, car je ne le permettrai pas, quitte à moi-même y laisser la vie. Mais maintenant que nous sommes unis, peu nombreux seront ceux qui pourront lutter face à ceux qu’on appelait avant : « Le couple de la damnation ». Pendant que j’apprenais les ficelles du massacre à ma progéniture et Maîtresse nous avons hérité de ce surnom. Ne parlons plus de ça, maintenant il n’est plus rien de ce surnom, seul les vampires, et les démons s’en prenant aux humains peuvent craindre mon courroux et celui de ma douce. Les autres sont en sécurités en ce qui me concerne. Après je ne sais pas ce qu’il en est de ma bien aimé.

Il semblerait que la réponse de Grace est satisfait Akkarin, car il réagit très bien avec l’humour que je lui reconnais. Sacré bonhomme celui-là. Même lorsque j’étais sur le point de le tuer il trouvait le moyen de plaisanter. C’est peut-être ne partit pour ça que j’ai voulu en savoir plus sur lui et que j’ai donc renoncé à mettre fin à ses jours. Je dois dire qu’aujourd’hui je ne regrette absolument pas mon acte. Il m’est devenu un ami précieux. Il est curieux de voir que depuis que j’ai recouvré mon âme et mes émotions j’aime à m’entourer de personnes agréables. William lui n’aimait que la solitude et le chaos. Il a même abandonné sa bien aimé car il ne comprenait pas le besoin d’être avec elle qu’il éprouvait. Il ne pouvait se résoudre à ne pas être seul. C’est assez cocasse en soit.

« Je t’aime bien. Tu fais désormais partie des gens qui me tolèrent plus de 10 secondes. Ca mériterait une médaille mais je n’ai que mon sourire d’apollon à t’offrir. »

Je souris à cette petite mise en scène qu’il a mis en place juste pour tester ma compagne, ou alors pour lui faire dire haut et fort qu’elle m’aimera pour toujours. Je ne sais pas quel était son plan exact mais dans tous les cas c’est une franche réussite. Il m’étonnera toujours, il est si malin que parfois je me sens comme un enfant devant son père qui lui apprend des principes fondamentaux de la vie. Il est temps pour moi de les rejoindre, et il semblerait que je ne suis pas le seul à penser ça car Akkarin m’interpelle. Ils devaient se douter que j’écouterais leur conversation quand il a lancé ce qui s’apparente à des « menaces ».Il est rusé.

« Soul, mon amour revient ! Il faut donner le change et lui faire croire que tu l’aimes plus que moi ! »

Il recommence à plaisanter, j’ai l’impression qu’il va mieux. Au moins le fait de prendre soin de moi commence à lui faire oublier ses problèmes. Mais il faudra quand même que l’on en parle, je ne peux laisser un ami dans la besoin. Je refais alors mon entré avec quelques litres des sangs et cinq bouteilles du meilleur scotch de tout le pays. Je pose le plateau sur le table et je m’adresse alors tout de suite à Akkarin :

« Mais mon ange, tu sais bien que je ne peux aimer personne plus que toi »

J’adresse un clin d’œil complice à ma bien aimé avant de prendre place sur l’accoudoir du fauteuil dans lequel Grace c’est installé. La réponse de cette dernière m’a donné plus confiance en son amour et je me montre alors un peu plus entreprenant. Je dis alors :

« Je vais essayer de me montrer convaincant, j’ai l’éternité pour cela de toute façon »

Je me pence alors et pose un baiser sur les lèvres si douce de Grace, qui semble un peu prise au dépourvu. Elle n’a pas l’habitude de voir William aussi démonstratif de son amour. Seulement aujourd’hui elle n’est pas face à William le sanguinaire mais à Soul. Elle répond tout de même à mon baisé. Maintenant que nous sommes tous confortablement installé je vais laisser mes invités se servir et je vais faire de même. Prenant place sur le canapé car ma douce a pris la place que je prends habituellement, je me sers un verre et m’allume une cigarette quand je tique sur un détail qui a tout de même son importance. Le sang que j’ai ramené est du sang d’animal, et je sais que Grace n’est pas habituée à ce régime alimentaire. Elle tue des hommes, c’est ainsi que William l’a formé. Je vais donc la mettre en garde.

« Chérie j’espère que tu n’as pas soif car ce sang ne te conviendra sans doutes pas, tu comprendras quand j’aurais commencé mon histoire. D’ailleurs Akkarin tu as amené de quoi noter, nous commencerons ton livre par les derniers moments de William si tu veux bien ? »

C’est à ce moment-là que je vois la ligne de vie de Grace. Il ne lui reste plus qu’un peu moins d’un siècle de vie. C’est beaucoup trop peu. Heureusement que moi en tuant tous ces vampires du virus j’ai pensé à leur aspirer la vie avant de mettre fin à leur jour. J’ai presque un millénaire à mon actif à présent. Je regarde Grace qui n’a pas remarqué que mon regard c’est porté momentanément sur son bras, je lui tant ma main en simple signe d’amour. Nos doigts s’entrelace et c’est alors que je lui transfère la moitié de l’espérance de vie qu’il me reste. Soit un peu moins de cinq cent années. Elle ressent ce transfert et lance un regard vers son bras. Je m’exprime alors :

« Voilà qui est mieux, et quelle meilleur façon de remettre ma vie entre tes mains ? »

Je lui offre mon plus beau sourire. Nous allons maintenant pouvoir commencer les explications de ma nouvelle condition. J’espère qu’elle l’acceptera. Il faut que je commence par expliquer pourquoi je parle de William à la troisième personne. Je vais donc commencer ce long récit mais avant tout je veux savoir si mes interlocuteurs sont prêts.

« Êtes-vous prêt à entendre l’histoire de la vie du plus cruelle des vampires de ce monde ? »

Je souris alors attendant leurs réponses à tous les deux.

_________________
Pour un esprit équilibré la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Grace Windsor
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 25
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 11/08/2012
▌Age : 25
▌Age du Personnage : 325 ans - 26 ans {apparence}
▌Métier : Avocate
▌Force & Pouvoir : Sadisme inné + Illustre au combat ; Rapidité d'un félin et discrétion d'un caméléon.
▌Faiblesses : Soul, sa présence, ses sentiments envers lui.
▌Playlist : Hysteria † Muse ; The Kill † 30 Seconds to Mars ; Comatose † Skillet ; One Last Thrill † Slash ; You're a Lie † Slash ; Beautiful Dangerous † Slash ft Fergie ; Breathe into Me † Red ; Call me when you're Sober † Evanescence ; Imaginary † Evanescence; Memories † Within Temptation ; Somewhere † Within Temptation ; Bring me to Life † Evanescence ; Shattered † Trading Yesterday ; The Diary of Jane † Breaking Benjamin ; Give you Hell † The All American Rejects ; Pain † Three Days Grace ; Guardians at the Gate † Audiomachine Dubstep Remix ; Hymn for the Missing † Red ; Kraddy † Android Porn ;
▌Citation : Taste me ; Drink my Soul.



Feuille de personnage
CopyRight: Delicious Coconut
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 12:12

    J e n’ai pas le temps. Et c’est avec le temps aux trousses que je ne souhaite pas le gaspiller. J’ai vingt six ans depuis trois cent vingt cinq longues années. Depuis trois siècles, je suis figée à l’âge fleurissant où ma beauté était à son summum. Quelle femme n’aimerait pas connaître la beauté et la jeunesse éternelle ? Cette macabre volonté aussi vieille que le monde a été longtemps mis en scène, prenons l’exemple de la Reine Sorcière dans Blanche Neige, prête à tuer la fille unique de son défunt mari afin d’y extraire l’élixir de jouvence de notre légendaire princesse des neiges. Je sous estime sans cesse les humains, mais je dois avouer qu’ils sont assez clairvoyant pour certains aspects de la vie ; je dis bien certains, pas tous. La peur est un sentiment qui m’était inconnu durant toute la durée de ma renaissance maléfique, après tout, William m’a littéralement agressé afin de faire de moins une des siennes, un vampire. Bien que je n’aie rien demandé, j’ai dû accepter ce que j’étais devenue, soit un disciple au service de Satan. La société veut qu’avec le temps, on prend en sagesse d’esprit. Il est vrai que ce dicton s’accorde à ma personne et à celle d’Akkarin à ce que j’ai pu apercevoir comme avant-goût ; mais il n’en demeure pas moins que le temps a aussi accentué mon goût prononcé pour la destruction. A l’image de mon créateur William, je me savais invincible : illustre au combat, doué pour la survie, je n’avais que peu d’inquiétude à me faire concernant mes chasses à l’homme pour m’abreuver de leur sang. Ô oui, la peur m’était inconnue ; Mais qu’en était-il depuis que mon cœur a eu un soubresaut d’agonie alors qu’un tatouage vert avait osé s’inscrire dans ma peau, un tatouage doté de deux lignes : une me rappelant scandaleusement mon âge avancé et une autre bien plus « intéressante » ; une ligne qui m’indiquait le temps qu’il me restait à vivre, soit moins d’un siècle. Et ma notion hautaine de l’immortalité se brisa en moi. Je constatais avec une ironie amère que je n’étais plus qu’une simple personne, pouvant mourir du jour au lendemain. La main sur le cœur, je me devais donc de remuer ciel et terre pour survivre à tout prix.

