AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Delirium ❈ Jezabel & Nathanaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Delirium ❈ Jezabel & Nathanaël   Jeu 26 Juil - 22:15



    « La fin est proche ! Les signes nous sont envoyés par le Tout-Puissant, il ne faut pas les négliger ! » Oh, sérieusement ? Nathanaël haussa un sourcil agacé et réprima un soupir, tandis qu’autour de lui les quelques personnes présentes se détournaient, aussi ennuyées que lui. Cela n’arrêtait pas le prêcheur, qui tentait vainement de sensibiliser ses pairs à l’apocalypse à venir. « Expiez vos péchés avant qu’il ne soit trop tard, le jour du Jugement est proche ! » L’homme exhibait son bras comme si c’était la réponse, le fourrait sous le nez des rares passants qui s’approchaient de trop près, mais aucun ne s’arrêtait. Personne n’avait envie d’écouter les lamentations d’un illuminé, plus maintenant. Dans l’esprit de beaucoup de gens, l’apocalypse avait déjà eu lieu, et s’ils en avaient réchappé, ils n’avaient aucune envie de croire qu’une suivante puisse arriver. Et plus que tout, ils évitaient de regarder les signes qui étaient tatoués sur le bras du prédicateur. Tous portaient des manches longues, certains tiraient même dessus dans un geste inconscient pour s’assurer que leur propre bras à eux restait bien invisible. Et Nathanaël devait bien avouer qu’il faisait de même : il n’avait aucune espèce d’envie que ces humains – ou quiconque d’autre d’ailleurs – voie ce qu’il portait tatoué sur son propre bras. Il ne ressentait pas la même terreur qu’eux face à ces chiffres, il s’était bien vite rendu compte que cela représentait bien moins de danger pour lui que pour eux, mais il avait le sentiment que cela pouvait être tourné comme une arme, même contre lui, l’immortel. Pourtant, il se sentait aujourd’hui d’humeur joueuse … Et il avait envie de vérifier certaines de ses théories à propos de ce compteur mystérieux dont tout le monde semblait avoir hérité en une nuit. Il se leva et se dirigea vers l’illuminé, qui continuait de brailler ses inepties, et l’accosta avec quelques phrases bien choisies. Il lui suffit de paraître intéressé pour que l’homme soit tout à lui, et il l’entraîna alors dans une ruelle à l’écart. Une fois qu’ils furent isolés, Nathanaël empoigna le bras de l’homme et jeta un coup d’œil à son tatouage. Le chiffre était ridiculement bas, mais cela suffirait amplement – ce n’était pas comme si le vampire avait vraiment besoin d’années supplémentaires. En voyant son geste, l’homme cru qu’il avait le droit de lui rendre la politesse, et il releva à son tour la manche de Nathanaël. Le peintre le laissa faire, un sourire cruel étirant ses lèvres à mesure que l’humain comprenait à qui il avait affaire. Il était difficile de se méprendre sur la véritable identité du peintre, une fois qu’on voyait le nombre d’années qu’il avait déjà vécues … Et toutes celles qui lui restaient à vivre. Mais il était trop tard pour l’humain, à présent. Il ne fallut pas beaucoup d’efforts à Nathanaël pour le persuader de lui "céder" quelques unes de ses années, dans un but "purement scientifique". Enfin, il dut lui casser quelques doigts avant qu’il n’y consente, mais le résultat était le même …

    Suant la peur par tous ses pores, l’homme ne songeait plus à en appeler au Dieu Tout-Puissant, à présent qu’il était entre les mains d’un fils du Diable. Et c’est presque de bonne grâce qu’il s’agrippa à la main de Nathanaël, lui offrant des années de sa vie. Fasciné, le vampire regarda les compteurs se mettre en marche, faisant augmenter légèrement le sien, diminuant considérablement celui du mortel. « Pitié, laissez-moi à présent … Vous n’avez pas besoin de prendre plus de mon temps, ayez pitié, laissez-moi vivre encore un peu. » L’homme avait retiré sa main de celle du vampire et geignait à présent, mais Nathanaël n’en avait cure. « Oh, tu veux vivre maintenant ? Je croyais que tu appelais l’Apocalypse de tes vœux … Alors réjouis-toi car je suis ton Apocalypse personnelle. » La terreur agrandissait les yeux de l’homme, mais il se débattit à peine quand la poigne du vampire se resserra sur son bras. Il se mit à gémir, marmonnant des prières sans queue ni tête, tandis que les chiffres défilaient. C’était presque excitant, de voir la mort approcher aussi rapidement, sans qu’il n’ait besoin de faire couler la moindre goutte de sang. Les gémissements se firent plus forts quand le compteur approcha de zéro, et soudain le visage de l’homme se crispa en une grimace de souffrance, tandis que son corps se raidissait brusquement. Il s’affaissa ensuite et retomba sur le bitume, laissant Nathanaël dans un trouble fascinant. Il ne savait pas d’où venaient ces tatouages, ni quel était leur but, et cela avait quelque chose d’inquiétant. Mais ça ouvrait des possibilités qui le passionnaient déjà, et ce premier mort n’était que le premier d’une longue liste …

