AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mar 14 Fév - 23:31

I'm the snow on your lips,
The freezing taste, the silvery sip
I'm the breath on your hair,
The endless nightmare, devil's lair

    Une porte, la nuit, le silence. Le manoir l’accueillait comme à son habitude, tombeau luxueux dont il connaissait chacune des ombres. Mais aujourd’hui, le manoir avait un cadeau à lui offrir. L’odeur du sang. Entêtante et enivrante, repérable un étage plus bas avant d’apparaître. Il était facile de se laisser guider par cette signature au parfum sans nul autre pareil. La porte était fermée, les murs gardaient leur secret bien caché, mais il n’y avait pas de signal plus clair que cette odeur si puissante. L’odeur de la mort, l’odeur de la souffrance, l’odeur du plaisir le plus intense. Le sang humain, le plus attirant des composés pour un vampire. Même alors qu’il venait de s’offrir un festin dans un bas-quartier de Salvation, il ne pouvait s’empêcher d’être attiré par cette odeur presque obscène, cet étalage olfactif d’une tuerie barbare qui avait eu lieu sous son propre toit, en son absence, et qui le guidait à travers ses couloirs jusqu’à une porte soigneusement close. Derrière le panneau de bois il savait qu’il trouverait une mare du précieux liquide, mais la méfiance et l’indignation face à cette intrusion avaient du mal à poindre derrière l’envie que cette seule idée provoquait en lui. Quelqu’un s’était amusé à répandre du sang chez lui, dans son atelier. Là où il peignait et où bien peu de gens avaient l’autorisation de pénétrer. C’était aussi inadmissible que jouissif. Nathanaël ferma les yeux, un sourire torve sur les lèvres, et inspira profondément. L’odeur métallique provoqua un léger frisson le long de sa colonne vertébrale, et il poussa finalement la porte.

    Nouvelle explosion de saveurs, qui lui fit monter l’eau à la bouche. Il resta figé sur le seuil, les yeux rivés à ce spectacle morbide mais si brillamment réalisé, insoutenable vision pour n’importe quel mortel mais si captivante pour un vampire … Un seul corps, alors que Nathanaël s’attendait à en voir au moins deux, d’après l’odeur tenace qui s’était répandue dans le manoir. Un travail de maître, à n’en pas douter : la victime avait été mutilée avec soin, son sang s’était écoulé sur un large périmètre. Il n’en manquait sans doute pas un millilitre … Ce n’était pas l’œuvre d’un vampire, visiblement : bien peu d’entre eux auraient accepté de réaliser un tel ouvrage sans goûter à la moindre goutte du liquide. Nathanaël fit un pas à l’intérieur de son atelier, puis un autre, les yeux écarquillés, rivés au cadavre. C’était splendide, il devait le reconnaître, mais il n’aimait pas ça. Pas du tout. Et ce sentiment se renforça quand il reconnu le visage du mort – la seule partie de son corps qui n’avait pas été atrocement mutilée. Le vampire laissa échapper un grognement agacé, plus par principe qu’autre chose. Quelqu’un s’était introduit chez lui et avait tué son esclave, le seul humain qu’il ait jamais recueilli sous son toit. Tué de main de maître, certes, mais cela n’enlevait rien au fait qu’il était mort à présent, et donc complètement inutile. Ce qui rendait sa mort hautement frustrante. Nathanaël avait fini par s’habituer à sa présence discrète, à cette quasi-adoration qu’il pouvait lire dans ses yeux et qui ne s’effaçait même pas quand il le rouait de coups pour satisfaire ses crises de rage … Ainsi qu’à ses dons magiques qui étaient terriblement amusants. Mais voilà qu’il gisait à présent dans son propre sang. Et son visage crispé par une souffrance sans nom ne suffisait qu’à agacer Nathanaël un peu plus. Qui donc s’était permis de mettre fin à sa misérable existence, sans l’accord de son maître ? Dans cette pièce précise, d’autant plus …

    Pour avoir la réponse à cette question, il fallait faire abstraction de ce sang répandu partout et qui saturait ses sens. Le vampire avait appris à surmonter sa soif bien longtemps auparavant, il savait comment résister à l’attrait du sang. Mais il ne pouvait renier sa nature, il restait plus attiré par ces flaques écarlates que par tout le reste, et les détails de la pièce semblaient bien peu attirants par rapport au carnage. Il devait détourner les yeux, focaliser ses sens sur le reste. Comme … Sur ce guéridon, à côté du sofa. Un plateau, deux verres en cristal, une bouteille de vin millésimée entamée. Deux verres mais un seul qui avait servi. Nathanaël reposa ses yeux vers l’esclave qui gisait au sol, faisant claquer sa langue avec mauvaise humeur. A qui avait-il eu l’audace – la stupidité ? – de servir un verre ? Le peintre ferma les yeux, tentant de clarifier ses pensées malgré l’odeur du sang. Le voilà, le dernier indice … Ce parfum qui flottait, insignifiant face à celui du liquide carmin, mais facilement reconnaissable … Une grimace irritée naquit lentement sur le visage de Nathanaël, qui put presque voir la scène se dérouler devant ses yeux. Sans plus jeter un seul regard au cadavre, il se détourna et alla ouvrir la fenêtre. Une seconde plus tard, il avait disparu, et s’envolait vers le centre de Salvation.

    Le voyage fut rapide pour la petite créature ailée dont il avait prit la forme, et il arriva bientôt en vue de sa cible. De la lumière filtrait à travers les fenêtres, parfait – il n’aurait pas à arpenter la ville entière pour la chercher. Et il n’aurait pas non plus à se fendre d’un passage par l’entrée principale … Se glissant à travers une des fenêtres entrouvertes, il pénétra dans l’appartement et reprit forme humaine, s’approchant en silence de la propriétaire des lieux qui lui tournait le dos.

    « Tu vas vraiment t’amuser à m’enlever tous mes petits passe-temps, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que toi dans la course ? » Lança-t-il finalement d’un glacial.

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Ven 17 Fév - 1:36


Nathanaël & Tara

One more night to Live
La moindre parcelle de son être avait été damnée dès l’instant où il avait souillé le sol de Sa demeure. Misérable détritus qui n’avait pas sa place dans son existence, qui n’était pas digne d’être encore en vie. Gibier de bas étage qui lui volait son rôle de maîtresse du foyer. Son odeur polluait chaque recoin des pièces, à tel point qu’elle n’avait eu qu’une envie : celle de se pincer les narines, alors qu’elle se rendait sur les lieux du crime, les endroits interdits où Il s’était glissé entre les cuisses de Jezabel. Manoir associé à une Antre Infernale. Il l’indignait autant qu’il la révulsait. L’arôme qui s’y dégageait lui apparaissait comme violent. Ses sens en éveil étaient à l’origine d’une mort lente. Chaque brin de poussière, chaque mur, chaque substance possédait une histoire particulière. Elle voyait leur passé se dessiner sous ses yeux, à chaque fois qu’elle hantait Sa résidence. Ainsi, elle était forcée de rompre sa promesse : celle d’oublier les révélations. La cadette avait longé ces mêmes espaces. Elle avait pris ses marques, elle avait probablement ressenti de la haine envers son nouveau géniteur, peut-être d’autres émotions qu’elle n’était pas en mesure de déceler. Ensemble, ils avaient fait couler le sang sur cette terre qu’elle foulait de ses pieds. Ils y avaient pris du plaisir. Peut-être avaient-ils failli s’entretuer. La douleur s’intensifiait à chaque fois qu’elle franchissait la porte d’entrée. Le nouvel habitant ne faisait qu’accentuer ce malaise ressenti. Il faisait resurgir les traumatismes. Il osait entretenir un morceau de viande se vantant d’avoir une âme. Un pervers sexuel se lançant dans des discours moralisateurs. Un sac poubelle baisant les pieds d’un immortel. Un fanatique immonde qu’Il gardait en vie pour des raisons qu’elle ignorait. Peut-être s’agissait-il d’élans de tendresse, d’élans de faiblesse qu’elle ne pouvait pas supporter. Parfois, elle avait eu la volonté de le punir, tentant en vain de s’approprier son souffre douleur. Lassée, ce soir là, elle avait décidé de l’achever.

Hilfiger s’était montré silencieux. Elle n’avait point été confrontée à la noirceur de ses prunelles déroutante. Au contraire, elle s’était confrontée à la souffrance liée à son absence. Etait-ce son humanité enfouie en lui qui lui faisait défaut ? L’empêchant de trancher la gorge de ces incapables, l’éloignant de sa présence ? Elans de possession qui l’avaient poussé à revenir affronter ses tourments. Esprit vengeur, sombre silhouette perdue parmi la sienne. Il était toujours en vie, et la déception broya ses entrailles. Elle eut la possibilité de lire la jalousie dans son regard. Instant d’immobilité qu’elle brisa en se dirigeant en direction du sofa se trouvant au sein de l’atelier, s’y affalant soudainement, ses pieds longeant la table basse avec grâce. « Et si tu nous servais un verre, pendant qu’il n’est pas là ? ». Dit-elle à l’intrus qui la fixait de façon malveillante. Esquisse d’un sourire chaleureux. Elle avait toujours affectionné les pièces de théâtre, et elle incarnait aujourd’hui le rôle d’une parfaite comédienne. Un vent d’indifférence feinte foudroya cette colère associée à cette jalousie qui émanait d’elle. Cette ivrogne, quand à lui, adopta une posture docile qui la déconcerta sur le champ. « Cela dit, un verre grandeur nature me fait face… ». En tant que parfait serviteur, il la confrontait du regard, une bouteille de vin en main. Elle se mit à ressentir sa peur, les battements de son cœur. Elle vit la sueur se répandre sur son front. Ses paupières se fermaient, alors qu’il frissonnait. Elle alla à lui, incarnant cette moue séductrice, féline. Ses dents se plantèrent dans son cou, rapprochement mortel, baiser délicieux. L’espace d’un instant, elle ne vit que le fluide. Elans dévorateurs qui cessèrent, néanmoins, son aura démoniaque surpassant celle qu’elle possédait étant vampire. Une lame aiguisée fut plantée dans sa chaire à répétitions, et le sang coula à flots. Goût amer de ses larmes qui la dévorait de parts et d’autres, lui donnant l’envie de s’en délecter. Or, la scène qui apparaîtrait sous Ses yeux ne serait pas aussi spectaculaire, si elle absorbait l’intégralité du liquide rougeâtre. Une marée entière tâchait le manoir. Pour autant, elle avait la sensation qu’elle n’avait fait que le nettoyer et le désinfecter. Elle finit par laisser la charogne horrifiée giser face aux toiles qui la représentaient. Et puis, elle s’éclipsa, ne cherchant pas à dissimuler sa trace.