    Je n’ai plus beaucoup de temps. Qu’est-ce donc un siècle à côté de mon immortalité volé ? Je suis une femme dangereuse, une femme traquée, et on ne souhaite que me clouer au sol avant mon dernier souffle s’échappe de mes lèvres pulpeuses. ; Jamais. Le monde est et sera toujours une pièce mal distribuée, et nous y avons en chacun de nous un rôle. Devais-je donc y tenir le rôle de Faucheuse, errant afin d’ôter la vie à ceux qui perdent leur dernier souffle et leur dérober l’horloge interne de leur existence ? Mh, j’ai toujours été adepte du dicton qui stipule qu’on ne peut aller à l’encontre de ce qui doit arriver. ; Bien que je ne crois pas en la notion de Destin ou encore d’écriture de la vie, je ne résisterai pas si je dois mourir aujourd’hui ou dans trois siècles. ; Bien que plongé dans mes pensées, j’eus le loisir d’anticiper le geste d’Akkarin et de lui servir un verre. A bien y réfléchir, je l’ai fait machinalement tout comme j’avais l’habitude de servir un verre à Aidan, mais lui c’est différent, je connais ses goûts en matière d’alcools, ce qui n’est pas le cas d’Akkarin. Soul s’étant envolé dans la cuisine pour nous ramener l’apéro, je me retrouve face à face avec son ami. Bien que je n’ais pas réellement pris le temps à le cerner, je sais déjà que malgré tout, il m’intrigue. Il semble ravagé par une tristesse infinie, nourrissant une rancune sans nom au monde entier. Je n’ai cependant pas la prétention à oser lui demander quel mal le ronge. ; Encore moins après, mon discours qui ne se voulait pas tendre. Qu’il ne se méprenne pas, je ne peux ressentir une quelconque animosité envers lui. Je n’apprécie pas qu’on me « menace » sur ma vie. Un silence s’installe suite à mes paroles, tandis que je l’observe vider son verre. J’ai été directe en parlant sans détour, en espérant ne pas l’avoir offensé, ce n’était pas mon but, je tenais juste à lui faire comprendre que je n’avais pas de mauvaises intentions. Oui, comment peut-on avoir de mauvaises intentions, si pour l’instant, je ne sais pas où j’en suis avec Soul ?

    « Je t’aime bien. Tu fais désormais partie des gens qui me tolèrent plus de 10 secondes. Ca mériterait une médaille mais je n’ai que mon sourire d’apollon à t’offrir. »

    Je demeure calme tout en lui lançant un regard de travers ; qu’était-ce donc tout ceci ? Une sorte de test ? Je soupire sans cacher mon sourire sur le visage. Je n’apprécie pas réellement la méthode, mais je mets ça sur le compte qu’il veut absolument s’assurer de ma bonne foi envers son ami. C’est compréhensible, et je passe au dessus en lui pardonnant cela.

    « Soul, mon amour revient ! Il faut donner le change et lui faire croire que tu l’aimes plus que moi ! »

    J’avais presque oublié Soul, tapis dans la cuisine à écouter notre conversation, en retenant sa respiration. Attendait-il beaucoup de mes paroles ? J’avais répondu promptement en expliquant ce qui me paraissait évident. Je soupire à nouveau, je ne sais définitivement pas où j’en suis. Je ne voulais pas que tout aille trop vite ; j’ai accepté de vivre chez Soul, pour lui faire plaisir et surtout parce qu’au fond, j’en ai vraiment envie aussi, mais… Comment peut-on en aussi peu de temps guérir une blessure datant d’un siècle ? Je ne peux aller à l’encontre de mon cœur blessé, et s’il cri de douleur, alors j’irai au rythme qu’il pourra tenir. ; N’empêche c’est l’amour fou entre ces deux là, je ne peux rivaliser avec Akkarin. Un petit rire m’échappe alors que je me couvre la bouche avec ma main. Ils sont vraiment drôles bien que ce genre de relation m’échappe, puisque je n’ai jamais eu de véritables amis durant toute mon existence.


    « Il est mon ami, je me soucie de sa personne. Et désormais que tu es de retour dans sa vie, ça viendra pour toi. Mais garde ça secret, je ne tiens pas à ce qu’on me trouve gentil. »

    Je me penche alors sur ses paroles lourdes de sens. Il a raison de se méfier de moi, et avec la réputation qui me précède, il est d’autant plus judicieux de sa part d’en savoir un peu plus sur moi. Après tout, j’ai pactisé avec le Diable en côtoyant intimement un démon pendant un siècle entier. Je lui adresse un léger sourire tout en hochant la tête en signe d’approbation, bien que ça soit raté sur sa gentillesse qui se ressent au travers de ses dires.

    « Mais mon ange, tu sais bien que je ne peux aimer personne plus que toi »

    Je secoue la tête, toujours hors compétition de leur amour immense l’un pour l’autre. Je ne peux m’empêcher de dire d’une voix douce, armé d’ironie :

    « Mon Dieu, je ne peux faire le poids contre Akkarin, je le crains. »

    « Je vais essayer de me montrer convaincant, j’ai l’éternité pour cela de toute façon »

    L’éternité, c’est ce que je pensais, mais je n’en suis plus si sûre maintenant. Alors que je regardais mon bras dénudé, où y trônait fièrement mon horloge interne, je soupire. Songeuse, je fus surprise par le baiser de Soul qui me laissa pantoise. Bien que surprise, je lui réponds en baiser aussi doux qu’un murmure. Soul était bien différent de William ; Ce dernier m’ayant offert qu’une relation axée sur la violence sexuelle. J’ai encore du mal à m’y faire à ce brusque changement en lui. Mais je sais que j’aurai toute la soirée pour trouver réponses à mes questions. J’observe le plateau qu’il nous a ramené et là ma vision de fige sur la nature du sang qui se trouve à table. Du sang d’animal ? Mon esprit s’embrouille, serait-il devenu végétarien ?

    « Chérie j’espère que tu n’as pas soif car ce sang ne te conviendra sans doutes pas, tu comprendras quand j’aurais commencé mon histoire. [...] »

    Je n’entends pas la suite de sa phrase alors que je me focalise sur cette poche de sang. Je ne pouvais concevoir que Soul, anciennement William le Sanguinaire, puisse s’abreuver de sang animal. C’était bien trop insensé pour que mon cerveau puis l’accepter. Il fallait que je sache ce qu’il lui était arrivé. Comment pouvait-on changer à ce point ? Alors que je ruminais mes pensées, je sentis une pression sur mon bras. Ahurie, je vois que Soul transfère de son temps en mon bras afin de prolonger ma vie. Non ! Pourquoi fait-il cela ? Pourquoi essaye-t-il d’aller à l’encontre de ce qui doit arriver ?


    « Voilà qui est mieux, et quelle meilleur façon de remettre ma vie entre tes mains ? »

    « Pourquoi essayer de prolonger ce qui doit s’éteindre … ? »

    Dis-je à voix basse, bien que je ne doute pas que mes deux congénères m’aient aisément entendu. Je soupire avant de lancer un regard neutre à Soul. Je lui caresse la joue en signe de gratitude, je ne suis pas impolie. Si tel est son choix, alors je chérirai chaque seconde de sa précieuse vie qu’il a mit entre mes mains. Alors qu’il s’installe sur le canapé, je sens qu’il est sur le point de nous expliquer son histoire. Mon esprit s’emballe, s’affole et s’envole à nouveau dans un florilège de sensations. Bien que j’ai peur, je ne peux plus reculer, ou encore m’enfuir au risque de le blesser. Je prends donc mon cœur au creux de mes mains, et hoche la tête en signe d’approbation. Je t’en supplie, cœur qui ne bat plus dans ma poitrine, ne me lâche pas pour autant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3831-illusions-of-the-sunligh
Akkarin S. Hilfiger
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 106
▌Fireflies : 287
▌Date d'inscription : 11/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 232 ans mais 28 d'apparence
▌Métier : Professeur d'histoire et littérature
▌Force & Pouvoir : La culture et le savoir aussi varié qu'insatiable dont il est victime lui permettent une maîtrise parfaite de ses pouvoirs de vampire.
▌Faiblesses : Les souvenirs de ces regards de pitié et de rejet.
▌Playlist : Queen ~ Chopin ~ L.N.D. ~ AC/DC ~ Deep Purple ~ C. Aznavour ~ The Beatles ~ J. Brel ~ Two Door Cinema Club ~ Charlie Winston ~ ...
▌Citation : « Souffrir passe. Avoir souffert ne passe pas. » M-L. De France



Feuille de personnage
CopyRight: Bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 13:55

La brume de la surprise emplit ces deux personnes. Comme si l’une connaissait parfaitement l’autre, sûr de leur futur commun et de leur amour. Tandis que l’autre surprise de se retrouver face à l’être aimé mais si différent. Après tout on aime la personne et pas uniquement le physique. Vu ainsi Grâce doit retomber amoureuse d’une autre personne. En effet c’était William, désormais Soul est doux, amoureux et aimant. Quelqu’un d’autre en somme.
Ce doit être difficile, de devoir aimer un inconnu uniquement sur une base dépassée. Mais in fine, ce doit être ça le grand amour. Contre tout même le changement.

