AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ioseph O. Harbul
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 647
▌Fireflies : 40
▌Date d'inscription : 23/04/2012
▌Age : 26
▌Age du Personnage : ※ 33 en Apparence, 468 en réalité ※
▌Métier : ※ Artiste Anonyme ※
▌Force & Pouvoir : Les pouvoirs attribués aux Nephelims, Parfaite maitrise de la Télékinésie
▌Faiblesses : Sa transformation, , Ses remords, Son mental fragilisé & ces sensations & sentiments exacerbées
▌Playlist : ※ Rachmaninoff ※ Massive Attack ※ Fink ※ Jeff Buckley ※ Damien Rice ※ Mumford & Sons ※ Janis Joplin ※ Eddie Wedder ※ Aaron ※ Budam ※ Portishead ※ Johnny Cash ※ Yaël Naim ※
▌Citation : « Toute passion engorgée produit sa contre passion qui est aussi malfaisante que la passion naturelle aurait été bienfaisante. »



Feuille de personnage
CopyRight: © kit; Amiro_c ※ citation; Charles Fourier
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   Mer 9 Mai - 20:23

Ioseph&Liam
" Le Préjudice de l'Expérience. "

Ses yeux s'ouvrent d'une traite, la couleur du plafond craint, il détourne son regard, encore un peu engourdi par ce faux sommeil. Son souffle est haletant. Il ne voulait plus dormir mais ne voulait pas se lever non plus. Glissant sur le côté il remarque que le jour commence à tomber.. Ioseph ne sait plus depuis combien de temps il dort. Il s'était juste laisser envahir par sa fatigue spirituelle et avait glissé tranquillement dans le domaine de Morphée. Mais cet être, aussi passionné que lui, est également aussi sadique que le Diable. Le marchand de songes est corrompu par les faiblesses de l'inconscient, celui qui cherche obstinément à mettre en formes nos désirs & anxiétés refoulées. Surement au profit d'un équilibre, certes, mais au dépit de son impact conscient direct.. Le nephelim avait retrouvé le Rêve, mais il n'était pas comme dans son souvenir. Depuis des mois, celui-ci demeurait une sombre chimère quasiment cauchemardesque entremêlé de situations idéales, de souvenirs enfouis et de remords sans nom.. Et cette fois-ci, il n'avait pas été particulièrement tendre.

Oskàrek, toujours avachi, le souvenir frais, ne pouvait effacer les images rémanentes de tous ces visages. Ce sont ceux de ses cobayes, ceux qu'il a manipulé pour voir la passion et étudier les sentiments. Un vieux rêve qu'il avait assouvit après avoir été libéré des Enfers. Sans conscience, l'expérimentation dépassait généralement tous les mœurs possibles. Il ne s'agissait jamais de torturer pour la douleur physique selon lui, uniquement de percevoir plus passionnément toutes les émotions possibles.. et cela en employant juste tous les moyens nécessaire à l'excavation du sentiment pur.. La rêverie avait-elle insinuée des repentances dans son âme malgré cette justification qu'il s'acharnait de garder vraie ? Il grommelle dans le vide et le silence, soupire, se remet sur le dos et dépose sa main sur ses yeux et son front. L'ancien démon espérait surement obstruer ces réminiscences, manifestant son désir par le premier geste candide à sa portée, mais rien ne fit. Il était déjà bien trop tard pour espérer. Les faciès étaient ancrés dans un inconscient gravé dans l'éternel, il ne les oublierait pas.. A quoi bon après tout. Ioseph était presque nouveau, mais son passé demeurait. Il n'oubliera pas. Semblant condamné dans des regrets qu'il n'a pas véritablement, le retour de son âme ressemble de plus en plus à la promesse de pénitence de la dimension de Satan.