Elle avait éliminé un concurrent. Elle avait tenté d’attirer Son attention. Si elle avait retrouvé sa liberté physique, il n’en était pas de même concernant sa liberté psychique. Prisonnière de ces chaînes invisibles. Esclave de cette passion pour ce doux fluide répandu sur le tissu dont elle était vêtue. L’odeur était enivrante. Alors qu’elle avait regagnée son appartement, l’arôme qui se dégageait ne la répugnait plus. Il n’y avait plus de trace de Son passé avec Jezabel. Des tableaux étaient suspendus aux murs. Des bijoux d’antan s’écrasaient contre les armoires rénovées avec soin. Ils appartenaient à la cadette. Une demeure pouvait nous informer sur l’identité de son propriétaire. Celle de Lockwood comportait de nombreux objets marquant sa dépendance à ces êtres. Emotions dont elle avait honte, que cette robe tâchée de sang mettait en valeur. Elle se perdit dans ses pensées, ses doigts s’entremêlant à ses bretelles, prête à se dévêtir et à se nettoyer de ses Péchés. Quand soudain, elle sentit Sa présence. Son cœur se brisa contre sa poitrine, gagnant en puissance. Son regard lui brisa la nuque, distinguant son vol des leurs. Lorsqu’il prit la parole, ses mots venimeux parcourent l’intégralité de son être dans le but de la saigner et de s’insinuer profondément dans ses chairs. Murmures assassins en réponse à ses attaques : « Tu as pris l’habitude d’arriver après la bataille ».

Elle soupira douloureusement, sa silhouette le confrontant, son regard croisant enfin le sien, un sourire ironique s’esquissant sur ses lèvres malicieuses : « Je l’avoue. Je te dois des excuses. J’ai résilié ton abonnement. Tu ne peux plus participer au club de lecture »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     



Dernière édition par Tara G. Lockwood le Mar 17 Avr - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Jeu 23 Fév - 22:00

    Après le spectacle du sang répandu sur le plancher de son manoir, c’en était un tout autre qu’il observait à présent. Du sang, encore. Une odeur toujours aussi entêtante, qui se mêlait subtilement à un autre parfum plus doux. Du sang qui tâchait le tissu, rehaussant la coupe du vêtement, y ajoutant une valeur que bien peu auraient été en mesure d’apprécier à sa juste valeur. Mais que Nathanaël ne pouvait qu’apprécier, assurément. L’artiste n’avait que faire des émotions du vampire, de la colère ou de la frustration, l’artiste prenait le meilleur pour laisser de côté ce qui n’avait pas d’influence sur sa vision des choses. Et l’artiste, en cet instant précis, voyait uniquement le tableau qui se dessinait sous ses yeux. La passion qui ne cessait de brûler ses entrailles et qui guidait son pinceau à chaque fois qu’il était question d’Elle. Une passion ravivée brutalement en la revoyant, ignorant le reste de ses émotions. Le jeu de lumière, la robe maculée de sang, un dos qui s’offrait à lui et qui lui offrait une ouverture vers le monde de son imaginaire. L’image d’une femme aux pulsions sanguinaires, qui avait réalisé une œuvre barbare à son insu mais à son intention, et qui n’attendait plus que lui à présent pour parfaire le tableau. Voilà ce que l’artiste voyait en cet instant. Pour lui, bien peu importait le cadavre qui gisait encore dans son atelier, baignant dans son sang. Mais … Il n’y avait pas que l’artiste. Il y avait également Nathanaël, qui s’était déplacé dans un but précis, autre que celui de trouver de l’inspiration pour une de ses toiles. Et néanmoins, il savait avant qu’elle ne se tourne que cette image resterait gravé dans son esprit et qu’il ne l’en ferait pas sortir avant de l’avoir mise sur un de ses tableaux. C’était sa malédiction, sa bénédiction, ce lien qui les unissait. Elle s’immisçait dans son esprit de la même façon qu’elle entrait chez lui : sans demander la permission, et avec une effronterie qui lui plaisait … beaucoup trop.

    « J’ai surtout pris l’habitude de tes visites, quand je suis présent chez moi. Mais que tu rendes visite à mon serviteur ? Madame prend ses aises dans ma propriété en mon absence … Serait-ce un message que tu essayes de me faire passer ? »

    Il haussa un sourcil et la regarda avec un sourire narquois. Le bon vieux problème, qui ne s’était pas représenté depuis des siècles, et qu’ils n’avaient pas eu besoin de gérer depuis qu’ils s’étaient tous deux transformés en vampires. La propriété, le partage des biens, la vie en couple. Ainsi, sous-entendait-il par là qu’elle souhaitait peut-être avoir un plus libre accès à son manoir, et la mainmise sur ses possessions – vivantes ou non. Elle venait de toute façon de lui offrir une parfaite démonstration de sa possessivité, en détruisant Gabriel par pure jalousie. Mais pourquoi ? Juste pour le plaisir de le voir enrager ? Il lui se souvenait de lui avoir expliqué que cet esclave n’était rien d’autre qu’un objet utilitaire, il le considérait à peine comme un être vivant à part entière. Sa vie lui appartenait, et elle aurait été ridiculement courte même si Tara ne s’en était pas mêlée. Un esclave, une larve, un garde-manger dont la vie ne tenait qu’à un fil … Rien de plus. Pas une conquête, pas un modèle, encore moins un ami ou un confident. Aucune espèce de jalousie due à son existence n’aurait du poindre en Elle à cause de lui. Et pourtant, elle était là. Brillant dans ses yeux, se reflétant dans le sang qui maculait son parquet. Jalouse. Cette volonté qu’elle avait d’être La seule, de supprimer tous les autres. Cette seule pensée le faisait jubiler. Il avait retrouvé cette emprise sur elle qu’il avait cru avoir perdue pendant si longtemps. Cette emprise qu’il avait besoin de sentir bien vivace, et dont il devait s’assurer de l’existence, constamment. De peur qu’elle ne disparaisse à nouveau, que ce ne soit qu’un fantasme ou un nouveau jeu. Elle avait joué avec lui, mais le jeu avait pris fin … Du moins, ce genre de jeu. Entre eux, les joutes ne seraient jamais terminées, mais au moins avait-il retrouvé une relation qui n’était plus basée uniquement sur la haine.

    Ses lèvres se retroussèrent à nouveau en un sourire, cette fois involontaire, quand elle évoqua le club de lecture. Malgré toute la colère qu’il essayait de maintenir, afin de garder un minimum de crédibilité dans sa présence ici, il ne parvenait pas à se départir de cette … satisfaction. Elle lui avait manqué. Ses réflexions acides lui avaient manqué. Ses actes impulsifs et stupides lui avaient manqué. Et pourtant elle venait de lui en offrir un qui lui hérissait toutes les terminaisons nerveuses. Alors, il n’était pas question de laisser transparaître ce manque … Bien au contraire. Il s’avança vers elle, aussi maître des lieux qu’elle pouvait l’être chez lui, laissant son regard sonder la pièce – les éventuelles présences indésirables devaient être notées immédiatement. Mais ils étaient seuls. Et cela lui permit de s’avancer toujours plus près d’elle, ses yeux détaillant cette fois sans vergogne sa robe, les taches de sang qui la maculaient, ainsi que les courbes de sa propriétaire. Et il termina par son visage, ses yeux … Sa main s’avança vers sa joue, qu’il effleura pendant un court instant avant que ses doigts ne retrouvent leur place dans ses poches, dans une attitude aussi nonchalante que méprisante.

    « Effectivement. Tes excuses sont grandement souhaitées. Comme club de lecture il était d’un ennui profond mais il avait l’avantage de me tenir compagnie … »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Ven 2 Mar - 22:50

Tel un fantôme, elle n’avait jamais cessé de errer. Oubliée de Lui. Maudite sensation qui l’habitait. Celle de ne jamais être revenue. Transportée dans un passé qui l’obsédait et la transperçait, telle une silhouette se saisissant d’un poignard, faisant jaillir le liquide rougeâtre, dévorant ses chaires. Réminiscence infernale. Son absence la condamnait à s’enfoncer dans les ténèbres, comme autrefois, revisitant l’Antre de Satan. La souffrance ne s’était jamais véritablement dissipée. Elle revoyait ses bourreaux dans des images lancinantes, redécouvrant cette douleur physique et morale. Son esprit résidait toujours en Enfer, alors que son corps, lui, avait resurgit sur Salvation grâce à elle, sa disciple, et non pas grâce à Lui. Son imagination était débordante. Elle avait entraîné mille tourments lors de son séjour, revoyant les objets d’amour, les objets de haine, dans chaque pourriture absorbée par des pulsions assassines à son égard. A croire que l’intensité de la culpabilité qu’elle éprouvait la rendait délirante. Elle n’avait eu de cesse que de lire la haine dans leurs prunelles. Cette rancœur liée à l’abandon qu’elle leur avait infligé. Néanmoins, leurs courtes apparitions avaient eu le bienfait de l’aider à tenir. S’imaginant qu’elle n’avait aucune raison de s’inquiéter pour la cadette : elle était là face à elle. Il ne l’avait pas définitivement broyée. Contentée par la contemplation de Ses azurs. Tétanisée lorsque son regard se faisait furibond, lorsque ses poings d’artiste venaient s’écraser contre son visage. Rageuse lorsqu’il la rendait incapable de se relever tant la douleur était immense. Dans son inconscient, il jouait toujours le rôle du prédateur. Alors qu’elle avait rejoint Son monde véritable, il était toujours question de cela. Il l’emprisonnait d’une façon imagée, l’enfermant dans un gouffre de désespoir, où ne résidait que la soif de son déchirement et une lutte sans fin. Et puis surgissait une pointe d’attention qui la déconcertait. Elle n’avait pas imaginé que cette nuit le mènerait directement jusqu’à elle. Elle ne s’était pas persuadée qu’il devinerait qu’elle était la responsable de ce massacre. Par la même occasion, elle l’avait attendu, lui dédicaçant cette œuvre. Enfermée entre ses quatre murs, cependant désireuse qu’il vienne la délivrer de ses chaînes, lui ôtant le bout de tissu tâché par le sang de la vermine, sali, l’odeur lui apparaissant comme écoeurante tellement le mépris s’était fait sentir à l’égard de ce gibier soumis. Il détaillait ses courbes ainsi que sa sphère privée, et elle se refusait de céder à ses pulsions, rêvant de le saisir par les cheveux, de l’envoyer s’écraser contre le premier recoin de la pièce s’imposant à elle. Délicieux poison qu’elle souhaitait goûter et fuir. Elans paradoxaux qui s’emparaient d’elle à chaque fois que son visage, entre Ses mains, se faisait souriant. La Muse s’écraserait contre un rocher s’Il lui demandait. La démone sanguinaire le ravagerait, l’imaginant en train de s’adonner à des jeux pitoyables.

Où était-il, pendant son altercation avec le misérable, absent du manoir ? Qu’avait-il fait, pendant que Jezabel la délivrait ? Des questions qui n’avaient jamais cessé de la hanter, recroquevillée sur le sol volcanique du repère ténébreux, enterrée dans les fins fonds de sa demeure. Se questionnant quand à sa vie d’immortel, souhaitant par-dessus tout accéder à son monde intérieur. Celui dont il refusait de lui donner les clés. Celui qu’elle ne voulait pas connaître intégralement, paradoxalement. La colère aurait raison d’elle. Elle s’accentuait, alors qu’elle imaginait ses catins gesticuler, Ses doigts épouser leurs flans, leur poitrine, ses lèvres échouer sur le creux de leurs reins, s’abandonnant dans leur sphère privée, en oubliant la Sienne, littéralement. Elle tremblait lorsque des murmures intérieurs ne cessaient de la lapider, lui révélant que des scènes similaires incluaient la présence de Jezabel. Associant son absence à ses parties de plaisir, à ces maudites trahisons qu’elle ne parvenait pas toujours à chasser de son esprit, la jalousie et l’égocentrisme étant de mise. Il n’était pas celui qui l’avait sauvée, et cela à plusieurs reprises.