Soul donne la moitié de sa vie à Grâce, d’un geste qui à ses yeux est naturel… Mal à l’aise à cause de cette promiscuité me rappelant ma solitude je me serre un énième verre que je vide d’une traite. Malade fou de jalousie à l’idée que jamais je ne pourrais être en paix ainsi. Ce serait un véritable cliché psychiatrique que de mettre mes problèmes avec les femmes sur le dos de souvenirs de ma mère.
Cette putain de bas sous. Après tout quelle femme a influencé ma vie de manière positive … Je n’ai eu qu’une bonne comme semblant de mère, payée par mes soins. Une belle image de prostitué vient assombrir ma vue. Après tout ne le sont-elles toutes pas ? Attirée vénalement par moi, comme des moustiques vers une lumière. Des catins privilégiant telle ou telle mœurs. Cliente régulière d’un homme se sentant gâté par cette attention, alors qu’elle y a un profit et qu’il est le dindon de la farce.
Je suis peut-être trop morose, ou alors est-ce la haine agissant sur mon corps comme un décontractant et excitant mes membres espérant combattre. Mon esprit obnubilé par tout ce qui peut m’éloigner de cette vision de Salvation continuant vivre, malgré les comptes à rebours, les souffrances et les démences.
Encerclé par la mauvaise humeur, les soupirs pleuvant sous le ciel de mon amertume, je recherche d’un œil une Sainte Marie salvatrice de cet état. Qu’elle me réveille, m’ouvre les yeux de toutes ses forces et que de ses doigts graciles et pointues me pousse à réagir. Mais … qu’est ce qui me retient de m’affaler, de dormir, de ne plus entendre ces mots. De ne plus me parler, plus de mot à retenir, plus de morale sa faire. Juste rester en paix. Le pire jour, les lumières qui s’éteignent, tous les mauvais scénarios qui brulent dans la neige.
Je tangue, entre haine et euphorie, inconscient de Grâce et Soul. Baigné de sourire, de soupir. Et chaque fois que je m’apprête à parler pour changer ça, j’oublie le début de ce que je voulais dire.
Trop d’alcool d’un coup … Je suis dans un état pitoyable. Ce qui pourrait changer ça, me donner des fourmillements dans le corps, allumer la lumière et me remettre en état cérébrale. Mettre mes émotions dans une boite, la boite que Lena m’a confectionné, qu’elle a fait grandir, décoré et qu’elle a laissé sans se retourner. C’est un apport en sang, quelque chose de nouveau, diluant cet alcool et mon humeur.
Je ris de bon cœur, comme un fou à qui l’on présenterait la lucidité.
Reste en paix Rin’ l’attentionné, quand à Akkarin le fou je vous souhaite bonsoir. A bientôt peut être.
Mère ne t’en fais pas, il reste une part de moi, aussi sale que toi, aussi démente et sans sens.
Quand suis-je devenu si insensé ? Bipolaire à plein temps et instable de tous les instants. Et pourtant encore capable de discernement et de diagnostic sur mon propre état. Quand ma vie a-t-elle déraillé à ce point, pour que je devienne soumis d’une incapable, trop attaché à un déserteur, et frère d’un asocial.

D’un geste machinal sans réfléchir, je vide une poche de sang. Le liquide assainit mon esprit, raffermit ma maitrise de moi-même et me redonne cette haine secrète. Comme un puzzle à mille pièces je me recompose et repose le regard sur le couple me faisant face et discutant.
D’un seul coup je me rappelle une phrase de Soul concernant son histoire et la transcription à en faire. Il a dit quelque chose du genre « tu as amené de quoi noter ?».

Je regarde mon ami quelques secondes. C’est une chance que je porte un caleçon et mes chaussures aux bons pieds alors de quoi noter. Cependant toujours un stylo dans la poche arrière je remarque plusieurs feuilles sur un meuble. Elles sont quasiment vierges et ne comporte que quelques inscriptions à la va vite. De peu d’importance je suppose au vu de leur position. Je les attrape et m’assied dans le fauteuil s’habituant à ma personne quand le propriétaire des lieux parle et que je l’écoute pour la première fois.

« Êtes-vous prêt à entendre l’histoire de la vie du plus cruelle des vampires de ce monde ? »

Je souris m’efforçant de ne pas paraitre morbide et malpoli. Après tout Grâce doit avoir vu des gens en état bien pire que moi, des années de chasse avec William. Je me demande ce qui sera capable de me secouer et de remettre mon esprit en place. Cependant toujours prêt pour l’écriture je m’adresse à Soul.

« Je suis prêt à entendre absolument tout qui sera sanglant et divertissant. A défaut de pouvoir tuer de pauvres humains faibles, donne-moi des détails. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3652-akkarin-s-hilfiger-in-da
Soul William Abraham
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 90
▌Fireflies : 212
▌Date d'inscription : 15/04/2012
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 22ans depuis 400ans
▌Métier : La chasse contre les créatures de son espèce, les démons et autres sorciers maléfiques lui occupe tout son temps.
▌Force & Pouvoir : Autrefois on l'appelait "William, le sanguinaire". Cela veut tout dire n'est ce pas ? Merveilleusement doué au combat, il serait capable de défier n'importe qui.
▌Faiblesses : Son âme d'humain l'affaiblit, l'assaille de remords et de craintes, ne le laissant jamais en paix.
▌Playlist : Pink Floyd, Iron maiden, Nirvana, The who, The guess who, AC/DC, Saez, Téléphone, louis Bertignac, The clash, EMF, Et j'en passe.
▌Citation : Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme.



Feuille de personnage
CopyRight: Tear's Graph
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 15:42

Je viens de donner la moitié de mon espérance de vie à la femme de ma vie. Je sais que je brûle plusieurs étapes avec cet acte. Mais faire comprendre à cette femme que je l’aime me prendra peut-être plus d’un siècle. Elle ne semble pas approuver mais pourtant de se défend pas plus que ça. Bien qu’elle émette une petite phrase de protestation tandis qu’Akkarin se resserre un verre de scotch qu’il vide d’une traite :

« Pourquoi essayer de prolonger ce qui doit s’éteindre … ? »

Pourquoi prolonger sa vie ? Hum je ne saurais dire, peut-être simplement parce que je l’aime ? Oui ça me semble une raison valable. D’un autre côté je peux comprendre que ça lui mette une pression lourde sur les épaules. Elle n’est pas encore sûre de ces sentiments à mon égard. Elle sait qu’elle aime William, mais qu’en est-il de Soul ? Et le fait de lui donner la moitié de mon espérance de vie, elle doit penser qu’elle a une dette envers moi.

« Ecoute Grace, accepter ce temps est la meilleure chose que tu puisses faire en ma faveur. Il va me falloir du temps pour te convaincre que je suis de bonne foi et pour te séduire à nouveau. C’est pour ça que en te donnant du temps je te donne l’opportunité de me laisser ma chance. Et je te laisserai autant de temps que tu voudras pour cela. »

Maintenant que cela est fait nous allons pouvoir passer au vif du sujet ? Je demande à Akkarin s’il a de quoi noter, et il semblerait que non, par contre il a un stylo dans la poche de son pantalon, et il repère sans mal le papier que j’ai laissé au cas où il n’aura pas pris de quoi noter. Il se lève et va les chercher puis il se réinstalle dans la fauteuil qu’il avait déjà pris lors de sa première venue chez moi. Il me dit ensuite cela :

« Je suis prêt à entendre absolument tout qui sera sanglant et divertissant. A défaut de pouvoir tuer de pauvres humains faibles, donne-moi des détails. »

Il veut donc que je détail le tout, très bien je ne ferais pas de détail alors, je vais tout expliquer clairement et tout détaillé. Il risque cependant de me prendre pour un dingue, car même si la vie de William a été répétée avec des rumeurs, la cruauté et le pouvoir de destruction dont il a fait preuve sont beaucoup plus forts que tout ce qui a été rapporté. Il est temps de commencer mon discours, je me racle la gorge et commence alors :

« Tout d’abord je vais faire la distinction entre William et Soul. En effet j’emploi souvent la troisième personne pour parler de William bien qu’il fasse entièrement partie de moi. J’utilise ce nom pour parler de la cruauté et le mal qui est en moi. Soul lui est celui que je suis devenu, le vampire puissant, sanguinaire mais bon et faisant une distinction entre tuer pour le bien et tuer pour la plaisir. »

Je marque une pause pour laisser le temps à Akkarin de prendre des notes, et je regarde Grâce car il est important qu’elle aussi comprenne. Il va maintenant falloir que je lui raconte comment je l’ai choisi, pourquoi je l’ai choisi, ensuite je passerai sous silence les siècles que nous avons vécu ensemble pour parler de ce que j’ai fait depuis notre séparation.

« J’ai rencontré Grace au détour d’une ruelle, elle était seul et un peu éméché, une proie facile, même si je n’avais pas faim j’avais envie de tuer. Ou plutôt William avait envie de tuer, il a donc bondi et a mis Grace au tapis en moins d’une seconde. C’est en vidant ses veines qu’une sensation bizarre lui est venu, une sensation que personne ne pourrait expliquer, et il s’est alors sectionné le poignet pour lui faire boire son sang. »

Je tire une latte sur ma cigarette avant de l’écraser et d’en sortir un autre que j’allume immédiatement. Je me sers un nouveau verre de scotch. Je vide mon verre d’une traite. Qu’il est dur de réveiller tant de souvenir.

« J’ai ensuite conduis le cadavre de Grace dans un endroit reculé connu de moi seul. Et c’est là que c’est passé la transformation. Grace était perdue les premiers temps, elle refusait de se nourrir de sang. Je l’ai laissé faire comme bon lui semblait. Jusqu’au jour où elle est venue me demander de lui apprendre à tuer pour pouvoir se nourrir. C’est la première chose que je lui ai enseigné. Sa technique de disparition dans la nuit est une de mes techniques qu’elle a améliorées. Tu as pu la voir à l’œuvre tout à l’heure.

Je l’ai donc emmené chassé et je lui ai montré toute l’étendue des pouvoirs des vampires, la vitesse, la force et le pouvoir de séduction. Elle était encore trop jeune pour que je lui apprenne le pouvoir de créer des illusions dans l’esprit de nos victimes. »


Encore une bouffée de ma cigarette avant que je reprenne :

« Ensuite Grace est devenu la proie des chasseurs. Il faut dire que comme il ne parvenait pas à arrêter William ils se sont dit qu’en s’en prenant à celle qui l’accompagne il pourrait l’atteindre. C’est pourquoi je lui ai appris à se battre. Je l’ai plus d’une fois roué de coups pour lui donner des leçons. Je le regrette aujourd’hui mais on dirait que la technique de William c’est montré efficace, elle sait se battre mieux que personne aujourd’hui, sauf peut-être William lui-même. »

Je dois maintenant passé à la partie la plus dur de l’histoire, celle où je l’ai abandonné. Non je ne suis pas fautif, c’est William qui a fait ce choix. J’inspire un bon coup et je reprends alors.