Un nouveau soupir, plus grave, rompit la quiétude de la pièce.. Whatever.. Il se redressa finalement, clignant des yeux plusieurs fois. Le jour n'était déjà plus et seul la lumière de sa lampe de chevet et son image se reflétaient dans la grande vitre principale. Il ne pu s'empêcher de se regarder yeux dans les yeux durant quelques secondes avant de se lever et se diriger vers la salle de bain toujours sans un mot. Une fois la toilette et l'habillage passés, que restait-il ? Toujours lunatique depuis des mois, le nephilim commençait encore à se perdre dans ses pensées. Il était obnubilé par les visages. Se souvenant par exemple d'une grand-mère, au visage doux et chaleureux, puis tout de suite après de comment il avait expérimenter et adapté à sa sauce, le conte du chaperon rouge et toutes ses subtilités avec les petits-enfants de celle-ci.. Ou ce jeune père, dans la force de l'âge, gaga de jour et haïssant secrètement ses jumeaux pleurnichards la nuit.. Ou ce garçon, surement près à quitter le cocon familial, pestiféré secrètement par elle, battu à mort par sa propre famille devant son meilleur ami. Ses yeux se ferment nerveusement et son visage se froisse aussi frénétiquement. Une douleur complexe s'insinuait mais l'ex-démon ne pouvait y identifier que des bribes de colère et de remords. Ce dernier exemple lui paraissait enfin cruel, il voulait lire égoïstement la peine pure dans le cœur de ce jeune homme et l'avait laissé vivre avec cette vision. Son poing heurte une porte de placard qui se fracasse comme du polystyrène. Cette sensation est exécrable, dérangeante. La justification s'écroule sans son aval, seule son âme semble décider maintenant..

Il devait rapidement se changer les idées avant de se faire happé par l'émotion. Pourquoi pas de l'alcool ? Il hésite mais saura se contrôler, il allume une cigarette et prends enfin la porte. Dix heure moins le quart sur sa montre, il n'était pas d'humeur à marcher. Une lueur de flammes scintilla successivement entre le couloir et une artère de l'Ouest de l'agglomération.. Ioseph retrouva rapidement ce bar crapuleux qu'il avait l'habitude de fréquenter dans une "autre vie" et y pénétra naturellement comme s'il faisait encore partis de la clientèle régulière. Il devait paraitre naturel et à la fois rester discret pour ne pas attirer les gens vers sa personne. Le nephelim connaissait assurément une poignée des clients présents cette nuit, mais que se soit de vue ou plus intime, il priait intérieurement pour qu'aucune rencontre ne vienne le perturber. Accoudé au bar, il commanda un shooter de Tequila & un Scotch sec, avant de finalement s'asseoir sur un tabouret.

Credit Icons to Imaginary & Fanpop

_________________

ABSENT JUSQU'EN AOUT
✤ ▩ ♈️ ⋛ ▤ ⋛ ※ ♈️ ▤ ※ ▤ ⋛ ※ ♈️♈️ ▩ ✤

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3547-ioseph-oskarek-la-passio
Liam N. Hawthorne
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 147
▌Fireflies : 39
▌Date d'inscription : 25/04/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 22 ans
▌Métier : Boucher
▌Force & Pouvoir : Pouvoirs d'exorciste (mais niveau très faible : 4/10) † force physique (maitrise aussi bien une arbalète qu'un couteau) † sens aigüe pour la manipulation
▌Faiblesses : Son niveau d'exorcisme † sa générosité † sa sensibilité
▌Playlist : 30 Second To Mars - This is War † Three Days Grace - Animal I Have Become † Framing Hanley - Hear me now † Elton John - Your song † Three Doors Down - Here without you † Arctic Monkeys - Crying Lightning



Feuille de personnage
CopyRight: bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   Sam 12 Mai - 21:29

You better run faster than my bullet

Aujourd'hui, je devais aider mon père à la boucherie. Le samedi, le magasin était sans cesse bondé et il ne s'en sortait pas tout seul. J'avais donc renoncé à aller voir Judicaëlle. Néanmoins, mon père a dû voir que quelque chose clochait dans mon comportement, je passais mon temps à sourire d'un air béat et sifflais joyeusement alors que Salvation n'avait pas changé d'état. C'était juste moi qui transpirait la joie. J'étais néanmoins heureux que mon père ne me pose pas de questions, j'étais incapable de lui mentir et s'il apprenait cela, il allait simplement sombrer dans une colère noire en me criant que je ne devais pas me laisser distraire par ce genre de choses et que je le plus important était la chasse et rétablir l'ordre sur terre. J’avais beau être d’accord avec lui, j’étais de plus en plus distrait lors des entraînements, j’avais la tête ailleurs. Il fallait que je retrouve la motivation avant qu’il ne se doute de quelque chose – si ce n’était pas déjà fait.