« Je ne m’installerai pas au manoir si c’est ce qui t’inquiète. Chaque mur, chaque odeur, chaque recoin possèdent une histoire particulière que je ne souhaite pas connaître… » .

Sarcasme et rancœur qui teintèrent le ton de sa voix. Questions qui l’animèrent et qu’elle tut, refusant de se mettre à nu et de lui montrer l’intérêt qu’elle lui portait. S’offrant elle-même les réponses, imaginant l’importance qu’avait représenté celui qu’il avait entretenu. Sinon pourquoi diable aurait-il surgi chez elle, quotidiennement silencieux ? Avait-il appris sa libération, lui qui se présentait face à elle sans aborder les récents évènements, véritablement détaché, ses mains se perdant dans ses poches ?

« J’imagine qu’il avait une importance, en effet, sinon tu ne serais pas venu pleurer devant ma fenêtre » .

Murmures teintés de glace, venant s’échouer contre sa peau, alors qu’à son tour, elle attrapa son menton, fixant Ses azurs comme si ses prunelles seraient la clé des Vérités. Elle fut tentée de les embraser, ses mains s’aventurant sur sa chemise, déchiquetant ses boutons, la faisant glisser sur sa peau. Bruit soyeux en conséquence. L’emprise était telle qu’elle se laissait aller à l’exploiter. Son ressenti la malmenait, à tel point qu’elle déposait les armes, mettant de coté sa réserve, le conduisant vers une énième victoire, bercée par sa voix de velours, ses répliques mordantes, cette guerre verbale, le vide qu’Il avait laissé. La Muse se faisait doucereuse, l’animal était en colère. Ses réactions étaient changeantes, sa présence la rendait particulièrement lunatique et imprévisible.

« Laisse moi te faire une confidence : je suis de bien meilleure compagnie… » .

Lui susurra t-elle, alors qu’elle déposa un baiser sensuel au creux de ses lèvres, joueuse, aguicheuse, perfide. Et puis, elle le laissa en appétit, feignant l’indifférence en se dirigeant vers le bar aux allures de noblesse, faisant craquer le plancher révolu. Retenant un rire machiavélique, alors qu’elle reporta son attention sur une bouteille d’alcool hors de prix dont elle souhaitait abuser.

« Je ne voudrais pas te chasser mais j’attends quelqu’un. J’ai de nombreuses choses à fêter. Je doute que tu y prêtes un quelconque intérêt »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
SATAN ; Master
avatar
DEVIL ▬ Master Of Puppets

Féminin
▌Nombre de messages : 784
▌Fireflies : 0
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : Plus vieux que le monde.
▌Playlist : The Rolling Stones - SYMPATHY FOR THE DEVIL



Feuille de personnage
CopyRight: CryingShame
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Dim 11 Mar - 18:07

Citation :

    Mes amis. L’heure est grave. Je m’ennuie fermement. Habituellement, quand je me sens si oppressé, je passe des heures devant les Frères Scott. Seulement je me suis avalé toutes les saisons ! Bien sûr que non. Inventif, je n’ai pas besoin de ces fictions mielleuses inventées par le gibier pour me distraire. Je suis bien au dessus de cela. Aujourd’hui, avec cette porteuse du virus particulièrement fourbe, nous allons vous présenter un jeu promettant d’être très intéressant. Il s’agit d’une loterie des pathologies.

    Schizophrénie, Paranoïa, Pyromanie, Kleptomanie…
    Des troubles mettant en avant des comportements, des traits et des attitudes présents chez la majorité des êtres humains. Des caractéristiques normales, à première vue. Pathologiques lorsqu’elles sont de très forte intensité, de très forte fréquence, perturbant la vie de chaque individu, générant une souffrance dont je me nourrirai hahahaha.
    Braves gens, venez piocher votre petit papier. Qu’y a-t-il d’inscrit ?


      Nathanaël : Paranoïa : Tu développes soudainement une méfiance soupçonneuse envahissante envers ton interlocuteur. Ses intentions sont interprétées comme malveillantes. Tu t’attends à ce qu’il te nuise et tu as des doutes de plus en plus prononcés en rapport avec sa fidélité ou sa loyauté. Tu évites fermement de lui confier des informations, sachant qu’il s’en servira pour te faire flancher par la suite. Tu discernes dans ses paroles des significations cachées et humiliantes. Tu es rancunier.

      Sur ce, je vais m’affaler sur mon canapé et contempler le spectacle. Plus prometteur qu’un film à l’eau de rose, j’en étais sûr !

        Sur ce, amusez-vous bien mes chers petits,

    Machiavéliquement Vôtre
    © DSM revisité pour l’univers de TDT
Revenir en haut Aller en bas
http://bloods-chronicles.forumactif.org/welcome-to-the-universe-
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mer 14 Mar - 23:07

    Cela aurait pu être n’importe qui, après tout. Il était aisé d’entrer dans son manoir, de flouer le serviteur humain, et de commettre un meurtre sanglant. Nathanaël pouvait citer sans réfléchir des dizaines de ses connaissances capables de tuer de sang froid, et capables de le faire uniquement pour l’effrayer ou lui laisser un message quelconque. Il avait bien assez de tueurs sur le dos pour qu’une entrée par effraction chez lui ne soit pas vraiment une surprise. Et pourtant, il n’avait pas hésité une seconde sur la direction à prendre quand il avait fallut traquer le meurtrier. Entre tous, les chasseurs, démons et autres tueurs de l’ombre plus ou moins expérimentés, c’était à elle qu’il avait pensé en premier, et son instinct ne l’avait pas trompé. Le message dans la mise à mort était clair, mais le sous-titre subtil avait touché son inconscient comme elle le faisait toujours. Il y avait un rejoins-moi qui flottait derrière cette mise en scène, qu’il avait tenté d’ignorer en se cachant derrière une sainte colère mais qui n’en était pas moins réel. Et quoi qu’il en dise, il n’était pas venu uniquement pour constater qu’elle était la tueuse.

    « De l’histoire ancienne. Je croyais que tu avais fini par accepter ça. » Lâcha-t-il en grimaçant sur le dernier mot. Un tout petit mot qui résumait bien ce qu’il pensait de cette histoire : pour lui ce n’était plus que du passé, quelque chose qu’il avait effacé quand il avait fait sa promesse à Tara. De simples souvenirs sans importance. Et même s’il ne pouvait sans doute pas lui demander qu’elle l’efface avec autant de facilité que lui, il attendait tout de même qu’elle cesse de lui en vouloir. Jezabel n’était plus dans son manoir et plus jamais elle n’y remettrait les pieds. N’était-ce pas suffisant ? Pour lui, ça l’était. Et il était intéressant de voir à quel point il était affecté, sans réussir à l’admettre, qu’elle ait toujours autant de rancœur envers lui à cause de ce qu’il avait fait à sa sœur. Que cela l’empêche de venir le rejoindre chez lui. Oh, il savait qu’elle ne lui présentait que la partie la plus évidente de ses raisons. Qu’il y avait également l’orgueil pour se placer entre eux, comme toujours. Mais cela l’agaçait, tout de même, qu’elle reparle encore et encore de cette histoire. Les femmes, toujours à compliquer ce qui pouvait être si simple …

    Mais elle s’approchait de lui avec une grâce féline et il ravala les répliques acerbes qu’il s’apprêtait à lancer en réponse au sous-entendu qu’elle avait soulevé. Il ne venait pas pleurer non, il venait réclamer une explication, voire un dédommagement. Et s’il pouvait obtenir ce dédommagement dès à présent, il ne voyait pas l’utilité de râler plus longtemps … Ses mains quittèrent ses poches, reprenant vie sans qu’il n’y pense, pour effleurer ses hanches alors qu’elle s’attaquait à sa chemise. Qu’elle les délivre des remparts de tissus qui les séparaient, il n’allait pas s’en plaindre. Et pendant ce temps il se délecterait de cette vision qui l’électrisait autant qu’au premier jour, tigresse qui s’abandonnait dans ses bras, la perfection qu’il touchait du doigt et qui satisfaisait autant l’artiste en lui que l’homme et le vampire … La mort de Gabriel n’était qu’un prétexte, un de plus. Un humain comme il y en avait des milliers sur cette terre, aisément remplaçable, et dont la mort donnait à Nathanaël un certain droit sur sa Muse, celui d’exiger réparation. Il ne pleurerait pas sa mort mais acceptait volontiers qu’elle le console de cette perte, elle dont la compagnie était tellement, tellement meilleure que celle du petit humain … Ce dont il n’avait jamais douté … Il attrapa ses lèvres, contraste explosif à ce contact de sa chair glacée avec celle, brûlante, de sa Muse. Qu’il brûle avec elle, c’était son unique souhait … Mais elle se déroba, paroles acides à l’appui. Après le feu, la glace.

    Son affirmation eut exactement l’effet qu’elle souhaitait, la mâchoire de Nathanaël se serrant brusquement à l’idée qu’elle attende quelqu’un. Dans son appartement. Dans cette tenue. Que ce quelqu’un ne soit pas lui et qu’il ne soit pas autorisé à rester. Qu’elle ait de nombreuses choses à fêter et qu’il ne soit pas au courant du début d’une seule de ces choses. Qu’elle n’ait pas l’intention de le mettre au courant, mais plutôt de fêter les évènements avec un autre. Qu’elle l’éconduise avec tant de désinvolture après une telle révélation … Oh, elle avait choisi avec soin chacun de ses mots et elle ne se serait pas conduite autrement si elle avait voulu le rendre jaloux. La manœuvre était si peu subtile qu’il saisissait parfaitement son dessein, néanmoins cela ne l’empêchait pas de ressentir au creux de l’estomac ce feu dévastateur. Chacun son tour, alors.

    « Au contraire. J’ai un cadavre chez moi qui atteste ma dette envers toi, et je brûle d’impatience de voir qui sera celui qui franchira ta porte pour que je puisse te rendre la pareille. »

    A mesure qu’il prononçait ces mots, il sentit ses entrailles se glacer, et son esprit prendre un virage tout à fait nouveau. Sa vision des choses venait brusquement de s’éclaircir, comme s’il avait été dans un brouillard invisible jusqu’à présent, mais qui venait de se lever, enfin, pour qu’il réalise ce qu’il en était vraiment. Atroce vérité. Une évidence … Jusque là, il n’avait été question que du jeu, ce jeu qu’ils recommençaient à chaque fois qu’ils étaient en présence l’un de l’autre. Mais il pressentait soudain que dans ce jeu, il n’était que le pion, et non pas le joueur. Ces règles qu’il croyait avoir en main lui avaient toujours échappées parce qu’il n’avait jamais été en mesure de les saisir : elle ne lui en avait jamais donné l’occasion, et elle n’en avait jamais eu l’intention. Quel avait été le déclic, il n’en savait rien. Pourquoi, soudain, voyait-il les choses sous cet angle nouveau ? Il n’en avait cure. Ce qui importait, c’était les faits. Elle lui reprochait ses actes passés mais il ne savait rien d’elle, elle lui cachait absolument tout, ne lui révélant que de vagues bribes de son passé qui pouvaient aussi bien être des mensonges. La tigresse jouait avec lui comme avec une proie délicieusement amusante, le poussant à bout jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’un vulgaire morceau de viande sans intérêt. Alors peut-être se résoudrait-elle à lui donner le coup de grâce, mais en attendant … En attendant elle ne cessait de lui porter des coups en riant de la douleur qu’elle lui infligeait.