    C’est à cela qu’il songeait en retournant à son manoir, aux années qu’il pourrait soustraire aux humains, ainsi qu’aux bénéfices qu’il pourrait en retirer s’il pouvait user ces compteurs avec ceux qu’il voulait voir morts. Mais ses réflexions furent stoppées net quand il pénétra dans sa demeure. Le parfum qui y flottait était certes léger, mais reconnaissable entre mille : c’était avec ce parfum qu’il avait passé la plus grande partie de son immortalité. Et il suffisait de penser à celle à qui appartenait ce parfum pour être immédiatement sur ses gardes … La dernière fois, elle s’était bien jouée de lui, et lui avait clairement fait comprendre qu’elle ne souhaitait plus être sa chose – de façon violente, afin d’être plus claire encore. Très bien, il n’en voulait plus non plus. Mais dans ce cas, pourquoi revenir ? Il monta les escaliers d’un pas vif, suivant le parfum à la trace comme s’il s’agissait de panneaux lumineux. Il n’avait aucune envie de la revoir, et surtout aucune envie de la voir se conduire chez lui comme si elle était chez elle … Elle n’avait jamais eu le cran de le faire quand elle lui appartenait encore, et il était hors de question qu’elle s’y mette à présent qu’il ne pouvait plus la toucher. Il poussa la dernière porte qui les séparait et la trouva assise confortablement dans son meilleur fauteuil, son sourire indiquant clairement qu’elle l’attendait, et qu’elle s’était introduite chez lui dans le seul but de le faire enrager. Gagné.

    « Ah, je me disais bien que ma journée était trop parfaite pour que cela continue. » Grogna-t-il avec mauvaise humeur en la rejoignant dans le centre de la pièce. « Je peux savoir ce que tu fais ici ? Il me semblait que nous avions cessé toutes relations cordiales … A moins que je n’aie mal interprété tes désirs ? » Des relations cordiales, voilà qui n’avait jamais existé entre eux. Il avait été le maître, et elle avait été son souffre-douleur pendant bien des années. Et il ne se faisait aucune illusion sur ce qu’elle désirait là-dedans … Mais sa présence ici l’intriguait. Et l’ennuyait. Il avait fait une promesse de ne plus la toucher, et si elle venait pour le narguer … Les choses allaient mal se passer.

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Jezabel Winchester
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 65
▌Fireflies : 3
▌Date d'inscription : 05/07/2012
▌Age : 28
▌Age du Personnage : 224 réel / 25 en apparence
▌Métier : Sadique à temps plein
▌Force & Pouvoir : Démente et cruelle, ne tombez pas entre ses mains.
▌Faiblesses : Where's reality ?
▌Playlist : Manu Chao ღ Muse ღ Simple plan ღ 30 second to Mars ღ Bruno Mars ღ Maroon 5 ღ Indochine ღ Rita Mitsouko ღ Bob Dylan ღ Bruce Springsteen ღ Mickael Jackson ღ Oasis ღ Rolling Stones ღ Police ღ Renaud ღ Keny Arkana ღ Bob Marley ღ Eminem ღ Tupac ღ Dub incorporation ღ Téléphone ღ Coldplay
▌Citation : « La folie dévore mon cœur aussi noir que les ténèbres dans lesquels tu m’as plongée. »



Feuille de personnage
CopyRight: Cherry
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: Delirium ❈ Jezabel & Nathanaël   Mer 1 Aoû - 0:37

Se grattant furieusement la peau, Jezabel lacérait avec soin les chiffres inscrits sur son avant-bras. Elle détestait ce tatouage, et n'en avait pas immédiatement compris la signification. Mais une fois qu'elle se fut renseignée, elle le trouva d'autant plus détestable. Elle n'avait certainement pas besoin de savoir combien d'années il lui restait à vivre, étant donné qu'elle était déjà morte. Ce qui l'ennuyait, c'était que ses chiffres ancrés dans sa chair faisaient des envieux. Beaucoup d'envieux. Elle ne voulait pas s'attirer des ennuis à cause de cela - elle en avait déjà bien assez.
Pendant que sa peau subissait les attaques de ses ongles, rougissant à vue d'oeil, elle était en pleine réflexion. Et comme toujours, toutes ses pensées étaient tournées vers la même personne : Tara, sa soeur. Ses liens avec elle avaient été brusquement coupés, et lentement, elles se reconstruisaient une relation stable, celle qu'elles auraient toujours dû avoir. Une seule ombre au tableau : son ex-mentor et pire bourreau, déclencheur de ses pulsions malsaines, Nathanaël. Elle ne supportait pas son existence, le haïssant pour avoir séduit sa soeur après lui avoir fait subir les pires supplices. Tara semblait l'aduler, comme elle-même avait pu le faire lorsqu'elle l'avait connu, changeant très rapidement d'opinion. Pour Jezabel, Tara était tombée dans le filet tendu par le vampire, l'attirant dans ses bras grâce à une manipulation hors normes.