Ainsi, je passais la journée à servir les clients, affichant un sourire dont on ne me connaissait pas. Je regardais nerveusement la porte d’entrée, guettant l’arrivée où Jude ferait irruption dans la boucherie, mon cœur s’emballerait et j’oublierais les autres clients. Mais une voix dans ma tête m’indiqua que ce n’était pas possible étant donné qu’elle travaillait. Mon père, satisfait de mon travail, me laissa partir plus tôt.

Néanmoins, je n'avais rien de particulier à faire en rentrant à la maison. Je me posais devant la télévision, mais les informations ne cessaient de parler de ce qu'il se passait dans la ville en comptant le nombre de morts par jour. Je coupais très vite en perdant peu à peu mon sourire. Je m'enfonçais un peu plus dans le canapé, fermant un instant les yeux. Je me laissais partir dans mes pensées, me remémorant des souvenirs. C'était ce qui m'aidait à tenir face à tout cela, les souvenirs heureux et je m'accrochais à ceux-ci en me disant qu'un jour peut-être tout redeviendra comme avant. Certes, cette pensée était naïve et digne du pays des bisounours, mais qu'importe. J'ouvris à nouveau les yeux, me levais d'un bon et partais dans ma chambre. Un courant d'air, ma porte claqua, quelque chose tomba. Je me précipitais vers le cadre qui était tombé de la commode pour se casser au sol. Je ramassais les bouts de verre et posais mon regard sur la photo.

Sur celle-ci, je devais avoir neuf ans, je plissais les yeux et un grand sourire s'étalait sur mon visage alors que mon bras passait autour des épaules d'un autre garçon, du même âge, lui aussi souriant comme s'il était au paradis. Le garçon de la photo se nommait James, il était mon meilleur ami. Alors, le malheureux souvenir dont je désirais me débarrasser me revint. L'image de sa famille le battant à mort devant moi ressurgit. Je me souvenais avoir été impuissant face à cela, j'avais essayé de les en empêcher, ne comprenant pas l'accomplissement d'un acte si cruel. Et cette image revenait sans cesse dans mon esprit comme un film dont on n'avait aucun contrôle. Je perdais complètement mon sourire, celui-ci n'était plus. Plus tard, j'avais découvert que cela était l’œuvre d'un démon et je m'étais juré que, le jour où je saurais son identité, je vengerais James. C'était une promesse que je devais de tenir, pour James, mon meilleur ami, mon frère.

Je restais assis, là, au milieu de ma chambre, regardant la photo. Je ne pouvais stopper ces images. Il fallait que je pense à autre chose, que je me change les idées. J'aurais besoin d'aide pour m'en débarrasser et cette aide s'appelait alcools. Je me levais et me changeais. Quelques minutes plus tard, je passais la porte du bar du coin, le regard vide, les idées noires. Je m'installais au bar à côté d'un inconnu et commandait ce qu'il avait de plus fort.
fiche par century sex.