« William, une fois l’entrainement terminé, estimait que Grace n’aurait plus besoin de lui, et c’est pourquoi il n’a su comment faire, il ne comprenait pas son sentiment d’amour. C’est quelque chose qu’il n’avait jamais ressenti et c’est pourquoi il est parti sans un mot. »

Je prends la main de Grace et je la regarde dans les yeux, des larmes de sang coulant de mes yeux :

« Même pour William cela a été un enfer, il voulait retourner vers elle, mais il ne pouvait pas, il ne comprenait pas, il était devenu faible pendant l’espace d’un instant. C’est pourquoi il s’est mis à tuer sans arrêt. Il fallait qu’il oublie et la seule façon qu’il a trouvé pour ne pas y penser c’est de semer le chaos. Il a tué des millions de personnes, vivante ou morte. Peu lui importait. Quiconque croisait sa route finissait par mourir. Des centaines de villes ont été détruite par William. C’est d’ailleurs de là que lui vient ce surnom du sanguinaire. La peur de ce monstre à commencer à attirer beaucoup l’attention de nombreux chasseur qui ont péri en essayant de l’arrêter. Puis il s’est rendu sur Salvation, là ou demeurais les monstres les plus puissants de ce monde, il voulait toujours plus d’adrénaline et rien ne lui en apportait plus que les combats difficile. »

Je marque une pause, j’essuie d’un revers de main les larmes qui coules sur mes joues, je me sert un verre et je reprends :

« Et c’est à ce moment qu’une sorcière m’a lancé un sort. Ce sort a eu pour effet de me rendre mon âme. C’est alors qu’un combat intérieur m’a fait lutter contre William, et j’ai réussi à reprendre le contrôle. Je ne parvenais pas à accepter tout ce que William avait fait. Puis au bout de presque 20ans j’ai enfin réussi à m’unifier à ce monstre. Et maintenant nous vivons en pleine harmonie. Il me prête sa force quand j’en ai besoin. Puis c’est alors que le visage de Grace c’est imposé à moi, et ayant conscience de mes émotions j’ai identifié l’obsession de William comme de l’amour. »

J’effectue une douce pression sur la main de Grace. Puis reprend, un peu plus calme cette fois :

« C’est alors que j’ai pris la décision de ne plus tuer, c’est pourquoi j’ai commencé à me nourrir d’animaux. J’essayais d’expié mes péchés. Et pour cela j’ai commencé à éradiquer le mal, en tuant quiconque s’en prenait aux humains. J’ai même contacté Aube afin de rejoindre les chasseurs. J’attends toujours qu’elle me convoque, elle m’a dit qu’elle le ferait prochainement. »

Je sens que la surprise de Grace est grande, elle n’avait j’en suis sûr imaginé que William avait eu du mal avec cette séparation. Et pourtant c’est ce qui l’a rendu encore plus sanguinaire qu’il ne l’était déjà. Il faut que je termine l’histoire même si ça m’en coûte :

« Et puis il y a peu j’ai appris que l’amour de vie vivait à Salvation. J’ai donc tout fait pour te retrouver, mais en vain. Et c’est alors que je venais d’exterminer cette vermine de vampire du virus que tu es apparu devant moi. La suite tu la connais… »

Il est maintenant temps de rendre la parole à mes interlocuteurs ce que je fais alors sans mal :

« Si vous avez des questions je vous écoute et je ferais de mon mieux pour y répondre. »

J’attrape une poche de sang que je vide d’une traite, laissant mon ami et ma « copine » se remettre de ce longs discours et ainsi poser les questions qu’ils veulent.

_________________
Pour un esprit équilibré la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Grace Windsor
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 25
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 11/08/2012
▌Age : 25
▌Age du Personnage : 325 ans - 26 ans {apparence}
▌Métier : Avocate
▌Force & Pouvoir : Sadisme inné + Illustre au combat ; Rapidité d'un félin et discrétion d'un caméléon.
▌Faiblesses : Soul, sa présence, ses sentiments envers lui.
▌Playlist : Hysteria † Muse ; The Kill † 30 Seconds to Mars ; Comatose † Skillet ; One Last Thrill † Slash ; You're a Lie † Slash ; Beautiful Dangerous † Slash ft Fergie ; Breathe into Me † Red ; Call me when you're Sober † Evanescence ; Imaginary † Evanescence; Memories † Within Temptation ; Somewhere † Within Temptation ; Bring me to Life † Evanescence ; Shattered † Trading Yesterday ; The Diary of Jane † Breaking Benjamin ; Give you Hell † The All American Rejects ; Pain † Three Days Grace ; Guardians at the Gate † Audiomachine Dubstep Remix ; Hymn for the Missing † Red ; Kraddy † Android Porn ;
▌Citation : Taste me ; Drink my Soul.



Feuille de personnage
CopyRight: Delicious Coconut
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 18:34

    C’est ici que je veux fixer mon éternelle demeure et soustraire aux jougs ennemis cette chair lasse du monde. Un dernier regard, mes yeux. Bras, une dernière embrassade. (cf R&J – Shakespeare) ; Et force m’est de constater que Soul ne partagera jamais mon opinion compte tenu de l’immense importance qu’il semble accorde à ma vie. De nombreux bambins meurent à leur premier soupire, et pourtant le monde ne s’arrête pas de tourner ? L’évidence même est-elle que cela me paraît évident, mais tout me ramène à penser que je ne suis pas n’importe qui pour Soul. Je demeurerai à jamais l’amour de sa vie, et en tant que vampire anciens, rare nous aient la jouissance de connaître le grand amour. Ne pouvant accepter ce reproche, Soul s’entête à argumenter par un contre exemple. Je ne préfère pas m’aventurer dans un débat, car à l’issue de cela, nous nous serons disputés pour ne pas accepter l’opinion de l’autre. Je soupire avant de capituler d’un impatient signe de main. Que pouvais-je faire à cela ? ; My God, return to me salvation.

    « This pain is just too real ; There's just too much that time cannot erase »

    Oui, Soul, j’accepte ton temps qui m’est imposé. Mais il n’en demeure pas moins, j’aurai accepté ma condition, même si avec le retour de mon amant j’avais le projet de passer l’éternité à ses côtés, j’aurai vécue notre amour jusqu’à ce que la mort nous sépare. Je soupire doucement avant de reposer mon regard chocolaté sur les deux hommes, l’un se préparant à raconter son histoire et l’autre à.. écrire ? Mon visage se crispe tandis que je détourne le regard. Je m’efforce de rester calme, après tout, Akkarin ne notera que l’histoire de William et la distinction entre Soul et William. Je n’ai donc aucune raison de m’en faire, et encore moins de m’emporter contre ces pauvres jeunes gens.

    « Je suis prêt à entendre absolument tout qui sera sanglant et divertissant. A défaut de pouvoir tuer de pauvres humains faibles, donne-moi des détails. »

    Je n'étais pas de l’avis d’Akkarin, mais je ne réagis pas à ses propos. Car contrairement à lui, j’avais peur de trouver réponses à mes questions. Je n’avais plus qu’une envie, m’enfuir. Quitter cette pièce, je voulais en savoir le moins possible sur ce qu’il allait nous révéler. J’avais le mauvais pressentiment que Soul allait faire allusion à notre douloureux passé, et je m’y refusais d’y songer à nouveau et encore moins de l’entendre à nouveau. Je pose mon regard à nouveau sur la feuille d’Akkarin ; alors que mon visage reste lisse, mon esprit tangue sous la panique. Comment Soul va-t-il formuler ses propos ? Comment va-t-il faire allusion à moi ? Est-ce qu’Akkarin va tout prendre en note ? Mais au fait, pourquoi ses notes ? Des notes que sur Soul ou sur moi ? Pourquoi faire ? Je ne comprenais pas, je ne comprenais pas.

    Je ferme les yeux en déglutissant ma gorge avec difficulté. Il va tout détailler, je le sens. Je pose délicatement mes mains de part et d’autre de mon fauteuil en un geste qui se veut bien installé, mais je sais bien qu’au fond de moi, je me retiens de m’agripper aux accoudoirs pour ne pas m’enfuir en courant. Respire, respire que je me dis. L’histoire est sur le point de commencer. L’histoire qui va vous être conté n’est pas faites pour les âmes sensibles. Car mon Destin était déjà écrit, et je n’avais pourtant rien demandée. J’ai été dérobé, possédé et abandonné par William alors qu’il ne me comprenait pas. Mon cœur éteint rate une respiration, et l’histoire commence. D’une oreille distraite, j’écoute les premiers mots de Soul. Je me concentre, il y fait allusion de la différence entre Soul et William. William, mon amour perdu et Soul, un nouvel être que je devais apprendre à connaître, et réapprendre à aimer avec autant d’ardeur et de passion que j’ai pu aimé William. J’aurai pu donner ma vie pour lui, et il s’est enfuit.