Elle ne croyait pas à leur amour, elle ne voulait pas y croire, pour la simple et bonne raison que ses cris de douleur résonnaient encore dans sa tête, tournant incessamment dans son esprit, sa mémoire défaillante se réveillant à chaque pensée qu'elle accordait à Nathanaël. Comment un tel monstre pouvait-il aimer ? Il ne méritait pas Tara, et dans peu de temps, il lui ferait certainement du mal. Elle ne pouvait le tolérer. Pour l'instant, il comblait Tara de bonheur, bien sûr, mais elle n'osait croire que cela allait durer.
C'est ainsi que durant l'une de ses nombreuses rêveries solitaires, elle se mit en tête de provoquer une dispute, engendrant une telle colère entre les deux amants qu'ils finiraient par se délaisser. Le comble, c'était qu'elle connaissait plus que bien celui qui pendant des années avait été son maître. Il était temps qu'elle se venge, tout en subtilité. Et Tara verrait alors à quel point celui qu'elle aimait tant était indigne d'elle.

Elle sourit rien qu'en y pensant, se souvenant avec délectation que sa soeur avait interdit à Nathanaël de la toucher. Celui-ci, pour l'instant, avait obéi comme un fidèle chien soumis. Mais pour combien de temps ?
Elle prit le chemin de son manoir, croisant sur son passage quelques illuminés qui s'étaient réveillés pour crier la fin du monde dès que les tatouages avaient fait leur apparition. Le sien était presque invisible sous les cicatrices qu'elle portait, mais elle se doutait bien que dans quelques jours il réapparaîtrait comme neuf. Elle ne s'en soucia pas outre mesure, ses pas l'ayant conduit devant la demeure qui avait été sienne, ou presque, pendant trop longtemps. Elle franchit le portail, hésitante, ne détectant pas la présence de son mentor. Elle fit le tour de l'immense manoir, cherchant une quelconque lumière, une odeur, mais rien. Nathanaël n'était pas encore là, et c'était tant mieux pour elle. Elle adorait jouer sur l'effet de surprise.

Elle poussa donc la porte, lentement, ne se souciant pas d'entrer sans autorisation. Elle ferait comme chez elle, et n'aurait pas droit à des représailles, grâce à Tara. Elle effleura le mur de ses doigts fins, son nez se plissant en redécouvrant les senteurs particulières de ce manoir. Le connaissant plus que par coeur, elle monta les escaliers, se dirigeant dans son bureau. Elle commença par détailler la pièce du regard, un mince sourire flottant sur les lèvres, puis prit place dans un confortable fauteuil, auquel elle n'avait jamais eu droit.
Si son coeur n'était pas figé depuis une éternité, il se serait accéléré en entendant la porte d'entrée claquer. Son bourreau était là, et il devait savoir qu'elle l'attendait. Lorsqu'il entra dans la pièce, elle l'accueillit avec un sourire narquois. Elle croisa délicatement les jambes en lui répondant d'une voix plus douce que la normale.

Nous n'avons jamais eu de relations vraiment cordiales, toi et moi.

Elle s'était vêtue d'une robe rouge aussi vif que le sang dont elle raffolait, rehaussant sa silhouette digne d'une déesse grecque. Ses yeux toujours soulignés de cernes trahissaient néanmoins son état plus ou moins dépravé, mais peu lui importait. Elle le fixa longuement, avant de reprendre.

Mais vois-tu, je suis venue y remédier.

Elle se leva d'un geste vif, lui faisant face un instant, contemplant le visage de son ex-détenteur d'un air enjôleur.

J'aimerai qu'on parte sur de nouvelles bases, tous les deux. Je crois que ce serait mieux.. pour tout le monde.

En parlant, elle s'était déplacée dans son dos, effleurant ses épaules d'une main gracile, aussi livide que son teint. Puis elle se retira rapidement, se dirigeant à présent vers une petite bouteille de cognac que Nathanaël avait toujours pris soin de disposer dans son bureau. Elle lui adressa un regard espiègle avant de l'interroger d'une voix clairement innocente :

Je te sers un verre ?

_________________
You're telling lies. Nothing goods ever stays with me. Absolutely nothing. Nothing's ever perfect, you know ? I couldn’t stand it. I didn’t want to be a slave to the way I feel about you. Can you understand ? You were trying to punish me back and it’s horrible. It’s so horrible because, really, I’d die for you. I love you. I love you so much it’s killing me. ღ
Revenir en haut Aller en bas
 

Delirium ❈ Jezabel & Nathanaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nathanaël Van Der Woodsen {Ok}
» Ishtar Jezabel Amélia [Terminée]
» Dream or ... Dream? [Privé Nathanaël & Cirius]
» Au milieu des roses du jardin [Nathanaël Von Arlex]
» Tombées du Ciel | ft. Jezabel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Northern Salvation
 :: Dead Gardens :: Hilfiger's Manor
-