_________________
When I look into your eyes it's like watching the night sky or a beautiful sunrise. There's so much they hold. And just like them old stars. I see that you've come so far to be right where you are. How old is your soul ? I won't give up on us even if the skies get rough. I'm giving you all my love. I'm still looking up. And when you're needing your space to do some navigating. I'll be here patiently waiting to see what you find


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ioseph O. Harbul
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 647
▌Fireflies : 40
▌Date d'inscription : 23/04/2012
▌Age : 26
▌Age du Personnage : ※ 33 en Apparence, 468 en réalité ※
▌Métier : ※ Artiste Anonyme ※
▌Force & Pouvoir : Les pouvoirs attribués aux Nephelims, Parfaite maitrise de la Télékinésie
▌Faiblesses : Sa transformation, , Ses remords, Son mental fragilisé & ces sensations & sentiments exacerbées
▌Playlist : ※ Rachmaninoff ※ Massive Attack ※ Fink ※ Jeff Buckley ※ Damien Rice ※ Mumford & Sons ※ Janis Joplin ※ Eddie Wedder ※ Aaron ※ Budam ※ Portishead ※ Johnny Cash ※ Yaël Naim ※
▌Citation : « Toute passion engorgée produit sa contre passion qui est aussi malfaisante que la passion naturelle aurait été bienfaisante. »



Feuille de personnage
CopyRight: © kit; Amiro_c ※ citation; Charles Fourier
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   Dim 27 Mai - 16:40

" Le Préjudice de l'Expérience. "

La mine faussement sereine, il ne patienta pas vraiment pour être servis. Il bu son shooter en premier puis essaya de regarder du coin de l’œil qui pouvait être dans la salle et surtout qui pouvait venir l'ennuyer. Et le rebut aimait toujours ce bar visiblement.. Au fond à droite, la demoiselle était une démone de très bas étage, le genre de cancrelat qui nettoyait la merde des démons soi-disant normaux. Elle n'était pas un danger. Il noya rapidement sa gorge avec un peu d'imitation écossaise, puis il détourna à nouveau son regard vers la salle. Des porteurs du virus et des chasseurs alcooliques sont là pour sur, le nephelim irait même à soumettre l'hypothèse que des vampires soient là. Après tout, une proie éméché c'est comme une tomate trop juteuse. Ioseph était un brin plus apaisé, aucun de ces individus ne le connaissait plus que de vu ou de réputation. Ses lèvres brulèrent à nouveau dans le liquide. L'alcool toujours on y revient.

Cet anonymat qui devait rester constant était devenu une manie, mais aucunement une amie. Non il l'avait abandonné à son esprit et désormais à son âme. Obnubilé, les images lui revenaient en tête, il repensait à son passé, ses voyages. Il était fier d'avoir vu le monde avant qu'il ne ne se terne de cendres, même sans sensibilité. Il se souvenait d'Elle et de sa folie, de sa voix, mais quand il essaya de visualiser son visage, ce sont les faces mortifiés de ses victimes qui reviennent encore. Il finit frénétiquement son verre et en commande un autre d'un signe de la main. Il semblerait que la douleur mentale ne soit détournée que par la douleur physique. Oui Ioseph arrivait pas à pas vers le masochisme physiologique, mais il devait bien trouver un moyen de contrôler ces pulsions sentimentales. Son verre glissa sur le comptoir. Nephelim aux très bons réflexes, impossible pour l'ancien démon de le louper. Il ne perdu pas de temps et le whisky fit papilloter ses parois buccales à nouveau tandis que quelqu'un venait de s’asseoir à sa droite. Il n'y porta pas d'attention tout de suite. En bon paranoïaque inavoué, Oskàrek avait assez d'égo pour se dire qu'il s'était mis là intentionnellement et avouons-le, il n'aimait plus vraiment la proximité avec des inconnus.