    Alors que Soul marque une pause, j’observe le carnet d’Akkarin qui se remplit d’annotations que je pourrai aisément lire, mais je n’en fais point. Je détourne le regard pour le poser sur la cartouche de tabac. Je me penche vers la table basse, j’en profite pour me servir un verre de whisky avant de prendre une cigarette que j’allume. J’y fume les premières bouffées que je recrache en volutes de fumé. Je m’arme de courage pour écouter la suite du récit de sa vie. Je fume avec douceur ma cigarette, les yeux perdus dans le vague, retenant ma respiration alors qu’il explique notre rencontre. Oh oui, j’étais ivre morte, et je ne suis pas partisante de me rappeler que déjà à l’époque, je n’avais nullement foie en l’humanité et qu’importait si je mourrais. A croire que mon goût prononcé pour la Mort était déjà palpable et il m’a amené William. Oui, je me souviens. Une bête qui me saute dessus, et me vide mon sang. Je souffre, j’agonise pendant près d’une heure avant de pousser mes derniers soupirs avant de devenir une créature des Enfers. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Je n’ai jamais su, et au récit de Soul, il sous entend que William aurait fait cela par amour. Je ne peux m’empêcher d’étouffer un petit rire dans ma main tenant ma cigarette avant de la fumer tout en fermant les yeux. Je vois une gorgée de mon bon Jack’s et je continue d’écouter l’histoire. Il a conduis mon cadavre désarticulée dans un entrepôt désaffecté où j’y ais souffert l’agonie pendant ce laps de temps que dura ma transformation. Il est vraisemblablement impossible pour moi de décrire pire douleur que cela ; et je ne sais pas comment j’ai pu survivre à cette atroce douleur. J’aurai pu en mourir tellement, j’ai eu mal. Du moins, j’ai toujours pensé que je ne pouvais pas connaître pire douleur que ma transformation. Mais je suis trompée …

    Le grattement incessant du stylo d’Akkarin sur la feuille est sur le point de me rendre folle. J’en avais presque oublié ses maudites notes et leur fonction. Je fume ma cigarette que je termine et je m’en rallume une autre. Je finirai par découvrir ce qu’il en sera, une fois que Soul en aura fini avec son discours.

    Les yeux perdus dans le vague, un flash me revient en mémoire. J’avais peur, je ne comprenais pas ma situation, je n’avais plus les mêmes goûts alimentaire, et je ne semblais qu’avoir de l’appétit que pour le sang, ce qui me terrorisa à l’époque. Je fus à la diète pendant un bon moment avant de demander à William de m’apprendre les rudiments d’un vampire pour survivre et se nourrir. Il est évident que j’ai été faible avant de devenir redoutable comme le monde me connait. Et cette faiblesse ne plaisait pas à William qui à de nombreuses reprises me corrigea comme bon lui semblait. Et les cris de douleurs résonnent encore à nouveau dans mon esprit alors que la scène défile devant mes yeux arides de larmes. Oui, William m’a torturé de toutes les manières possibles, et cela n’était pas racontable qu’avec de vulgaires mots. Rien ne pourra décrire à quel point, j’ai eu mal durant plus de deux siècles. Ma peau mate demeure lisse et parfaite en surface, mais je sais mieux que personne qu’elle est couverte de bleus et immaculée de sang en profondeur. Des blessures invisibles qui avec le temps se sont pas aussi bien cicatrisés que je le pensais. Aujourd’hui, je saigne à nouveau.

    Soul m’adresse un regard que je lui renvois dénué de toute expression qui pourrait trahir mon florilège de sentiments en mon fort intérieur. Je ne me hasarde pas à lui esquisser un sourire qui sera désastreux, alors je me contente de lui caresser le dos de sa main avec mon pouce.

    J’étais naïve à l’époque. Je pensais qu’avec deux siècle de vie commune, William m’aurait considéré comme sa femme et non pas comme sa maîtresse. Mais je m’étais lourdement trompé, bien plus que je ne pouvais l’imaginer. Il me tortura puis il m’abandonna à mon sort sans aucun scrupule. Alors que je lui demandais de ne pas partir, il répondit à ma supplique avec amertume. Je n’étais rien d’autre que sa catin, j’avais encore moins d’importance qu’une maîtresse. Seigneur Dieu, ô comme j’ai souffert. Et j’avais eu l’infime conviction durant mon existence entière que je ne pourrai jamais souffrir autant que lors de ma transformation. Le Destin m’a démontré que j’avais tord, et c’est au fond d’un gouffre qu’il me propulsa. Qu’ais-je donc fais en un siècle ? Si ce n’est pactiser avec le Diable et vivre une vie de débauche ? ; J’ai toujours été convaincue que William m’a abandonné par harassement de ma personne. Alors comment imaginer qu’il l’eût fait par amour et non pas par dégoût ? Une micro expression traversa mon visage, une tristesse infinie qui laissa place au stoïcisme. Je ne devais pas laisser exploser mes sentiments, la maîtrise était un de mes domaines de prédilection, et je n’allais pas faire exception à la règle ce soir. Je me devais de me maîtriser, même si je venais d’apprendre que Soul, anciennement William le Sanguinaire, s’abreuvait de sang animal comme une vache se nourrirait d’herbe. C’est un choix que je lui laisse, mais auquel je n’adhèrerai certainement pas. C’était si infecte, que je ne pouvais me résoudre à m’imaginer suivre ce régime ne serait-ce qu’un demi siècle. J’arque cependant un sourcil lorsque j’entends qu’il extermine quiconque s’en prend aux humains. Qu’ils éradiquent les démons, je peux comprendre. Ils sont si hautains ! Mais qu’en est-il des vampires du virus ? Il est vrai qu’ils n’ont aucune légitimé comme nous, les vampires anciens. Ils doivent leur sort de vampire qu’à cause de ses imbéciles de démons, mais ce sont quand même des « vampires », même si certains de leur privilège me rende parfois scandaleusement envieuse. Comme sortir en pleine journée. ; Soul termine son récit et nous demande si nous avons des questions. Je suis le point de lui répondre par la désapprobation lorsque ce bruit incessant d’un stylo grattant une feuille me revint à l’esprit. Mon visage se fige et j’observe donc ces notes avant de demander d’une voix calme :

    « Qu’est-ce donc tout ceci ? Pourquoi toutes …ces notes ? »


    Tout ce discours avait pris l’allure d’une interview, d’un entretien avec un vampire. Et je n’en étais pas au courant, je demandais à comprendre, même si je pense savoir de quoi il en est, mais j’avais besoin d’en avoir la confirmation. J’espérais que ce n’était pas ce que je pensais.

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3831-illusions-of-the-sunligh
Akkarin S. Hilfiger
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 106
▌Fireflies : 287
▌Date d'inscription : 11/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 232 ans mais 28 d'apparence
▌Métier : Professeur d'histoire et littérature
▌Force & Pouvoir : La culture et le savoir aussi varié qu'insatiable dont il est victime lui permettent une maîtrise parfaite de ses pouvoirs de vampire.
▌Faiblesses : Les souvenirs de ces regards de pitié et de rejet.
▌Playlist : Queen ~ Chopin ~ L.N.D. ~ AC/DC ~ Deep Purple ~ C. Aznavour ~ The Beatles ~ J. Brel ~ Two Door Cinema Club ~ Charlie Winston ~ ...
▌Citation : « Souffrir passe. Avoir souffert ne passe pas. » M-L. De France



Feuille de personnage
CopyRight: Bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 20:00

Scribe pour un temps, je me mets à griffonner sur les feuilles des notes que seul moi comprends. Des siècles d’abréviations et de codes à une vitesse supérieure au plus rapide des vampires.
200 cents à écrire des livres, essais, pièces et même un roman. Le temps ne m’a pas manqué et grâce à ça une somme d’argent très suffisante réunie.
Je ne me suis jamais focalisé à un style ou type d’écriture, en effet je tâte un peu de tout. Ne sachant pas en quoi je suis bon, tout m’est disponible. En effet avant la dégradation de notre monde ma curiosité personnelle m’avait poussé à vérifier ce que mon créateur et moi supposions. Mes capacités cérébrales en plus d’être guéri de mon handicap humain, se sont accrues. Un humain use en moyenne 10% de son cerveau, un vampire 15% dans les moments de stress ou de panique. Un instinct de survie en somme.
Pour ma part une simple IRM a révélé beaucoup plus, apparemment j’en serais à près de 5 fois plus, en nette progression ? Du moins à la dernières nouvelles, car depuis la réclusion sur Salvation et la fuite des continents, les machines IRM et les médecins compétents ne courent pas les rues.
Ainsi je m’essaye à l’écriture avec succès parfois. Mais la lecture reste toujours été pour moi le passetemps de prédilection, après tout je ne suis pas si bon que ça. Il est des choses qui nous échappent peu importe l’exercice mis dedans. Si tu ne sais ne pas chanter, abstient toi, il en est de même pour l’écriture. En fonction du sujet, je peux sortir des textes potable, mais jamais sous mon vrai nom de peur de voir resurgir mon œuvres dans quelques siècles avec des hérétiques enragés.
Ainsi mes week-ends et temps libre sont dédiés à la lecture, découvrir les idées des autres, leur perception de telle ou telle chose, les cerner est si fascinant. Et savoir que tout ceci peut changer en fonction de la nature de la personne, de ses expériences passées, de ses connaissances et de ses peurs. Comme c’est stimulant… Mais je m’emporte.

Attentif à Soul je note quelques bribes de récit, le reste viendra de mes souvenirs et du plan choisi. Garder les faits, mais les expliquer au lecteur afin de le transporter dans la vision de Soul. Voici le but de tout auteur, transporté. Pour ma part je vais m’y atteler sans vanité, après tout je vais tacher de respecter les désirs de Soul. Mais ma patte restera, que je le veuille ou non, elle est indicible de ma personne. L’usage de mon vocabulaire trop soutenu, de mes comparaisons donnant à rire mais toujours à réfléchir.

Je jette un coup d’œil à Grâce, il est vrai qu’elle découvre tout de la distinction de Soul et William. A sa place, savoir la raison de toutes mes souffrances passées. La découverte de cet homme amoureux qui est similaire mais différent de celui qu’elle a aimé. La douleur de son tortionnaire sans sentiments qui s’est transformé en bête dans le but de se fuir lui-même. Elle maitrise son visage cependant elle possède un regard clair permettant de discerner certaines choses. Le fait qu’elle pose les yeux nerveusement sur plusieurs choses, sa pupille comme un oiseau apeuré en cage.