    Se passant une main rageuse dans les cheveux, il jeta un coup d’œil à la porte de l’appartement, puis à nouveau à elle. Il aurait réduit en cendre quiconque aurait franchi le pas de cette porte en cet instant, et il était prêt à faire la même chose avec elle. Mais n’était-ce pas ce qu’elle souhaitait ? Elle voulait qu’il se batte pour elle, elle voulait qu’il s’humilie pour elle. Il n’était pas ce genre d’homme, il n’aurait pas cette faiblesse, pas alors qu’il ne représentait rien pour elle. Il n’était qu’un jouet, comme Gabriel il était remplaçable si facilement … Que ce soit Thunder ou Turner ou n’importe quel être possédant des organes sexuels, elle s’en contenterait si cela pouvait le faire souffrir lui.

    « Après tout, qu’est-ce que j’en ai à faire ? C’est toi la porteuse de Syphilis, c’est toi qui t’offre au premier venu. Ca n’a pas d’intérêt pour moi. Ca n’a plus d’intérêt ! » Une dernière phrase sur un hurlement bestial … Il se rapprocha d’elle en une enjambée, ses yeux flamboyants soudain plantés dans les siens comme s’il pouvait la tuer avec ce simple regard exprimant toute sa haine, toute sa souffrance. « Il va falloir que tu te trouves un autre jouet, je ne veux plus être ton second choix … A supposer que j’aie jamais été le second ! »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mer 21 Mar - 23:20

Les jours s’étaient égrenés péniblement, alors qu’elle était prisonnière de ces images venimeuses, s’infiltrant progressivement dans les tréfonds de son âme. Voix de velours qui n’avait jamais cessée de la hanter, ses mots meurtriers brouillant sa vue, glaçant son sang, projetant son cœur en dehors de sa poitrine d’une façon imagée. Ses azurs semblaient s’assombrir, et voilà qu’il la faisait immerger dans un abîme presque délirant. Il portait le masque du fils de Satan, assurant le rôle du gardien de son Enfer personnel. Il paraissait dépourvu d’émotions, paralysé par la rage, obsédé par un désir de vengeance omniprésent. Il la reconduisait tout droit vers la démence, s’emparant de sa main, la broyant par la même occasion, dans son esprit, pour l’accompagner vers son ultime déchéance intérieure. Il la tyrannisait jusque dans ses songes, incarnant le maître de ses sentences. Elle apercevait des yeux flamboyants, un visage blême, se devant de faire face à ce rire énigmatique qui retentit, martyrisant ses tympans. Alors qu’elle se remémorait ces élans de détresse, ses lèvres s’entrouvrirent, elle fut forcée à chaque inspiration d’incorporer le plus d’air possible dans ses poumons. Véritablement affaiblie. A croire que face à Sa froideur, la diva sanguinaire cédait la place à l’aide soignante, s’enfermant dans sa coquille, laissant l’humaine tétanisée se confronter à sa désinvolture et sa bestialité. Paupières fermées, elle le revoyait débarquer aux Enfers avec Elle. Chimères enchanteresses réinventées par ses soins, objets d’amour transportés dans son nouvel univers, destinés à lui prêter main forte. Alors qu’elle leur tendit la main, Il laissa la cadette s’approprier Ses lèvres, un sourire carnassier et perfide les étirant. Jusqu’à l’Antre de Satan, ils lui avaient infligé mille maux, l’obligeant à faire face aux Révélations d’une façon permanente. Satané inconscient. Fonctionnement psychique d’une masochiste aux yeux altérés par ces contemplations morbides. Dotée d’un chapelet auquel était suspendu un crucifix, ils la fixèrent, ensemble, leurs yeux étincelants d’une fureur diabolique saisissante. Elle était la proie et ils étaient présents pour la chasser.

Revenue sur Salvation, oublier ces évènements issus de son imaginaire avait été d’une difficulté déconcertante. En tant qu’être parasites, ils la rongeaient, ils suçaient ses membres, ils forgeaient des prétextes nécessaires à leur survie éternelle dans son esprit, primordiaux dans le but de ne plus jamais lire le Néant dans son regard. Maudites berceuses qui l’achevaient, torturaient son âme. Elle se revoyait border Jezabel. Comment aurait-elle pu imaginer qu’elle deviendrait Sienne ? Elle resongeait à leur vie d’antan, apaisant Son petit frère. Répugnée face à ce fossé qui les séparait à présent. Souhaitant se perdre dans cette infinie nostalgie qu’elle tendait à refouler. Elle ne faisait que l’affaiblir. Elle haïssait ces Failles, elle détestait Sa présence dans son appartement, réalisant qu’elle était loin d’être impassible devant son apparition. Diable qu’elle aurait aimé être indifférence face aux charmes de cette créature ténébreuse surgissant sans prévenir, sans crier garde, sans s’annoncer, tel un habitant symbolique. Des pensées déraisonnables l’habitaient, alors qu’elle le scruta, ses prunelles enflammées longeant sa silhouette démoniaque, s’immobilisant sur ses lèvres rouges vives, teintées de grâce et de vitalité. Alors qu’Il lui offrit un baiser, des frissons l’emprisonnèrent, un feu déchirant ses reins, la consumant littéralement, secrètement. La tentation était ardente. Elle la replongeait dans les douleurs d’un passé révolu. Ainsi, elle avait la sensation d’être victime de ce tortionnaire. Etait-ce son géniteur qui l’avait envoyé, l’obligeant à payer pour ces actes ignobles qu’elle n’avait jamais cessé de commettre ? Paradoxalement, elle affectionnait ces sensations qu’Il lui procurait. Détenteur de sa vie comme de sa mort. Détenteur de sa félicité comme de ses cauchemars. Lorsqu’il tenait la lame qu’il s’apprêtait à lui enfoncer dans ses chairs, elle jubilait intérieurement, se délectant de cette violence provoquée contre sa poitrine, le rythme auquel battait son cœur s’intensifiant, se délectant de Lui et de cette passion, laissant son odeur l’imprégner.

« Tout comme mes parties de jambes en l’air avec ton attardé de frère. Tout comme mes nuits enflammées aux cotés de Duncan. Bien que je serais désireuse de les réitérer. Je m’ennuie fermement, ces derniers temps…»

Elle ne pu retenir un rire sarcastique, tentant cruellement de développer chez lui des marques de jalousie. Souhaitant que l’imprégnation l’atteigne également. Vengeance de bas étage. Elle soulevait le voile, elle le condamnait mesquinement pour son absence. Le tonnerre grondait, autant que la colère dissimulée. Il lui crachait sa haine au visage. Des loups hurlaient, non loin de sa demeure, des gémissements s’élevant alors que lui-même perdait son sang froid. Son regard se perdit en direction de la fenêtre, alors qu’un massacre se préparait au dehors. A croire que l’humeur du vampire influait sur celle de ces bêtes féroces. Un phénomène qui aurait fasciné la majorité des gibiers, mais qui la laissait de marbre, ayant connaissance de cette symbiose existante entre les sangsues et les animaux. Perdue dans ses pensées les plus sinistres, voyant le corps de Jezabel se décomposer, alors qu’il évoquait la mort du premier être qui pénétrerait ces lieux, elle poussa un léger soupire, fronçant les sourcils avant de lever les yeux au ciel. A qui pensait-il ?

« Tu risques de trahir ta promesse… »

A mesure que des grognements s’échappaient de sa gorge, la fin semblait proche. William s’éloignait de sa sphère. Nathanaël devenait indéchiffrable, tant pour l’aide soignante bienveillante que pour l’animal qu’elle était à présent. L’Unique s’évaporait, disparaissait. Elle ne parvenait plus à déceler son âme défunte. Elle n’était plus connectée à la sienne. Rapprochement ultime, désir de le retrouver dans le but de le sauver, corps qui guida ses doigts dans des caresses intimes, ses mains mourrant sur ses joues, puis au niveau de sa ceinture d’être endiablé. Elans de possession qui ne faisait qu’aggraver son châtiment, elle en était convaincue, alors qu’elle constatait qu’il était le responsable de son emprise et de sa dévotion. Contacts corporels teintés d’une douce amertume. Elle ressentait l’envie de se protéger, sachant pertinemment qu’il jouerait de la Vérité, n’ayant pu se résoudre à laisser quiconque la souiller depuis leur dernière entrevue. Semblant inexorablement lui appartenir, quelle atrocité.

« Je te préférais avec davantage de poils et dépourvu de langage. Tu es insupportable. »

Sentiment d’abandon qui lui donnait l’impression que le sol était en train de se dérober sous ses pas. Epoux aux allures de volage infidèle qui ne faisait que l’enterrer sous terre pour la déterrer lorsque l’ennui s’emparait de son âme défunte. A moins qu’il ne soit venu pour se défouler avec un plaisir malsain. Son regard s’ancrait au sien, alors qu’elle le confrontait, partagée entre le désir de l’apaiser et de le foudroyer davantage, rancunière et tenace, lui murmurant des propos venimeux...

« Tue moi ! Tu retrouveras tes petits plaisirs d’une façon définitive. Tu es parvenu à me laisser croupir dans cette cellule sans te manifester, tu supporteras bien pire absence… »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Lun 2 Avr - 20:33

    Pris au piège. Il se sentait soudain acculé, traqué, sans moyen de se sortir de ce mauvais pas où il s’était pourtant jeté tête la première. Le sentiment de malaise grandissait, l’envahissant au point de l’empêcher de penser à quoi que ce soit d’autre, serrant ses entrailles, ses poumons, et son cœur pourtant bien mort depuis des siècles … Elle avait ce pouvoir, elle seule le détenait. Celui de raviver le fantôme d’un organe qui avait disparu, brûlé par les flammes de l’enfer en attendant que le reste de son organisme ne vienne le rejoindre, dans une éternité ou deux. Ils étaient nombreux, ceux – et à plus juste raison, celles – qui avaient essayé de faire battre ce qui n’était même plus un muscle au sein de sa cage thoracique. Usant de maints stratagèmes censés faire renaître des sentiments chez le vampire, mais de sentiments il n’y avait plus guère en lui. Après tout, les sangs-froids naissaient de la mort de toute émotion, et Nathanaël ne faisait pas exception. Homme naguère plein de compassion et d’amour, il avait laissé tout cela dans la tombe, pour que ses sœurs aient au moins quelque chose à pleurer. Il n’était plus qu’un mur, un mur où toutes les tentatives pour le soudoyer ou l’apitoyer finissaient impitoyablement broyées dans le sang et la douleur. Mais Elle … Elle détenait la seule arme qui pouvait le toucher, Elle était la seule à posséder ce que personne d’autre au monde ne pourrait recréer. Le lien, le dernier petit fil – vivant tout du moins – qui liait le vampire actuel à l’humain qu’il avait été. Il n’avait rien fallut de moins que cette pensée de l’être aimé, à travers la mort, pour garder en lui une once d’humanité. Et comme dans ces histoires suintant la mièvrerie des relations éphémères propres aux humains, elle était restée dans son cœur durant toutes ces années. Dans un cœur mort, disparu. Mais présent pour Elle. La dernière faiblesse, la seule faiblesse. Un fil ténu qui le rattachait à son passé, et quel fil ! Celui de la passion ardente et des déceptions cruelles. Comme cette déception d’ouvrir soudain les yeux sur le véritable visage de celle qui avait su se nicher en lui pour l’éternité. Car elle était capable de lui inspirer amour sans fin, mais également capable de semer le doute en lui. Perfide traîtresse qui lui rappelait des visages haïs, celui du traître … et celui du frère maudit. Jusque là, cette image était restée mensonge pour le peintre, mais qu’en était-il réellement ? Le doute était permis, et il pouvait si bien l’imaginer, cette figure aimante et douce, dont les mains se faisaient soudain pressantes et cajoleuses … Cela souillait Sa mémoire, la Grace qui était restée parfaite à ses yeux soudain se grimait en catin, ce qu’il avait toujours refusé. Où s’arrêtait la vérité et commençait le mensonge ? Il ne savait le dire … Mais si Tara était une traîtresse, il ne pouvait s’imaginer Grace faite de la même veine. Pour elle, il se devait au moins de croire en cela … Et le reste était bien assez douloureux pour ne pas y rajouter l’image de son demeuré de frère dans ses bras.