Le nez dans le verre, il l'observa furtivement. Ce n'était surement pas un ancien habitué des lieux, mais ses traits lui disaient quelque chose. Qui était-il ? En apparence, il semblait avoir la vingtaine, mais Ioseph sait très bien que l'habit ne fait pas le moine, il pourrait être n'importe quoi comme il pouvait juste ressembler à un vague souvenir. Mais comme les embruns de la mer qui vous percutent, la mémoire lui revenu tout comme tous ces autres visages.. Il se souvenait de cette maison, de cette famille, qu'il avait d'abord choisie, puis observée. Une tribu de classe moyenne, soi-disant banale mais dont les parents changent de regards quand leurs enfants ont le dos tournés. Cela ne lui avait pas semblé naturel à l'époque et avait fait le choix qu'ils deviendraient ses cobayes. Ensuite, l'expérience avait juste évoluée suivant les situations. Oskàrek pouvait comprendre pourquoi on peut ne pas aimer les enfants, mais voulait voir la vérité de ce mode de pensée. Et dans ce cas-là, ses estimations étaient justes. Le sentiment de l'époque le frappa et fit gargouiller son ventre. Il se souvenait précisément du sentiment qu'il avait pour eux alors qu'il les regardait. Il les haïssaient, ils se mentaient & torturaient leurs âmes tout seul comme des grands et le spectacle que le démon avait engendré n'était que la vérité sur leurs comptes. Des animaux. Mais il y eut un invité surprise à cette fête sanglante. Par un malsain hasard de circonstances, le meilleur ami du fils était venu voir son pote et avait été directement invité au chaos. Ioseph ne se souvenait pas aussi précisément de la scène mais les choses étaient de plus en plus claire. Il était en colère contre les animaux et avait stupidement fait un exemple pour graver cette éclatante vérité. Là impuissant, le garçon assisterait à la violente mort de son compagnon, battu par un père déjà devenu fou..

Sa gorge nouée se noya à nouveau, puis le nephelim grimaça légèrement, il avait bu de travers, ça n'arrivait jamais. Son pouls augmenta doucement, tout comme un mélange d'excitation et de peine, il était assis à côté de son exemple.

Credit Gif; amiro_c
Spoiler:
 

_________________

ABSENT JUSQU'EN AOUT
✤ ▩ ♈️ ⋛ ▤ ⋛ ※ ♈️ ▤ ※ ▤ ⋛ ※ ♈️♈️ ▩ ✤

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3547-ioseph-oskarek-la-passio
Liam N. Hawthorne
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 147
▌Fireflies : 39
▌Date d'inscription : 25/04/2012
▌Age : 24
▌Age du Personnage : 22 ans
▌Métier : Boucher
▌Force & Pouvoir : Pouvoirs d'exorciste (mais niveau très faible : 4/10) † force physique (maitrise aussi bien une arbalète qu'un couteau) † sens aigüe pour la manipulation
▌Faiblesses : Son niveau d'exorcisme † sa générosité † sa sensibilité
▌Playlist : 30 Second To Mars - This is War † Three Days Grace - Animal I Have Become † Framing Hanley - Hear me now † Elton John - Your song † Three Doors Down - Here without you † Arctic Monkeys - Crying Lightning



Feuille de personnage
CopyRight: bazzart
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   Sam 2 Juin - 18:45

You better run faster than my bullet

Un courant d'air, une porte qui claque, du verre qui se brise. Quelqu'un de superstitieux aurait crié « Sept ans de malheurs, jette du sel derrière ton épaule gauche ! ». Cependant, je n'étais pas de ces superstitieux qui passaient leur temps dans la peur que le malheur ne leur tombe dessus. De plus, si je devais croire ce qu'ils disaient, alors un immense miroir devait s'être cassé sur Salvation. En voyant les débris aux sols, je me précipitais dessus afin de les nettoyer. J'avais beau être bordélique, je ne préférais pas laisser du verre sur le sol, n'importe qui pourrait marcher dessus et se couper - bien que mon père et moi ne recevions pas beaucoup de visites.

J'aurai voulu ne jamais porter mon regard sur cette photo. Ne jamais prendre le cadre entre mes mains et fixer ces deux garçons souriants si longtemps. Les souvenirs se mirent en place comme la madeleine de Proust. Les enfants de la photo étaient si loin à présent, à l'époque, ils étaient bercés par l'insouciance, leur rire se mêlant pour résonner entre les bâtiments. Deux meilleurs amis de neuf ans, se tenant la nuque et souriant devant le parent qui souhaitait capturer le moment avec son appareil. Ce souvenir aurait dû me faire sourire, jusqu'à ce que l'autre fit irruption, j'avais beau lutter contre moi-même, retenir les images au fond de mon cerveau, celles-ci étaient trop fortes, je baissais les armes.