Je me reconcentre sur Soul après tout il ne s’agit pas de mon aimé, je ne peux que lui apporter un soutien morale en ne la fixant pas comme un lion en cage.
Bien il a commencé par discerner Soul et William… Je pense que commencer le livre sous un point de vue psychologique en expliquant cette double personnalité dû à un recouvrement d’âme est intéressant. Autant éliminer toutes les explications au début, concernant sa personne. Sans entrer dans les détails concernant Grâce. Après tout le livre va porter sur William, pas sur Grâce ou Soul.

Les débuts du sanguinaire ont commencé par une incompréhension de sentiments ? Hahaha, ça me rappelle quelqu’un il y a plusieurs semaines… Moi. Pas de là à en venir à tuer tout ce qui bouge, je n’avais qu’une cible responsable de ma prise de conscience de sentiments. De toute façon elle n’est plus alors c’est réglé. Et puis j’ai accepté mes sentiments aussi faibles soient-ils.
Il a déraillé face à l’absurdité de sa faiblesse nouvelle, de son besoin d’un autre être que soit autrement que sur un plan physique.
Etrangement c’est son humanité qui la rendu inhumain.
Donc il a entrainé Grâce afin qu’elle se défende des chasseurs voulant atteindre William par elle. Ingénieux.
Du sang coule des yeux de Soul. J’ai déjà eu l’occasion de voir pleurer un vampire, mais jamais le sang n’était aussi noir. Ce doit être dû à son âge.
Je note l’histoire de la sorcière que nous avons déjà évoqué par le passé mais qui m’inspire toujours autant. Il semblerait qu’il ait rencontré une des seules sorcières n’ayant jamais existé, j’ai fait des recherches sur elles, et il semblerait qu’elles se soient éteintes. Ou alors qu’elles se tapissent au vu de l’état actuel de Salvation ça serait compréhensible.
Quoi qu’il en soit son recouvrement d’âme à induit une lutte intérieure qui m’intéresse au plus haut point à la fois pour le livre, toujours le coté psychologique mais absolument nécessaire. Tout l’univers des vampires ne passent que par ça, la force, la soif et le mode de vie ne sont que des fioritures à côté du changement d’état émotionnel quand on en vient à tuer pour survivre et devenir éternel.
La fin concernant l’identification de ses sentiments et de la redécouverte de Grâce m’intéresse mais moins je l’avoue. Après tout il lui reste le combat de la confiance à effectuer avec elle.

Je note quelques secondes des idées des suppositions et des phrases à retranscrire encore après qu’il ait demandé si nous avions des questions.
Et c’est Grâce qui ouvre le bal avec une question me concernant.

« Qu’est-ce donc tout ceci ? Pourquoi toutes …ces notes ? »

Je souris, c’est vrai qu’elle ne sait pas. Ça doit lui paraitre curieux.
« Je vais écrire un livre sur l’histoire de William, une sorte de correctif de tout ce qui circule comme rumeur en quelque sorte. Et ce que je fais dans la vie pour te répondre, je suis professeur de littérature et d’histoire. Bien que je me considère plus comme un érudit que comme tel. »

Je me tourne désormais vers Soul et lui pose la question qui à mon sens a le plus d’importance.

« Tu veux bien m’expliquer ces vingt années avec à la fois William et toi dans un corps. Comment vous vous êtes nourris, comment ça se passait tout le temps ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3652-akkarin-s-hilfiger-in-da
Soul William Abraham
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 90
▌Fireflies : 212
▌Date d'inscription : 15/04/2012
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 22ans depuis 400ans
▌Métier : La chasse contre les créatures de son espèce, les démons et autres sorciers maléfiques lui occupe tout son temps.
▌Force & Pouvoir : Autrefois on l'appelait "William, le sanguinaire". Cela veut tout dire n'est ce pas ? Merveilleusement doué au combat, il serait capable de défier n'importe qui.
▌Faiblesses : Son âme d'humain l'affaiblit, l'assaille de remords et de craintes, ne le laissant jamais en paix.
▌Playlist : Pink Floyd, Iron maiden, Nirvana, The who, The guess who, AC/DC, Saez, Téléphone, louis Bertignac, The clash, EMF, Et j'en passe.
▌Citation : Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme.



Feuille de personnage
CopyRight: Tear's Graph
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Sam 25 Aoû - 20:43

Pendant mon récit je remarque que Grace n’est pas à l’aise du tout. Même si elle fait tout pour ne pas montrer ses sentiments à ce moment je sens bien qu’elle souffre de se souvenir. Cela me fait aussi mal qu’à elle. Mais il est important que nous en parlions car c’est à la fois libérateur et il ne faut pas que nous ayons des tabous. Elle semble ne pas comprendre pourquoi Akkarin prend des notes. Il est vrai que j’aurai du la prévenir de cela, mais il ne fait pas qu’elle est crainte j’ai prévu de demander à Akkarin de parler de ce qui a fait changer William le tueur, en William le sanguinaire mais je ne veux pas qu’il mette le nom de Grace ou quoi que ce soit qui pourrait amener à penser qu’il s’agit d’elle dans le livre. Je finis alors mon discours. Je n’ai pas tout détaillé ne sachant pas quel passage intéresse réellement mon auditoire, mais je sais que si l’un ou l’autre a des questions sur un moment précis ils ne manqueront pas de me le faire savoir. Et en effet cela ne loupe pas car Grace demande rapidement :

« Qu’est-ce donc tout ceci ? Pourquoi toutes …ces notes ? »

Avant que je n’ai pu prendre la parole Akkarin lui réponds :

« Je vais écrire un livre sur l’histoire de William, une sorte de correctif de tout ce qui circule comme rumeur en quelque sorte. Et ce que je fais dans la vie pour te répondre, je suis professeur de littérature et d’histoire. Bien que je me considère plus comme un érudit que comme tel. »

Il dit vrai il est plus érudit que la plus part d’entre nous, et il est aussi beaucoup plus intelligent que la moyenne. En fait ce doit être un adversaire intéressant, car même s’il est moins rapide, moins fort et moins expérimenté au combat que moi, il est beaucoup plus fin stratège. Ce serai vraiment intéressant de le combattre et de le voir mettre au point tel ou tel tactique pour tenter de me mettre hors d’état de nuire. Je dois dire qu’en ce qui me concerne je ne me sers pas tellement de mon cerveau, bien que beaucoup plus depuis que je suis devenu Soul, mais je me sert surtout de mon talent innée à tuer. Mais commençons par rassurer Grace :

« Tu sais mon amour, bien que j’ai demandé à Akkarin d’écrire un livre sur William il est évident que tu ne seras qu’évoqué, et il n’y aura aucun moyen de faire un lien entre la femme du livre et toi. Je sais que tous ces souvenirs te chamboulent, seulement il est inévitable de passer par là pour comprendre le comportement de William, ainsi que le miens. J’ai une idée ne bouge pas. »

Je me déplace à grande vitesse pour me rendre dans la cuisine et allez chercher du sang humain. En effet j’en ai volé dans un hôpital. Il est moins bon que quand il est encore chaud mais c’est toujours mieux que le sang d’animaux. Moi je n’en bois pas par peur de retomber et de ne plus pouvoir me contenter du sang des ours. C’est du sang que je suis allez récupérer hier sachant que Grâce viendrait. Même si moi je ne tue plus d’humain je ne peux pas lui demander de ne plus le faire, c’st pourquoi je m’accommode de cela. Je devrais vivre avec une femme qui ne partage pas mes convictions, et pourtant je l’aime plus que tout, même plus que mes principes. C’est en partie ce qui me fait un peu peur, et si avec elle je redevenais un tueur d’humain ? Si William refaisait surface ? Non il ne faut pas que je pense à tout ça, je lui dit alors :

« Tiens bois ça, ça te fera du bien, j’ai bien compris que tu ne cesseras pas de tuer, mais je ne peux pas m’en prendre à toi pour autant, mon amour pour toi m’empêche de t’imposer quoi que ce soit. Tu vivras comme tu le souhaites et je ferais avec. Du moment que tu acceptes celui que je suis devenu ça me convient. »

Mais va-t-elle réussi r à tomber amoureuse de Soul comme elle l’était de William ? Rien n’est moins sûr pourtant au fond je suis resté le même. Akkarin me demande alors d’éclaircir un point qui semble l’intéresser. Je savais que cette question sur ce passage allait venir.

« Tu veux bien m’expliquer ces vingt années avec à la fois William et toi dans un corps. Comment vous vous êtes nourris, comment ça se passait tout le temps ? »

La cohabitation n’a pas été facile un premier temps. Pendant un long moment j’ai été schizophrène. Je me réveillais parfois en pleine journée dans mon cercueil sans savoir comment j’étais arrivé là, et c’est ensuite que les souvenirs m’apparaissaient. Des morts, du sang, et le chaos. William à grandement participé à la destruction de Salvation, contre mon gré. Mais il est difficile d’exprimer le combat intérieur qui s’est mené, comment donner des exemples concrets ? Je sais :

« Eh bien la cohabitation du bon saint Maritain et du sanguinaire n’a pas été facile. Il m’arrivait parfois de perdre tout contrôle et William reprenait le dessus et tuais tout ce qui bougeait. Principalement quand j’avais faim. Je ne pouvais rien faire pour l’en empêcher car je perdais conscience durant ces moments, tout ce qu’il me restait s’était les souvenirs le lendemain. »

Je marque une pause, car ce n’est évidemment pas tout, on est même loin du compte, mais comment raconter quelque chose d’aussi spéciale. Il faut le vivre pour le comprendre, c’est une expérience bizarre et unique. Quelque chose que je ne voudrais plus jamais vivre :

« William et moi nous battions constamment pour savoir qui prendrait le contrôle. Des fois je gagnais, d’autres fois je perdais. C’est d’ailleurs ce qui m’a amené à me nourrir d’animaux. Quand la soif n’était pas la gardé le contrôle était plus facile. Mais ce qui nous a réunis c’est l’amour du combat. »

Oui en effet c’est lors d’un combat que nous avons trouvé une sorte de compromis. Il me laissait garder le contrôle si j’acceptais de continuer à combattre. Ca ne sait pas exactement passé comme ça mais c’est tout comme. Et quitte à me battre autant le faire pour préserver mes valeurs, donc j’ai commencé ma lutte contre les forces du mal avec la puissance du sanguinaire. C’est comme si j’avais retourné ma veste ce qui n’a pas plus à beaucoup de monde. Encore que avant personne n’était à l’abri, là ceux qui ne s’en prenne pas aux humais ne risquent pas de mourir. Grâce fait partie de ces gens-là même si elle s’en prend à cette espèce. L’amour à des raisons que la raison ignore après tout.