    Une nouvelle fois, il se morigéna de la faiblesse qu’il avait eue de faire une promesse, tandis qu’elle se gardait bien de garantir quoi que ce soit. Et elle se faisait une joie de le lui rappeler, elle savait qu’il ne toucherait plus à Jezabel – si tant soit peu qu’elle ne le pousse pas à rompre son serment – et s’amusait à lui brandir sous le nez tout ce qu’elle pouvait encore faire, elle, de son côté. Il secoua la tête, reculant pour s’écarter d’elle à nouveau, le dégoût se lisant clairement sur son visage. Mais il se ravisa soudain, tourna autour d’elle en la jaugeant du regard, puis s’avança dans son dos, plaçant ses mains sur sa poitrine d’un geste possessif.

    « Vraiment ? Uniquement de l’histoire ancienne, tes coucheries avec le premier venu ? Alors je peux sans doute te faire promettre la même chose que moi ? Je ne toucherai plus à ta sœur si tu abandonnes Thunder, Turner et tous tes clients réguliers. »

    Il y avait une condition qui venait de se glisser dans une promesse qu’il n’était plus censé toucher. Et après tout, au vu de la vipère qui lui faisait face, il n’aurait peut-être pas beaucoup de mal à briser un serment qui n’avait de toute façon jamais eu de raison d’être … Si elle-même ne comptait pas respecter la moindre petite condition. Il la lâcha vivement, ses yeux se tournant instinctivement vers la porte alors qu’elle lui annonçait à mots couverts l’identité de celle qu’elle attendait, et une grimace amère vint étirer les lèvres du vampire. Celle-là, il se ferait réellement un plaisir de la tuer, s’il en avait l’occasion. Et l’occasion pourrait peut-être se présenter plus tôt que prévue si Tara ne parvenait pas à faire taire le doute qui avait pris place en lui … Un doute qui le rongeait plus efficacement qu’une giclée d’eau bénite. Etait-ce réellement Jezabel qui franchirait le seuil de la porte, ou un amant quelconque ? Et lequel des deux serait le pire, finalement ? La haine que la petite sœur avait entretenue envers son aînée semblait s’être évaporée, au grand dam du vampire. Et il ne pouvait oublier ce que Tara lui avait avoué, lors de leur entrevue dans la galerie des glaces … Entre lui et elle, elle ne pouvait pas choisir. Mais c’était du passé. Elle avait eu tout le loisir de choisir, depuis. Entre la petite sœur blessée et abandonnée, et le bourreau responsable de tous ses maux … Entre une folle furieuse qui disait blanc autant qu’elle disait noir, et celui qui aurait du devenir sa moitié. Lequel des deux avait-elle choisi ?

    « Même un chien ne mériterait pas ce sort, tu ne sais t’occuper que de toi-même et la moindre bête aurait vite fait de s’en rendre compte. Mais c’est sûr que tu pourrais jouir de ton pouvoir dessus sans craindre qu’il ne te fasse le moindre reproche, je te l’accorde. » Ajouta-t-il d’un ton acide. « Demande donc à ta sœur qu’elle te fasse ce cadeau si ça te plaît tant que ça, ça ferait un joli tableau de vous voir toutes les deux pouponner une bestiole comme deux vermines humaines … Laquelle des deux sera la première à s’en faire un manteau ? A moins que tu t’y attaches réellement et que tu finisses par développer de vrais sentiments envers lui. Tu en serais bien capable, ce serait une relation parfaite pour toi. »

    Mais d’autant plus pitoyable. Il ne pouvait empêcher ses paroles de fuser, alors qu’il aurait cent fois préféré lui adresser son seul mutisme méprisant. Il n’était même plus capable de cela. Il perdait toute dignité à cause de cette paranoïa qui l’envahissait, et quand elle lui proposa de la tuer … Alors là, oui … C’était une solution tout à fait tentante. Pour mettre fin à cet enfer où il ne savait plus distinguer la vérité des mensonges, la mort serait idéale. S’il n’y avait pas eu la fin de sa phrase, cette nouvelle pique qui fit sourciller le vampire.

    « Une cellule d’où tu sors à ton gré, je ne vois vraiment pas de quoi tu te plains. Tu ne mérites aucun de mes efforts pour te sortir de là … » Mais en avait-elle réellement encore besoin ? Nouveau doute, nouvelle sensation de trahison. Il la fixa sans un mot, tachant de lire sur son visage ce qu’il en était vraiment. « C’est sur ta chère petite sœur que tu as finalement arrêté ton choix, n’est-ce pas ? » Finit-il par lâcher à voix basse, après plusieurs secondes de silence. Ce n’était même pas une question … Juste la constatation des faits.

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mar 10 Avr - 22:10

Culpabilité ardente qui s’infiltrait dans ses veines, tel un venin qui s’emparait de son être dans son intégralité, la réduisant en cendres, au rang d’animal meurtri. Elle avait eu la sensation d’écouter un morceau au goût d’inachevé lorsqu’elle avait décidé de s’éloigner de ses Failles, de ses objets d’amour. Amnésie foudroyante qui avait apportée à son existence un caractère sordide. Ce qu’Il prétendait était faux. Elle n’avait jamais été semblable à un maître. Au contraire, elle s’était comportée tel un chien incapable de se détacher de son bourreau. Un chien gâté. Elle avait reniée ses faiblesses, désirant devenir similaire à un mur de briques. Cette insensibilité qui émanait de Duncan semblait l’avoir contaminée. Ainsi, elle avait seulement vécue pour son aura vampirique. Néanmoins, elle n’avait fait que se voiler la face, masquant le trouble qu’elle avait ressenti en Sa présence, déniant l’existence de cette obsession, la façon dont Il avait de venir hanter ses songes. Ce trouble qui la conduirait jusqu’aux Enfers, c’était ce qu’elle avait toujours prédit. Malheureusement, cela ne l’avait pas empêchée de retomber dans ses filets. Maudite attraction, maudite spiritualité qui était en train de la faire succomber, aspirant le peu d’air qu’elle possédait dans ses poumons, la privant de ses organes vitaux, de son Sang. Il était le poison qui la tuait à petit feu. Pour cela, elle le haïssait et elle l’aimait d’autant plus, sachant pertinemment que ce type de relation était d’une rareté affligeante.

Pourtant, il semait la confusion dans son esprit également, ses traits se durcissant, ses azurs s’assombrissant plus encore, à tel point qu’elle ne le reconnaissait plus. Il n’était plus Son peintre, il n’incarnait ni William ni Nathanaël. Elle avait l’impression d’être confrontée à Satan et de revenir quelques mois en arrière, du sang périmé attaquant son organisme d’une façon imagée. Il prononçait les mots dont son beau père aurait été dépositaire s’il avait été encore en vie. Lorsqu’il s’approcha physiquement d’elle, faisant grincer le plancher, elle se figea, n’ayant de cesse que d’attendre la confrontation à venir. Ses prunelles s’ancrèrent dans les siennes, suppliantes, lui demandant silencieusement de lui accorder un bref instant de répit. De nouvelles images vinrent imprégner son cerveau d’une saveur amère, sournoises, la forçant à affronter son trépas. Il y avait de cela plusieurs décennies, Il était celui qui les berçait –son frère et elle-, ne se servant pas de sa voix de velours pour lui déchiqueter ses tympans. Diable qu’elle aurait désiré revenir à cette époque où elle était défaillante, où le passé n’avait aucun pouvoir sur elle étant donné qu’elle ne s’en souvenait pas. Elle ne parvenait plus à lire la tristesse dans ses iris associée à la condition de son frère et à celle de sa famille déchue. Au contraire, elle n’y voyait qu’un Néant déroutant et une colère la glaçant de l’intérieur, jusqu’à la moelle, ravageant ce qu’il lui restait de ses forces démoniaques. Le voile qui avait eu le bienfait de dissimuler sa véritable nature gisait sur le sol de sa demeure au luxe écoeurant, trahissant le fait qu’il ne lui restait plus que ses meubles, sauvés des décombres de son existence pitoyable. Moqueries qu’il était parvenu à taire durant tout ce temps. Maintenant qu’il l’avait à sa portée, il lui révélait la Vérité, son ressenti à son égard. C’était une vengeance de bas étage qu’il lui infligeait, elle le percevait, et son cœur frappait contre sa poitrine avec une intensité démesurée, ses sens semblant en éveil. Il l’avait trahie. Leur connexion ne se faisait plus que dans un seul sens.

« Je me demande qui est réellement l’égoïste dans cette pièce. Je n’aurais jamais envisagé de toucher un seul cheveu d’Akkarin. Mais je suis ravie de savoir enfin ce que tu penses véritablement de moi. » .

Lui lâcha t-elle, employant un ton amer, une mine dégoûtée. Tout à coup, elle subissait le même sort que lui : son esprit semblait s’éclaircir, et la situation qui s’imposait à elle ne faisait que rouvrir des plaies qui semblaient refermées. Elle percevait les Failles mieux que d’antan. Si elle avait dit adieu à l’emprise de Duncan, elle avait la sensation de devoir affronter celle que possédait Nathanaël sur elle. Il avait gagné la partie. Elle n’avait jamais cessée d’être un jouet entre ses mains. Elle était tombée dans le piège qu’il avait créé, probablement rancunier, songeant aux blessures qu’elle lui avait infligée dans le passé. Elle ne lisait plus l’intérêt qu’Il lui portait dans ses azurs. Elle faisait face à une haine vivace sur laquelle elle n’avait plus aucun contrôle. Elle secoua la tête, s’imaginant durant un laps de temps qu’il s’agissait d’un songe pathétique, d’une hallucination grotesque. Peut-être que la folie de Winchester avait eu raison d’elle. Peut-être qu’elle n’était jamais revenue sur Salvation et qu’elle se trouvait dans une dimension infernale. C’était Satan en lui-même qui l’avait conduite à cette créature possédant des traits semblables à ceux de Son autre. Elle était risible, elle le savait bien, et elle aurait probablement déversé sa haine sur un démon aux allures aussi pathétiques. Les fautes qu’elle avait commises étaient inavouables, mordue de Lui, telle une imbécile dotée d’un masque, montrant à ses congénères ses tendances égoïstes, se gardant de dévoiler au grand jour qu’elle était l’esclave de cette relation. Absorbée par Son odeur au point d’en oublier toutes les autres. S’il le savait…s’il savait qu’elle avait respecté cette condition effroyable. S’il savait à quel point il l’anéantissait.