Le souvenir me venait par à-coups. Tantôt, le regard nourris par la haine de ses parents, leur dispute. J'essayais de les calmer, de voir ce qu'il se passait, cependant ils ne semblaient pas vouloir m'écouter. Et puis, ils l'ont mis à terre, alors que je retenais son père. Il y avait quelque chose d'étrange dans l'air, ils le frappaient, je leur criais d'arrêter, en venait aux mains. J'étais impuissant, ils semblaient déterminés à faire du mal à leur fils, comme possédés par quelque chose - ou quelqu'un. Ils en avaient sorti la batte de baseball, me forçant à assister à la mort de mon meilleur ami.

Assis là, au milieu de ma chambre, les cris de James résonnaient dans ma tête. Sa douleur devenait mienne, je sentais presque la souffrance qu’il a ressenti lorsque son père lui assenait un coup de batte dans les côtes, j’avais envie de hurler, de me rouler par terre, de demander qu’on arrête cette souffrance. Je me recroquevillais sur moi-même, me tenant les côtes comme si j’avais moi-même reçu le coup, mon front touchant le sol. Il m’a fallu une bonne dizaine de minutes pour me calmer. Si mon père aurait été là, il m’aurait dit qu’il fallait rester fort, ne pas regarder derrière soi, mais parfois, on avait besoin de vérifier quelque chose, comme Orphée qui a eu besoin de vérifier qu’Eurydice le suivait dans son mythe, lui aussi à perdu sa belle pour toujours. Moi, j'avais perdu mon meilleur ami, pour toujours et le souvenir de sa mort à laquelle j'avais assisté sera toujours présent.

Cependant, je voulais brûler ce souvenir. L’enterrer. Le déchirer. L’empêcher de revenir au galop lorsque j’étais affaibli, il avait le don de m’affaiblir encore plus. Je devais oublier, noyer ce souvenir quelque part. Mon père a toujours noyé le souvenir de la mort de ma mère dans la boisson. Ne vous y méprenez pas, il n’est pas alcoolique, simplement, lorsqu’il y repense, il boit. Cependant, un mécanisme étrange s’est tourné contre lui. A force de boire lorsqu’il pensait à sa défunte épouse, l’alcool s’accordait à elle. Parfois, lorsque je posais une bouteille de vin sur la table, il éclatait en sanglot.

Néanmoins, je voulais essayer. Je voulais vérifier si cela marchait réellement. Je me devais d’oublier. Les cris de James résonnant encore dans ma tête. Alors, je sortais de chez moi – non sans emporter des armes avec moi, on peut toujours faire des rencontres improbables à Salvation. Je marchais un long moment, les yeux rivés sur mes pensées. J’essayais de songer à quelque chose de joyeux, cependant, le souvenir de James était celui qui revenait.

J’entrais dans le premier bar qui se trouvait à ma portée. Qu’importe l’heure. Le bar grouillait sûrement de monstre en tout genre, cependant, je ne voulais pas m’en occuper. Je marchais tel un zombie vers le bar et commandait un alcool fort au barman. Celui-ci me le servait aussitôt. Le liquide me brûla les lèvres, puis la gorge. Je vidais son contenu d’une traite. L’image de James hurlant était toujours là, je glissais mon verre vers le barman « Un autre s’il vous plaît ». Après trois verres, je n’avais plus les idées très claires.
Alors, je portais mon attention sur mon voisin. Celui-ci avait le regard vide, cependant, son visage me semblait familier, je mettais cela sur le compte de l’alcool. Cependant, je me devais de vérifier et lançais « Pardon, mais on se connaît non ? "
fiche par century sex.