« En effet lors de combat difficile nous unissions nos forces et c’est alors qu’une sorte de compromis a été passé entre lui et moi. Nous avons passé une sorte de pacte. Il me prête sa force et ses capacités si je continue de mener des combats. Il me laisse également le contrôle total de mon corps. »

Il y a quand même des cas ou le sanguinaire ressort, dois-je en parler ? Oui après tout j’ai promis de me montrer franc, Grace à le droit de tout savoir :

« Cependant il y a des situations ou je ne peux pas lutter contre moi-même et que le sanguinaire qui sommeille en moi ce réveil. Principalement quand Erin se trouve dans les parages. William et elle ce sont déjà affronté par le passé, il lui avait d’ailleurs mis une jolie raclé, mais elle est devenue plus forte, et elle espère s’emparé de mon âme pour augmenter son pouvoir et faire revenir le sanguinaire. »

Bien que tout cela soit un peu changé, le sanguinaire au contact de Soul me parait plus humain à présent. Je pense qu’il n’aurait pas de scrupule à tuer qui que ce soit hormis Grace, mais il ne sèmerait plus le chaos comme auparavant. Et maintenant que j’ai avoué mon amour à Grace il semble plus en paix avec lui-même. J’ai fait ce qu’il n’aurait jamais réussi à faire.

« Par contre si je devais perdre mon âme le William qui apparaitrai alors serait sans scrupule, sauf devant toi mon amour, mais il ne sera plus aussi fou que auparavant. Il s’est assagit depuis qu’il est en contact constant avec mon âme. Et le fait que j’ai pu avouer mon amour et le siens à la seule femme que nous n’avons jamais aimé depuis toujours, il semble être plus en paix. »

Je me lève alors et met une fois de plus un genou à terre devant Grace :

« Tu sais mon amour, je ne suis pas si différent du sanguinaire, seul mes principes ont changé, et je peux plus facilement vider mon cœur. Sinon je suis toujours celui que tu as connu en plus franc, plus sincère et plus démonstratif de ce que je ressens. Je te laisserai le temps qu’il faudra pour t’y habituer, et m’aimer si tu le souhaites. Je ne peux vivre sans toi, il n’y a que toi, et il n’y aura toujours que toi. »

Ces mots sont sincères. Utiliser le terme de aimer au conditionnel montre bien que je sais qu’elle n’est pas sûr de ce sentiments envers moi, mais cela lui montre également que je suis prêt à attendre autant de temps qu’il le faudra car je l’aime plus que tout au monde.

_________________
Pour un esprit équilibré la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Grace Windsor
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 25
▌Fireflies : 2
▌Date d'inscription : 11/08/2012
▌Age : 25
▌Age du Personnage : 325 ans - 26 ans {apparence}
▌Métier : Avocate
▌Force & Pouvoir : Sadisme inné + Illustre au combat ; Rapidité d'un félin et discrétion d'un caméléon.
▌Faiblesses : Soul, sa présence, ses sentiments envers lui.
▌Playlist : Hysteria † Muse ; The Kill † 30 Seconds to Mars ; Comatose † Skillet ; One Last Thrill † Slash ; You're a Lie † Slash ; Beautiful Dangerous † Slash ft Fergie ; Breathe into Me † Red ; Call me when you're Sober † Evanescence ; Imaginary † Evanescence; Memories † Within Temptation ; Somewhere † Within Temptation ; Bring me to Life † Evanescence ; Shattered † Trading Yesterday ; The Diary of Jane † Breaking Benjamin ; Give you Hell † The All American Rejects ; Pain † Three Days Grace ; Guardians at the Gate † Audiomachine Dubstep Remix ; Hymn for the Missing † Red ; Kraddy † Android Porn ;
▌Citation : Taste me ; Drink my Soul.



Feuille de personnage
CopyRight: Delicious Coconut
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Dim 26 Aoû - 11:26

    J e n’avais pas pris l’initiative de vérifier si ma question ne paraissait pas trop agressive. Je l’avais presque débité avec précipitation, montrant sûrement mon empressement à vouloir réponse à ma question. Il est vrai que cette atmosphère d’interview me perturba, et peut-être même encore plus de voir William, ou plutôt Soul se livrer à ce genre de pratique. Bien que cela me fût égal, je me demandais en quoi toute cette mise en scène était nécessaire. Je rejette une mèche rebelle derrière mon oreille avant de déclarer d’une voix suave :

    « Un livre ? »

    Mh. Je pouvais comprendre les raisons qu’Akkarin venait de m’énoncer, qui se révèlent être légitime. Soul était en droit à vouloir restituer la vérité sur ses anciens agissements en tant que William. Mais j’avais peur. Je ne voulais en aucun cas être mêlé à que ce soit de près ou de loin à ce bouquin. De plus, j’étais vexée. A mes yeux, on ne peut raconter mon histoire avec des mots, personne ne pourra jamais comprendre sans avoir vécue ce que j’ai pu vivre. Et surtout, la conception du livre de nos jours m’exaspère au plus haut point. Ce n’est plus les livres que j’ai connu, des pages trempées à leur extrémité dans de l’or liquide, ces mêmes pages reliée en un manuscrit de cuir brodé aux fils d’or, d’argent et de bronze. C’était beau, c’était noble. Qu’y avait-il de plaisant à voir une bonne vieille cruche arboré un sourire niais, nous affichant aux grands jours ses dents de cheval ? Scandaleusement ridicule.

    « Tu sais mon amour, bien que j’ai demandé à Akkarin d’écrire un livre sur William il est évident que tu ne seras qu’évoqué, et il n’y aura aucun moyen de faire un lien entre la femme du livre et toi. Je sais que tous ces souvenirs te chamboulent, seulement il est inévitable de passer par là pour comprendre le comportement de William, ainsi que le miens. J’ai une idée ne bouge pas. »


    « Je respecte votre volonté à tous les deux d'écrire ce livre. Mais que ce soit bien clair ! Je ne veux pas qu’on y raconte ne serait-ce qu’une bribe de mon histoire. Contentez-vous de ma transformation, et ma condition de disciple. Je ne veux aucuns détails … humiliants. »

    Dis-je d’une voix ferme avant que Soul ne s’éclipse à nouveau dans la cuisine. Je tourne mon regard vers Akkarin, un regard qui se veut compatissant. Je ne doute pas de ces talents d’écrivain, mais c’est plus fort que moi. Ma volonté va à l’encontre de celle de Soul, à nouveau. Je me penche vers le jeune écrivain, plongeant mon regard chocolaté dans le sien, le fixant avec insistance avant de lui exposer mes propos avec douceur.

    « Votre profession est à l’image de votre savoir et je ne doute pas de vos aptitudes forte appréciable chez un vampire. Mais laissez-moi vous expliquer ce que je pense, s’il vous plaît. Même le plus grand écrivain du monde ne pourra retranscrire ce que j’ai pu vivre en raison de l’influence de William sur ma personne. Ô combien même c’est l’histoire de William, j’y ai participé et je ne veux pas être dépeinte dans ce récit. J’ai été bien trop misérable pour que cela puisse être un éloge pour moi. Alors si vous comprenez, je peux vous dire que je place mon entière confiance entre vos mains vis-à-vis de ce livre. »


    « Tiens bois ça, ça te fera du bien, j’ai bien compris que tu ne cesseras pas de tuer, mais je ne peux pas m’en prendre à toi pour autant, mon amour pour toi m’empêche de t’imposer quoi que ce soit. Tu vivras comme tu le souhaites et je ferais avec. Du moment que tu acceptes celui que je suis devenu ça me convient. »

    Un léger sursaut soulève mes épaules alors que je venais à peine d’achever ma phrase destiné à Akkarin. Bien que je ne l’ai pas chuchoté, je n’ai rien à caché à Soul, et je doute qu’il ne l’a pas entendu. Je lui adresse malgré tout un sourire radieux en remerciement de son attention toute particulière pour cette poche de sang humain qui me convenait bien plus que le sang animal. Je termine ma cigarette d’un trait avant d’ouvrir la poche que je fais écouler dans un second verre, différent de mon whisky. Je bois plusieurs gorgées de sang, bien que j’ai chassé il y a peu, ma soif n’était pas à son summun, mais je ne refuse pas un léger surplus.