« C’est tout ce que tu as à m’offrir ? Qu’est-ce que tu imaginais ? Tu croyais que je resterai terrée dans mon trou pendant que tu continuerais à te divertir avec tes catins ? Tu es revenu pour m’accaparer lorsque l’ennui se fait sentir ? Je ne suis qu’un pantin entre tes mains. Un pantin que tu prends plaisir à malmener et à haïr. J’y vois clair. Mon départ n’a fait que t’arranger au fond, et maintenant que tu es confronté à un retournement de situation, tu bouillonnes et tu te lasses. » .

Elle venait de passer par plusieurs phases : le choc qui entraînait une sorte de paralysie, le sentiment de tristesse qui révélait la présence inconsciente de Grace, la colère dont était dotée Tara. Ainsi, elle ne parvint pas à utiliser son intelligence d’esprit et tomba plus bas que terre. Son poison verbal vint le heurter de plein fouet, la souillant par la même occasion.

« Ne t’en fais pas. Tu retrouveras très vite un modèle, une colocataire et tu continueras de t’adonner à tes activités jouissives. Tu n’es pas le chien dans cette histoire mais le maître. Tu vas trouver cela risible mais je n’ai plus éprouvé le désir de les revoir depuis que tu as eu la volonté hypocrite de tenir cette promesse. Tu n’as pas eu besoin de fixer tes conditions pour que je m’y tienne. C’est la différence entre toi et moi. » .

Voix froide comme jamais. Elle fut mise à nue, incapable de contrôler ce flot d’émotions qui venait de la consumer, un poignard s’enfonçant dans sa poitrine. Jezabel fut loin dans ses pensées, à cet instant. Avait-il réellement souhaité qu’elle le choisisse ? Elle ne percevait que la hargne qui émanait de lui et cette manipulation éventuelle. En lui demandant de faire un choix entre sa chaire et Lui, il ne faisait qu’accroître l’emprise qu’il avait sur elle, et il semblait en jouir. Elle avait à l’esprit son absence, ses parties de plaisir, les activités auxquelles il s’était adonné lorsqu’elle demeurait emprisonnée. Alors que Satan venait de le changer, elle ne le saisissait plus, hors réalité, révulsée par ce flou intérieur. Prisonnière de sa dépendance envers Lui, ses poings se serrèrent, manquant de s’écraser contre ce visage qu’elle chérissait toujours, paradoxes destructeurs. Elle s’empara de ses poignets, bestiale, serrant sa prise en se dotant de cette puissance démoniaque, les iris flamboyantes.

« Tu vas sortir de ma vie et subir le même sort que moi. Les règles vont changer ce soir… » .

Elle reporta son attention sur le meuble en marbre entreprenant qui leur faisait face, étouffant la pièce, de la même manière qu’Il étouffait son esprit, ravageant son monde intérieur. Alors qu’elle se saisit d’une corde, elle revint s’intéresser à ses poignées, le poussant contre une chaise en osier, violentant ses chaires jusqu’à parvenir à l’attacher, dépositaire de son corps comme de son psychisme en tant que reine de son enfer personnel. Un sourire perfide et aguicheur étira ses lèvres, alors qu’elle tenta de prendre le contrôle de leur immortalité.

« Je pensais qu’on se servirait de cette corde dans d’autres circonstances si tu vois ce que je veux dire. Je me suis encore trompée… »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mar 17 Avr - 21:22

    Etonnant comme le passé semblait ne jamais vouloir s’effacer quand il était en sa présence. Le bien comme le mal, les souvenirs agréables comme les plus terribles, elle les ravivait sans même avoir besoin de parler, alors qu’il les avait enterrés avec un soin tout particulier depuis deux siècles. Elle connaissait ce pouvoir qu’elle avait sur lui, elle savait comme s’en servir pour être la plus destructrice possible. En prononçant le prénom d’Akkarin, par exemple … Les images qu’il avait repoussées revenaient par vague, présentant un monde qui était bien loin du sien, à présent. Le grand frère qu’il avait choyé, puis haït, l’aide si précieuse de Tara en ces moments qui s’étaient avérés être les plus difficiles de sa vie mortelle … A celles-ci se superposaient des images sorties tout droit de son imagination, cette fois : la fusion charnelle de deux corps qui n’auraient jamais du se rencontrer, la Muse et l’Handicapé … Elle avait semé le doute dans son esprit la première fois qu’elle avait évoqué cette possibilité, le fait qu’elle ait été celle à ravir l’innocence de son frère, comme elle avait ravi la sienne. Vérité ou mensonge, mensonge ou vérité, il avait oscillé entre les deux selon les sentiments qu’il lui inspirait, tantôt la haine, tantôt l’amour, sans jamais savoir ce qu’il en était vraiment. Mais peu importait ce que Tara était aujourd’hui, il refusait purement et simplement d’y croire. Et son assertion, à présent, le rassurait profondément tout comme elle faisait enfler le malaise en lui. Mensonge ou vérité ? Elle pouvait le traiter d’égoïste et remettre en cause sa foi en elle, elle en avait tout à fait le droit. Car en cet instant, il ne savait absolument pas s’il pouvait croire la moindre de ses paroles. Vipère, traîtresse … Sans doute pas avec Akkarin. Mais avec tous les autres, cela ne faisait aucun doute.

    Il haussa les sourcils en entendant ses reproches, et partit dans un grand rire teinté de raillerie. Il n’était pas question qu’elle sache réellement ce qu’il pensait de ça – qu’elle avait particulièrement bien décrit ce qu’il ressentait à cet instant, à la différence que c’était elle qui le prenait pour un pantin. A aucun moment il n’avait joué avec elle de cette façon, elle le savait pertinemment. Pourquoi lui lancer de telles accusations au visage, dans ce cas, il n’en avait cure. Ce n’était pas le remord qui l’étouffait, visiblement. Mais ainsi, elle lui tendait une nouvelle perche. Et le sourire mauvais qu’il lui adressa était de nature à glacer le sang de nombre de larves humaines.

    « Ne confonds pas tout, veux-tu ? Et ne parle pas au nom de ta sœur. Elle était mon pantin, c’était très amusant de la malmener et de la haïr, etc., je me suis lassé d’elle, etc. Mais par pitié, ne t’attribue pas ce rôle, il ne t’appartient pas, même si ton égo semble le réclamer à grands cris. » Ajouta-t-il d’un air narquois.

    Elle se plaçait en victime, mais elle n’en avait pas le droit, pas un instant ! C’était elle qui jouait avec lui, et non le contraire. Nathanaël ne voyait rien d’autre que cela, aveuglé par ses doutes et sa paranoïa augmentant de seconde en seconde. Il l’aurait frappée, il l’aurait tuée, il aurait très bien pu le faire. Ses doigts le démangeaient encore, sans qu’il ne sache si c’était parce qu’il se languissait de toucher sa peau, ou de la meurtrir. Ses poings se serraient convulsivement, témoins des sentiments orageux qui se mêlaient en lui. Il ne supportait pas cette discussion, ce face-à-face meurtrier qui ne menait à rien. Où était passé le temps où il la croyait encore ? Car il ne mettait plus aucune foi en ses paroles, et quand elle affirma qu’elle n’avait plus revu personne d’autre après lui, il ne réussit pas à y croire. Des mensonges, encore et encore, comme avec Akkarin, dans le seul but d’endormir sa vigilance et de se jouer de lui plus cruellement que jamais. Oh bien sûr, une part de lui souhaitait désespérément y croire … Mais il n’était pas assez naïf pour lui accorder un quelconque crédit.

    « Parfait ! » Cria-t-il d’un ton hargneux. Etrangement, qu’elle lui assure n’avoir plus touché à personne depuis ne lui faisait aucun bien. « Nous sommes tous deux des personnes d’honneur, qui l’aurait cru ? Et tu es décidemment meilleure que moi, si tu as vraiment besoin de me l’entendre dire. Mais excuse-moi de n’avoir pas vu l’intérêt de te demander cette faveur jusqu’à aujourd’hui, je pensais qu’elle était assez implicite comme ça … Il faut croire que ma confiance en toi s’est légèrement érodée depuis que j’ai promis de ne plus toucher à Jezabel. »

    Néanmoins, elle n’avait pas promis. Si elle avait évoqué un semblant de fidélité, elle n’avait pas, comme il avait du le faire, prononcé les mots qui auraient pu le rassurer. Tout comme elle n’avait pas réfuté le fait qu’elle avait choisi sa sœur au lieu de lui-même … Elle était donc sortie de sa cage. La furie avait été libérée par la folle furieuse, et pas un seul instant elle ne l’avait évoqué devant lui. Pas un mot, et depuis quand ? Combien de fois s’étaient-ils vus depuis qu’elle avait été libérée par son ancienne esclave ? Sans qu’elle ne lui dise rien, comme s’il n’importait déjà plus. Une constatation qui le glaça, l’enfermant dans une torpeur passagère, prisonnier de cette vérité immonde qui se révélait toujours plus … A tel point qu’il ne se débattit pas quand elle attrapa la corde. Quand il comprit ce qu’elle avait en tête, il était déjà trop tard, elle usait de sa force bien supérieure à la sienne tout en restant hors de portée de ses canines qu’il fit claquer à quelques centimètres de son cou. Il pouvait bien ruer et tirer sur ses liens, il savait qu’il n’avait aucune chance face à elle. Une nouvelle preuve qu’elle lui avait bel et bien échappée : cette force titanesque dont elle se servait contre lui, et qui n’était pas celle de Tara ou de Grace, mais de l’inconnue qui avait pris leur place … Cette situation de faiblesse, il ne la connaissait que trop bien pour l’avoir déjà subie par le passé – mais pas avec elle, jamais avec elle. Attaché, sans la moindre chance de pouvoir s’échapper. A sa merci. Ce n’était plus un jeu sensuel, la domination n’avait plus rien d’érotique : elle était le chasseur, et pour la première fois depuis longtemps, il était la proie. Les règles avaient effectivement changé, car s’il avait souvent été le plus violent des deux depuis leurs retrouvailles sanglantes, jamais elle n’avait pris cette place avec tant d’assurance. Et jamais il ne s’était senti aussi proche de la fin, sa propre fin. Pourtant il ne ressentait pas la peur naturelle qu’une proie dans sa position aurait du ressentir. Il y avait toujours cette colère, cette indignation qu’elle le surpasse même sur ce plan là. Et une certaine hâte, de voir le dénouement de cette situation … Qu’elle le tue une bonne fois pour toute – si elle était assez forte pour renverser la situation dans son intégralité. Chacun son tour.