_________________
When I look into your eyes it's like watching the night sky or a beautiful sunrise. There's so much they hold. And just like them old stars. I see that you've come so far to be right where you are. How old is your soul ? I won't give up on us even if the skies get rough. I'm giving you all my love. I'm still looking up. And when you're needing your space to do some navigating. I'll be here patiently waiting to see what you find


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ioseph O. Harbul
avatar

Masculin
▌Nombre de messages : 647
▌Fireflies : 40
▌Date d'inscription : 23/04/2012
▌Age : 26
▌Age du Personnage : ※ 33 en Apparence, 468 en réalité ※
▌Métier : ※ Artiste Anonyme ※
▌Force & Pouvoir : Les pouvoirs attribués aux Nephelims, Parfaite maitrise de la Télékinésie
▌Faiblesses : Sa transformation, , Ses remords, Son mental fragilisé & ces sensations & sentiments exacerbées
▌Playlist : ※ Rachmaninoff ※ Massive Attack ※ Fink ※ Jeff Buckley ※ Damien Rice ※ Mumford & Sons ※ Janis Joplin ※ Eddie Wedder ※ Aaron ※ Budam ※ Portishead ※ Johnny Cash ※ Yaël Naim ※
▌Citation : « Toute passion engorgée produit sa contre passion qui est aussi malfaisante que la passion naturelle aurait été bienfaisante. »



Feuille de personnage
CopyRight: © kit; Amiro_c ※ citation; Charles Fourier
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   Lun 11 Juin - 22:08


Il était assis aux côtés de son exemple. Son souffle se fit un peu plus haletant. Ioseph pouvait enfin ressentir la vérité du terme "passé qui vous retrouve". Malgré tous les exemples, le retour dans sa vie de certains êtres ou le prix de ses expériences, il se demandait toujours si le retour de son âme était le moment choisi pour régler ces vieilles affaires. Depuis ces derniers mois, les souvenirs de ses expériences le hantaient d'une manière nouvelle et beaucoup plus claire. Les scènes étaient plus détaillées, le nephelim pouvait revoir les photos de familles sur les murs, les couleurs des meubles et des tapisseries. Ses victimes n'étaient plus des cobayes mais des visages marqués par les vice de la passion d'Oskàrek. Mais inutile de se poser la question ce soir. La réponse était là. Lui qui voulait juste se saouler, rester tranquille et ne plus penser à tout cela... La fatalité de la situation l'avait conduit à l'endroit précis où il le rencontrerait, lui. Il était juste là, si proche et Ioseph ne redoutait à présent que ce moment où la vérité allait frapper ce comptoir.

La frivolité des lieux n'avait pas changée. L'ancien démon, autrefois fidèle client, détourna son attention de l'individu à ses côtés pour jeter un nouveau coup d’œil à la pièce mal éclairée mais bruyante. La notion du temps s'était perdue avec l'alcool, mais une horloge dans un coin lui indiqua finalement qu'il n'était que 22h30 environ. Certains clamaient le légendaire "chuuu pas bourrrré", l'anti-preuve du niveau d’ébriété par excellence tandis que d'autres s'étaient déjà affalés sur des tables bancales et collantes. Surement là depuis l'apéro, maintenant sédatés & prêts à l'évacuation. Au fond à droite, la petite démone détourna vivement son champ de vision quand le Nephelim regarda dans sa direction. Elle le connaissait surement de réputation, vu la crainte qu'il a vu dans les yeux de la "demoiselle" durant la seconde où leurs regards s'étaient croisés. Pour tout ceux qui connaissaient son faciès il était encore le puissant & fou Oskàrek. Ioseph avait d'ailleurs était amusé des rumeurs qui circulaient sur sa personne parmi les démons de bas étage; pour certains il était bel et bien un maitre de torture du à son expérience inconsciente des Enfers, mais quelques rumeurs parlaient surtout d'un sadisme si profond que le démon pouvait pétrifier de peur les humains rien qu'avec son aura, ou qu'il était même necrophile & cannibal. Personne ne sait réellement à ce jour qu'il considérait ses "meurtres" comme des expériences et les échos de ces situations étaient souvent & grandement déformés par les colporteurs démoniaques. Au point où la noble expérimentation n'était plus qu'un vulgaire & cruel jeu sadique de manipulation pour se décharger de l'acte meurtrier. Autrefois bien orgueilleux & autoritaire, il se saurait effectivement occuper de la démone pour ce ridicule affront mais deux choses bien plus importantes se tenaient à sa portée; son âme & son exemple.