    « Tu veux bien m’expliquer ces vingt années avec à la fois William et toi dans un corps. Comment vous vous êtes nourris, comment ça se passait tout le temps ? »

    Intriguée par la question d’Akkarin, qui se révèle intéressante pour en savoir plus sur la cohabitation entre Soul et cette entité presque mystique, William. Celui que j’ai connu, tandis que Soul est pour moi presque un inconnu à mes yeux. Il n’agit pas du tout comme William, et bien que j’ai promis à Soul qu’avec du temps, je finirai par m’y faire, je constate que c’est assez difficile pour moi. Il faut que je consolide à la fois la cicatrisation de mon cœur endolori et l’acceptation de Soul sans le trop repousser malgré ma gêne, au risque de le blesser malgré les sentiments que je semble attacher à son enveloppe corporelle et à mon souvenir de William.

    « Cependant il y a des situations ou je ne peux pas lutter contre moi-même et que le sanguinaire qui sommeille en moi ce réveil. Principalement quand Erin se trouve dans les parages. William et elle ce sont déjà affronté par le passé, il lui avait d’ailleurs mis une jolie raclé, mais elle est devenue plus forte, et elle espère s’emparé de mon âme pour augmenter son pouvoir et faire revenir le sanguinaire. »

    Mon nez se plisse discrètement en une moue renfrogné typique de ma colère noire en devenir. Cette révélation ne m’enchanta guère, et je me fais la promesse de faire des recherches sur cette Erin qui semble tourner autour de Soul, convoitant son âme. Convoitant mon William ; Et bien que je ne le montre que très rarement, je suis extrêmement possessive envers certaines personnes de mon entourage, et tout particulièrement avec Soul. Rien que le fait d’imaginer qu’elle puisse le traquer m’exaspère et me rend hors de moi. Les mains crispées, je bouillonne de rage. La vue de Soul à genoux devant moi me rappelle à la raison et mes mains se délient pour venir se poser sur son visage que j’encadre avant de plonger mon regard dans le sien.

    « Tu sais mon amour, je ne suis pas si différent du sanguinaire, seul mes principes ont changé, et je peux plus facilement vider mon cœur. Sinon je suis toujours celui que tu as connu en plus franc, plus sincère et plus démonstratif de ce que je ressens. Je te laisserai le temps qu’il faudra pour t’y habituer, et m’aimer si tu le souhaites. Je ne peux vivre sans toi, il n’y a que toi, et il n’y aura toujours que toi. »

    « Je le sais … Mais je te préviens avant tout, que tu le veuilles ou non ; Je n’aurai aucun repos jusqu'à ce que je puisse exterminer Erin de mes propres mains. Je n’aurai de cesse que de la traquer, la combattre et l’égorger vivante avant de brûler sa dépouille dévêtue de sa tête que je ramènerai en trophée pour y décorer mon salon. Je n’aurais aucun répit avant son trépas, jamais. »

    Je lui adresse un sourire mélancolique avant de déposer mes lèvres pulpeuses contre les siennes. Dans ce baiser langoureux aussi doux qu’une caresse, une larme de sang noir pourpre vint s’écraser contre ma joue. Riant alors que Soul répondait à mon baiser volé, je l’essuie avant de me tourner vers Akkarin.

    « Je vous avais dit que je n’avais aucunes intentions vis-à-vis de Soul, mon cher. Pardonnez mon ignorance qui ne demande qu’à se racheter à l’encontre de votre sage opinion. J’ai pour intention de protéger Soul au péril de mon immortalité »

    Je lui adresse un sourire radieux avant de me tourner vers Soul et de me mettre à son niveau, c'est-à-dire à genoux face à lui. Je lui agrippe fermement le visage, avant de plonger mon regard sévère dans le sien avant de déclarer d’un ton menaçant.

    « Je veux tout savoir sur cette femme. Qui est-elle ? Comment l’as-tu connu ? Depuis combien de temps te traque-t-elle ? De quelle nature est-elle ? Puissante à quel point ? Où est-elle ? ; Qu’elle se tienne prête. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3831-illusions-of-the-sunligh
Akkarin S. Hilfiger
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 106
▌Fireflies : 287
▌Date d'inscription : 11/06/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 232 ans mais 28 d'apparence
▌Métier : Professeur d'histoire et littérature
▌Force & Pouvoir : La culture et le savoir aussi varié qu'insatiable dont il est victime lui permettent une maîtrise parfaite de ses pouvoirs de vampire.
▌Faiblesses : Les souvenirs de ces regards de pitié et de rejet.
▌Playlist : Queen ~ Chopin ~ L.N.D. ~ AC/DC ~ Deep Purple ~ C. Aznavour ~ The Beatles ~ J. Brel ~ Two Door Cinema Club ~ Charlie Winston ~ ...
▌Citation : « Souffrir passe. Avoir souffert ne passe pas. » M-L. De France



Feuille de personnage
CopyRight: Bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   Lun 27 Aoû - 18:43

Grâce semble enfin poser des mots sur ce qu’elle pense de notre projet commun. Et la réponse vaut le détour, un vampire qui ne veut pas restituer la vérité sur lui, qui ne souhaite pas être connu et célèbre. Au vu de son histoire elle serait crainte et seuls quelques fous oseraient l’attaquer après ça. Le vampire ayant tenu tête et combattu aux côtés du Sanguinaire.
Mais son problème à elle est différent. Ne pas passer pour la faible personne de l’histoire… C’est tout à fait logique. Après tout moi-même évite scrupuleusement de raconter ma vie d’humain à qui que ce soit, même à Soul. Les seuls au courant étaient les gens présents à savoir mon frère et Tara si elle vit encore. Pour le reste je les ai vus enterrer de mes yeux vus.
Les vampires anciens évitent scrupuleusement de passer pour des êtres faibles, un complexe surement, en tout cas nos péchés capitaux extrapolent de manière phénoménale avec l’âge.
Je prends bonne note des remarques de Grâce, je suppose que Soul lui-même n’aurait pas voulu que j’amenuise sa chère et tendre. Mais il m’est difficile de masquer la vérité, heureusement qu’il ne s’agit que d’oublier son nom. Je me considère comme témoin des évènements de notre ère, sans véritable parti, j’assiste en gardant en mémoire les faits dans leur plus simple véracité.

Je relis rapidement mes notes avant que Soul ne réponde à ma question et tandis qu’il parle à Grâce, je ne sais pas pourquoi je ressens le besoin de m’occuper pour ne pas écouter quand ils se parlent. Les scènes d’intimité face à d’autres n’a jamais été de mon fort. Moi-même évitant soigneusement ce genre de choses avec mes partenaires. Un vampire pudique, c’est drôle venant d’un être capable de vider un homme de son sang en pleine rue.

Soul raconte alors le combat des esprits qui s’est passé en lui.
Notant étape par étape ce que me dit Soul, je prends conscience de sa réponse… 20 longues années pour au final en conclure que le combat est la solution.
Et si jamais William reprenait le dessus ? Et si Soul ne parvenait plus à la contenir, quand bien même il se serait assagi, il est comme un démon enfermé dans un corps, désireux de sortir combattre au détriment de son hôte.
Je note absolument tout ce qu’il dit jusqu’à l’écoute du nom d’Erin. Ca me dit quelque chose, rien de concret, j’ai dû l’entendre mais surement pas le lire. Sinon je le saurais, est-elle vampire ? Qu’a-t-elle de si spécial pour exaspérer William ? En tout cas ça a de tout pour jalouser Grâce. Une femme faisant perdre le contrôle à un tel démon, ce n’est pas anodin et cache quelque chose.
Sait-elle des choses qu’il dissimule ? Ou alors est ce plus profond… Je vais me renseigner, quand nous serons seuls. Face à Grâce c’est assez mal venu.

Comme une sordide nouvelle d’Edgar Allan Poe, un rebondissement intéressant du personnage le moins attendu survient.

« Je le sais … Mais je te préviens avant tout, que tu le veuilles ou non ; Je n’aurai aucun repos jusqu'à ce que je puisse exterminer Erin de mes propres mains. Je n’aurai de cesse que de la traquer, la combattre et l’égorger vivante avant de brûler sa dépouille dévêtue de sa tête que je ramènerai en trophée pour y décorer mon salon. Je n’aurais aucun répit avant son trépas, jamais. »

Je souris, elle est plus qu’intéressante celle-là. Soul sait choisir sa femme, pas d’ennui assuré avec elle. Elle a du répondant et sait ce qu’elle veut. C’est dangereux associé à sa beauté.
Pas le temps d’analyser ce qu’elle vient de dire qu’elle s’adresse à moi toujours souriant.

« Je vous avais dit que je n’avais aucune intentions vis-à-vis de Soul, mon cher. Pardonnez mon ignorance qui ne demande qu’à se racheter à l’encontre de votre sage opinion. J’ai pour intention de protéger Soul au péril de mon immortalité »

Je m’en doutais, au vu de sa prise de position et de la passion qu’elle met à chacune de ses paroles. Sans regarder Soul, je sais qu’il est heureux d’entendre ça. Je souris de plus belle, cette brune plantureuse m’aura fait oublier ma haine du monde.

« Je veux tout savoir sur cette femme. Qui est-elle ? Comment l’as-tu connu ? Depuis combien de temps te traque-t-elle ? De quelle nature est-elle ? Puissante à quel point ? Où est-elle ? ; Qu’elle se tienne prête. »

Il est temps de parler, ou sinon je vais vraiment me sentir comme la 5ème roue du carrosse.

« Je suis sûre que tu es capable de le protéger mieux que lui-même. Mais par pitié tutoie moi, bien qu’on soit vieux cet usage me fait mal à l’orgueil. Et je n’ai jamais prétendu être un grand écrivain, je sais parler, c’est loin d’être talent. Je me considère comme un observateur en Salvation et dans le monde simplement. »

Je me tourne vers Soul et lui intime de répondre à la question de Grâce, elle m’intéresse au plus haut point.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3652-akkarin-s-hilfiger-in-da
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's my new life, perhaps with you (Soul - Grace - Akkarin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Salvation City Center
 :: Space Dementia :: Appartement de Soul W. Abraham
-