    « Bien, très bien ! Je découvre qui se cache derrière ce visage que je croyais familier, ce n’est pas une aussi grande surprise que ce à quoi je m’attendais. » Il se débattit encore quelques secondes contre ses liens, dévoilant ses crocs luisants derrière une grimace furieuse, puis il se laissa aller contre le dossier de la chaise, les muscles soudain plus détendus. Quand il redressa la tête vers elle, il n’y avait plus rien de furieux sur son visage. « Je préfère encore que tu m’arraches la tête plutôt que d’utiliser ces cordes autrement avec toi, alors vas-y, fais-toi plaisir. Torture-moi comme j’ai torturé ta sœur, fais-moi subir tout ce que je mérite selon ton jugement, ce ne sera pas trop cher payé. »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Sam 21 Avr - 16:52

Il devenait semblable à un tortionnaire qui n’avait pour objectif que de souiller son psychisme. C’était comme si l’objet d’amour restait tapi dans l’ombre, laissant le Bourreau prendre possession de son être et se venger de cette chasseresse. Elle avait la sensation d’être confrontée à son beau père lui infligeant cette punition qu’il jugeait méritée. Ce sentiment de déjà vu ensanglantait ses chaires, ravageait la moindre partie de son corps damné, poumons, cœur, organes. Elle lisait le mépris dans ses prunelles incendiaires, l’ironie mêlée à ces élans d’indifférence sataniques. Leur relation s’enracinait d’air impur, nuisible. A la manière de ce pervers, la condamnait-il pour le dégoût que lui provoquaient ses attouchements sur la cadette ? Son esprit devenait malade, alors que la haine la dévorait littéralement. Elle était soupçonneuse, se livrant à des interprétations insensées, perdue. Sa paranoïa ne faisait qu’engendrer la sienne. Phénomène qui lui était familier et qui ne laissait pas place à sa stupeur. Lorsque la félicité s’emparait de lui, elle la ressentait. Lorsque des émotions endiablées l’accaparaient, elle en était également victime. Si le Lien était tâché par la colère s’infiltrant dans leurs veines, elle était capable de déceler que la créature qui lui faisait face lui était étrangère. Si sa silhouette avait le pouvoir de la charmer, son esprit la répugnait et la distanciait. Il n’habitait plus son corps défunt. Il l’avait abandonnée pour la énième fois. Il ne combattait pas cet intrus, au contraire il se laissait happer par ce désir de vengeance et de brutalité à son égard. Qu’il lui arrache ses derniers gémissements de douleur, tel était son souhait, alors qu’il laissait des images tranchantes s’imposer dans son esprit.

Ses paupières s’étaient fermées, ses mains protégeaient ses oreilles, alors que Ses satanés mots venaient s’échouer dans ses tympans, les massacrant. Vision d’une chimère enfantine perdue dans l’abîme de ses pires tourments. Jezabel avait l’apparence de la fillette qui l’avait quittée il y avait de cela quelques siècles. Ayant pris place sur le sofa sur lequel avaient précédés Leurs ébats, elle attendait qu’il prive sa peau satinée de son innocence. Il surgit, un sourire arrogant se dessinant sur ses lèvres, la délivrant de sa ceinture sans aucun scrupule. Il opta pour Son double, se délectant de ses courbes alléchantes, indifférent envers Son devenir. Et voilà qu’il alla jusqu’à lui donner le titre de Muse, la choisissant comme nouveau modèle. Il broya l’existence de cette âme qui avait toujours été connectée à la sienne, jouir de Sa sœur et de ses pantins lui semblant amplement suffisant. Et voilà qu’elle finit dans l’oubli, contemplant ces scènes mortuaires : le mélange de deux sangs qui n’auraient jamais du se rencontrer et dont la fusion la conduisait vers sa déchéance intérieure. Son rire machiavélique la sortit de sa torpeur, et un regard furibond accompagna ses paroles teintées d’amertume.

« Ne me parle plus d’elle. Je pourrais réaliser que j’ai commis une grave erreur en envisageant de te pardonner. A défaut de m’aider à oublier, tu tomberais toi-même dans l’oubli, ce qui serait dommage. Il n’y a qu’une barrière qui sépare l’amour et la haine, sois plus attentif à cela. »

Elle regretta sa dernière parole, un sourire torve étirant ses lèvres alors qu’elle se rendait compte à quel point il brillait face à elle. Si elle était incapable d’aimer convenablement, il en était de même lorsqu’il était question de haine. Elle ne parvenait pas à feindre l’indifférence comme bon lui semblait. Mise en échec et cela dans tous les domaines. Une constatation qui la fit céder à la colère d’une façon spectaculaire. Elle séquestra l’objet de ses émois. Le beau père, l’étranger, l’âme sœur qui s’adonnait à des activités ayant attraits à la trahison. L’identité de celui qui se tenait face à elle n’était pas claire et elle allait jusqu’à se demander s’il n’avait pas joué un rôle à ses cotés depuis leurs retrouvailles sur Salvation. Peut-être qu’il l’avait oubliée dès les premiers instants ayant suivis sa transformation en prédateur de la nuit. Peut-être qu’elle n’avait jamais été rien d’autre qu’un pantin dont il usait dans le but de se défouler. Peut-être même qu’il connaissait le lien qui l’unissait à Jezabel avant même de l’avoir transformée. Quelque soit la Vérité, elle avait décidé d’inverser les rôles et de lui infliger un châtiment tant mérité. Et si elle avait été créée dans le but de le tuer ? Ainsi, le fait de la mettre en toile avant leur première rencontre lui avait servi à connaître l’identité de cette fille de Satan qui le conduirait à sa fin. Alors qu’elle prenait les reines, elle avait la sensation de se confronter à cet Ennemi qui n’avait jamais cessé de hanter sa route. Lorsqu’elle enfoncerait des clous dans ses chairs, elle viserait l’assassin ainsi que le violeur de sa cadette. Elle s’en prendrait au bourreau ayant déversé sa hargne sur les deux enfants qu’elles avaient été. Voilà le rôle qu’il incarnait, alors qu’il semblait la détester de tout son être. Elle mettait en scène le meurtre de celui pour qui son cœur battait encore, semblant s’arracher de sa poitrine et succomber sur le champ, alors que ses doigts tremblants meurtrissaient Sa chevelure de par des caresses insensées, sa respiration s’éteignant. Elle tenta en vain de garder la face, un rire sarcastique résonnant dans ses tympans.

« Qu’est-ce que tu peux être coincé ! Et puis cesse d’associer ton impuissance à cette absence de désir. Tu as toujours le don de chercher à endosser le beau rôle. Prends tes responsabilités. Je t’ai toujours accepté comme tu étais. Heureusement, mon programme est assez chargé et tu ne m’as pas laissé un très bon souvenir lors de notre dernière entrevue. Notre séance va se dérouler en plusieurs étapes. La première… » . Elle haussa un sourcil, une nouvelle idée illuminant son esprit embrumé. « Je pourrais m’adonner à mes activités et te garder séquestré jusqu’à la fin de mes jours. C’est drôle, j’ai toujours pensé que ce salon paraissait un peu vide. De cette façon, tu vas me rendre un grand service en le meublant. »

Ses doigts fissurés par ce contact corporel s’attardèrent à présent sur la bretelle de cette robe dont l’élégance avait été ravagée par le liquide rougeâtre. Elle fit mine d’ôter ce bout de tissu, celui-ci glissant sur ses courbes singulières. Lorsqu’elle jugea que ce spectacle offert devenait quelque peu indécent, elle le laissa sur sa faim, ses talons faisant grincer le plancher. Elle s’aventura en direction de la salle de bain, optant pour une séance dans sa baignoire, oubliant la présence de cet invité indésirable. Elle revint à lui quelques instants plus tard vêtue d’un peignoir en soie, feignant une nouvelle fois l’indifférence, ne manquant pas cependant de rire de sa condition et d’alimenter sa colère, en tant que diva sanguinaire sordide et humiliante.

« Cette pièce a besoin de couleurs. Tu aurais probablement du accepter mon offre et venir peindre cette scène de ton plein gré. Mettre tes catins de coté et me porter un semblant d’intérêt t’aurait épargné bien des sévices. Tu m’as mise en colère. J’espère que tu as conservé cette mémoire visuelle démesurée. Tu vas me donner quelques leçons particulières. Ensemble, nous allons peindre cette charogne comme convenu. Ne t’avise pas d’essayer de t’enfuir, tu finirais à terre en un rien de temps. Tu as déclaré la guerre…»

Elle s’empara de cette chaise sur laquelle elle avait installée Son esclave, la rapprochant du chevalet sur lequel fut disposée une toile ainsi que les outils de peinture nécessaires à la confection de leur œuvre. Elle délia l’une de Ses deux mains, déposant un baiser sur le coin de ses lèvres, aguicheuse et provocatrice. Elle prit place sur ses genoux, adoptant une posture de furie séductrice, glissant un pinceau entre ses doigts. Puisqu’il avait choisi de l’abandonner, elle avait décidée de le faire rester en employant la force.

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Sam 28 Avr - 23:28

    Il ne demandait qu’à la croire. Cette paranoïa aigüe était en train de le tuer, le consumant de l’intérieur comme le plus efficace des bûchers. Il ne cherchait pas à l’entretenir, il n’était pas masochiste à ce point. A travers le brouillard du doute, il pouvait encore se rappeler des moments qu’ils avaient passés ensemble depuis leurs retrouvailles immortelles, et il pouvait encore apprécier la saveur de tels souvenirs. Partageant la même couche en de fébriles étreintes ou massacrant ensemble une proie humaine … Ces réminiscences d’un passé pas si lointain avaient encore pour lui la couleur du bonheur, si tant soit peu que ce mot puisse avoir une signification pour un vampire. Mais, mais, il y avait toujours un mais. A présent que le doute le rongeait, il en venait à se demander si tout cela avait été vrai, soupçonnant Tara d’avoir joué double jeu même pendant ces moments où il s’était entièrement livré à elle, enfouissant leurs vieilles querelles. Il était facile de douter, car à bien y regarder, jamais ces instants de plaisir n’avaient été bien durables. Toujours des hurlements avant, des soupçons après, ils n’avaient jamais été à l’image d’un couple idéal – avaient-ils jamais été un couple depuis le temps de leur humanité ? – mais la proportion de violence dans leur relation était tout bonnement affligeante. Cela ne lui déplaisait pas, jusqu’à aujourd’hui. Il avait besoin de cette violence, sans quoi il se serait sans doute lassé de cette relation. Ils n’étaient plus faits, l’un et l’autre, pour un amour sans heurts et sans vagues. Il était devenu un monstre et elle était devenue sanguinaire, ils ne jouaient plus dans la cour des débutants et ne pouvaient donc plus prétendre à vivre d’amour et d’eau fraîche. Mais la violence avait dégénéré, à quel moment ? Depuis qu’il était entré ici, depuis qu’il n’arrivait plus à distinguer le vrai du faux. Il s’était passé quelque chose, et il était incapable de dire quoi. Mais ce n’était pas normal, tout simplement. Elle lui avait ouvert les yeux, ou elle lui avait jeté une poignée de poussière au visage – dans tous les cas, il ne savait plus que croire. Il souhaitait la croire quand elle parlait d’amour, cela sonnait terriblement juste. Mais il ne pouvait y croire, car il soupçonnait une nouvelle ruse de sa part. Pourquoi se serait-elle dévoilée de façon aussi subite, si ce n’était pour lui asséner un coup plus grand encore par la suite ? Mais étrangement, il capitula. Ne lança pas de nouvelle réplique acide, ne chercha pas de nouveau moyen de l’atteindre. Il aurait pu jouer sur Jezabel, sur sa promesse, ou il aurait pu – et avec une facilité enfantine – frapper du côté de ce lapsus qu’elle avait proféré. Il pressentait que cela engendrerait sa perte, à lui, s’il ne disait rien, s’il ne la raillait pas, car cela signifiait qu’il était d’accord avec elle. Mais au fond, il était on ne peut plus d’accord. Il connaissait cette barrière si fine entre l’amour et la haine, il avait l’impression de la franchir régulièrement, mais toujours avec la possibilité de revenir sur ses pas, à chaque fois. Parce qu’à chaque fois, elle lui permettait de revenir à l’amour et d’oublier la haine. Serait-ce la même chose aujourd’hui ? Il en doutait. C’était elle qui avait franchi la barrière, et il la suivait pour ne pas être en reste, mais elle avait déterré la hache de guerre la première.