Dans sa psyché le souvenir de cette famille qui s'entretuent était dorénavant très claire. Le processus pour arriver à un tel résultat n'avait pas été si long, il lui avait juste suffit de parsemer la maison d'accidents et de fautes, souvent graves, et de faire accuser chaque membres de cette tribu. Causant disputes bénignes le premier jour, puis Oskàrek avait simplement accentué les traits de ces personnes en les faisant accuser de fautes propre à leurs personnalités. Avec le recul, Ioseph se disait que cela avait d'ailleurs été beaucoup trop facile vu la quantité inimaginable de défauts qu'on retrouve dans un foyer.. Le deuxième jour, les disputes se furent plus violentes, mais quelques baffes distribuées n'étaient pas suffisantes. Finalement il était rentré en contact individuellement avec eux, les incitant par sa grande force de persuasion à commettre ces actes eux-mêmes et devant leur fratrie.. Un à un, le démon les avaient poussés à la folie et la rage pour faire éclater leurs vérités intérieures. car oui, dans une famille, peu importe la bienveillance, tout le monde s'aiment et se détestent. Il ne faisait que passer par la rage pour admettre cette vérité. Contrairement à un Dieu bienveillant extrapolant l'amour et le respect de ses disciples, lui était bel et bien un démon à cette époque. La violence avait finalement prit le foyer, les cris y résonnaient et les coups aussi, puis contre toute attente, un invité s'insinua impuissant dans la scène. Il était déjà trop tard pour ces animaux, mais lui s'accrochait à l'espoir de les séparer, de les calmer.. Observant dans l'ombre, Ioseph avait alors été happé par les expressions du visage du garçon. Effaré, apeuré, impuissant, profondément perdu par les circonstances. Il trouvait malsainement ces expressions belles & pures comme cette vrai œuvre d'art qui vous transperce de sensations. Le père avait saisi une batte de base-ball pour achevé l'histoire de son fils mais l'attention du futur nephelim était fixée sur cet individu, attendant impatiemment que la tristesse l'emplisse comme l'apogée d'une symphonie. Ioseph n'avait pas physiquement vu le petit James mourir, mais avait bel et bien vu la scène à travers les yeux choqués de ce garçon qu'il ne pensait plus revoir. Celui-ci ne s'en rappeler peut-être plus mais le démon s'était dévoilé à la scène en personne pour en finir rapidement, éliminant rapidement le reste de la famille. Faisant du garçon l'unique témoin de la violence humaine.. Il pensait peut-être à l'époque qu'il s'agissait d'une faveur de sa part de lui laisser la vie sauve..

Finalement, le silence se brisa après quelques verres, son "exemple" lui demandant s'ils se connaissaient.. Le nephelim commanda un autre breuvage juste avant de réponde évasivement à sa question..


" Surement.. " fit-il en tournant son visage face au jeune homme..
" ...Si tu crois que nous nous connaissons, cherche dans tes souvenirs.."

Il ne voulait pas vraiment se dévoiler, il était même préférable qu'il ne le reconnaisse pas pour sa tranquillité, mais Oskràrek semblait ne pas vouloir lui mentir..

Credit Gif; amiro_c

_________________

ABSENT JUSQU'EN AOUT
✤ ▩ ♈️ ⋛ ▤ ⋛ ※ ♈️ ▤ ※ ▤ ⋛ ※ ♈️♈️ ▩ ✤

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3547-ioseph-oskarek-la-passio
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Préjudice de l'Expérience ; [PV Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]
» Liam comme dans...Liam !
» (M/LIBRE) LIAM PAYNE.
» Ultimatum [PV Noëliam ; Nessa]
» LIAM SHARP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Western Salvation
 :: Let’s Have A Drink
-