    Sa provocation était restée sans écho. Il avait espéré qu’elle l’achève rapidement, mais y avait-il réellement cru ? Il la connaissait trop bien, et elle le connaissait trop bien. Il fallait beaucoup plus que quelques mots lancés sur un air d’insulte pour qu’elle consente à lui arracher proprement la tête. Il avait plutôt attisé sa furie, et il était presque curieux de savoir ce qu’elle lui réservait. Sa curiosité était cependant teintée d’une certaine crainte – une éternité à être enfermé ici, dans ces conditions, il ne le supporterait pas. S’il avait désiré, dans un passé qui lui paraissait à présent brumeux, passer sa vie à ses côtés et son éternité de même, c’était dans de toutes autres modalités. Libre de faire ce qui lui chantait, comme elle aurait été libre de son côté : ils n’étaient pas fait pour la servitude, ni l’un ni l’autre. Mais ils se seraient retrouvés avec d’autant plus de passion. Mais là … Elle savait pertinemment que dans son état d’esprit, dévoré par la colère et le doute, elle était en train de lui dépeindre son enfer personnel. Son prisonnier pour l’éternité, à la merci de ses sarcasmes, de ses trahisons et de ses tortures personnalisées …

    « A quel moment t’ai-je laissé un mauvais souvenir ? Quand j’ai tenté de te tuer ? Et avec succès je dois dire … Tu n’es pas fichue d’en faire autant. » Il haussa un sourcil narquois. « Après le chien, je deviens le meuble ? C’est de mieux en mieux … Mais je doute que tu réussisses à me garder en vie aussi longtemps, dois-je me répéter ? Tu n’es pas capable de prendre soin de qui que ce soit d’autre que toi. Tu veux parler de responsabilités ? Allons-y … Tu as abandonné ta sœur, tu m’as abandonné, et je pense que nous ne sommes pas les seuls. Tu préfères baisser les bras plutôt que de faire face aux responsabilités. »

    La trêve n’aura pas duré longtemps. Mais il devait parler, la faire parler, plutôt que de rester dans l’attente de ce qu’elle lui réservait. Il détestait ne pas savoir, et elle faisait monter la pression avec beaucoup de dextérité. Il ne doutait d’ailleurs pas qu’elle puisse faire preuve de trésors d’ingéniosité, autant pour le torturer que pour le garder en vie. Si elle souhaitait qu’il meure, il mourrait. Mais elle souhaitait qu’il vive, et il allait vivre encore longtemps … Maudite diablesse. Il la connaissait trop bien pour se faire la moindre illusion, et en même temps … Il ne parvenait pas à déchiffrer ses intentions immédiates. Sa quasi-nudité révélée l’espace d’un instant, puis sa disparition dans la salle de bain, tout cela jouait admirablement sur ses nerfs et il tira derechef sur ses liens, sans se soucier de la douleur cuisante qu’ils provoquaient sur sa peau. Bien entendu, ils ne bougèrent pas d’un pouce, et il dut se contraindre à la patience … Il pouvait se montrer patient, mais pas comme ça, pas dans ces conditions. Et quand elle revint, il était à nouveau à moitié fou de rage. Mais il ne s’était absolument pas attendu à ce qu’elle lui proposa alors. Il la regarda apporter le chevalet, lui libérer une main, s’asseoir sur ses genoux. Son assurance était sans borne, avec une seule main et avec une telle proximité il était capable de la tuer encore cent fois. Il reposa le pinceau sur la palette de peinture, et fit glisser délicatement les cheveux de Tara sur un côté de sa tête, lui dénudant le cou. Ses lèvres se posèrent sur sa peau, à l’endroit même qu’il avait déchiqueté lors de leur rencontre dans la galerie des glaces. Ses dents y imprimèrent une pression tout juste nécessaire à y laisser leur marque sans la blesser, avant qu’il ne recule légèrement, le visage toujours très proche de son cou. Il n’y avait pas à dire, c’était une proximité qui stimulait son imagination comme jamais. Il reprit son pinceau, attrapa de la même main celle de Tara, et ainsi, ses doigts chevauchant les siens, il plongea le pinceau dans la peinture noire, avant de tracer des traits mesurés sur la toile. Mais avant que leur « œuvre » ne puisse ressembler à quoi que ce soit, il s’arrêta.

    « Je travaille uniquement en échange d’un paiement conséquent. Tu clames ton innocence depuis tout à l’heure, alors donne-moi d’abord une preuve. Je sais ce que je vaux de mon côté, mais tes paroles ne sont que des mensonges pour moi. Ta peau par contre ne saurait mentir … Donne-moi une vérité et tu auras ton œuvre. » Susurra-t-il au creux de son oreille, avant de poser sa main sur sa cuisse.

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mar 15 Mai - 22:35

Farouche, elle était désireuse d’engourdir ses jambes inactives, d’enfermer le lion demeurant en lui dans cette cage dorée. Son aura vampirique n’avait jamais cessé de la hanter. Souffle glacé symboliquement présent se répandant sur sa peau satinée, l’imprégnant de son odeur, se faufilant dans les moindres parcelles de son être, cellules, organes, l’emprisonnant littéralement. Elle se perdait au milieu des décombres, suffoquant, étouffée par cette fumée poussiéreuse témointe des souvenirs d’antan. Elle toussotait psychiquement, ses iris s’assombrissant, son visage devenant rageur. Elle s’identifiait à sa génitrice, ce phénomène crispant ses entrailles. Elle était à la fois spectatrice et actrice de cette scène, analysant l’ampleur des dégâts causés par cette boucle temporelle répétitive, par cette histoire familiale sordide. Elle jouait le rôle de la mère pathétique sous l’emprise d’un homme ne l’estimant point. Consciente du trouble qui s’installait en Sa présence, elle était néanmoins incapable de se détacher de ses azurs qui semblaient la dévorer. Elle redevenait cette jeune fille balayée par une humanité dévastatrice, perdant la foi offerte par son père, celle qui avait toujours fait sa fierté. Elle n’aspirait qu’à faire taire ce vacarme venant s’échouer contre ses tympans, les fracassant sur le champ. Ces mots étaient douloureux. Ils la renvoyaient aux Siens, maudite crapule qu’elle n’avait pas eu la chance de martyriser, de souiller tel un jouet sans saveur, à la lumière des massacres commis sans scrupules contre un gibier empli de férocité. Elle avait retrouvé son corps gisant sur le sol d’un rouge écarlate, l’identité du meurtrier, l’identité de son bras droit, demeurant inconnue. Si l’idée que Nathanaël était à l’origine de cet acte barbare exécuté contre son beau père lui avait traversé l’esprit plus d’une fois, elle en doutait aujourd’hui, alors qu’elle était victime de la mesquinerie de Satan en personne, la paranoïa s’emparant de Lui, transformant l’objet d’amour en objet de haine. Le trouble n’avait eu de cesse que de déchirer ses reins, d’expulser chaque bouffée d’air qu’elle inspirait, alors que les doutes s’emparaient d’elle, la consumant, comme ils le consumaient. La connexion perdurait.

« Est-ce que tu l’as tué pour moi ? »

La Vérité était hors de portée et elle continuait à vouloir l’atteindre. Secrètement, elle souhaitait croire en la véracité des mots qu’il avait pu prononcer à la galerie des glaces. Paradoxalement, elle le croyait incapable de lui accorder une telle faveur, le percevant comme le double de son Bourreau éternel –le beau père abusant de Jezabel-. Mécanisme de défense dont elle s’empara, ayant le don de la faire larmoyer, signant son arrêt de mort. Créature parfaite en tous points qu’elle tenta en vain de chasser de sa conscience. La folie des hommes n’avait d’égale que celle de ces animaux meurtris, dotés de pulsions meurtrières, anéantis par leurs passions. Jouissance morbide au contact de Sa douleur, mêlée à ce fléau engendré par ces élans de tendresse et de regrets. Flot d’amertume qu’elle n’était pas en mesure de contenir, sachant pertinemment qu’en baissant les armes, elle laisserait sa mère intégrer son corps. Elle deviendrait comme Elle.

« Tu te trompes. Cette mise à mort m’a laissée un très bon souvenir contrairement à ces parties de jambes en l’air dérisoires. Ne plus entendre tes railleries d’enfant capricieux a été un bienfait. Tu m’as fait une faveur.»

Aboiements destinés à l’achever d’une manière définitive, ne pouvant pas se résoudre à le piétiner de la sorte, cependant, elle le savait. Il en était conscient également, ce rictus nouant sa gorge, cette dévotion ayant le malfait de réveiller la colère enfouie dans un coin de son être, la contentant par la même occasion, amoureuse de cette fougue qui émanait de Lui. Curieuse addiction. Confusion déroutante qui réduit en miettes tous les efforts qu’elle tentait de faire, qui n’étaient pas à sa portée. Il l’avait achevée sans sourciller, à la manière de Thunder, et elle regrettait d’être dans l’incapacité d’effectuer pareille tâche. Trahison dédaigneuse qui resterait impardonnée, reflétant la supériorité de sa race sanguinaire, le rendant dénué de faiblesses. Amour qu’il semblait avoir littéralement consumé, finissant par le délaisser, son courroux ravageur irradiant son cœur, sa main blanchâtre s’emparant de cet organe d’une façon féroce, le chassant de sa poitrine. Il l'accusait de tous ses maux, la traitant telle une catin dont il avait fini par se lasser, tel un souffre douleur responsable de sa déchéance intérieure, qu'il avait décidé de faire payer. Voilà qu’il lécha le liquide rougeâtre tachant le parquet jusqu’à la dernière goute, en offrant cependant à la Cadette se joignant à Lui, cette adorable traîtresse. Symphonie mortuaire qui déchira ses tympans à nouveau, alors qu'elle réalisait qu'il y avait une part de vérité, culpabilité ardente, dévorante, expulsant ses iris, un cri lugubre presque inaudible interrompant ce très bref moment de silence. Elle revint à elle, marquée par ces absences insensées, par cette imagination débordante qui écorchait ses nerfs. Jezabel était maîtresse de la brume saccageant son esprit, de ces images inventées de toutes pièces.

« Je t’en prie. Ne fais pas comme si le devenir de ma sœur ne t’avait pas été profitable. Mais qu’en est-il de tes responsabilités envers Akkarin ? Est-ce qu’il méritait de finir accouplé à ta furie de mère ? Qui sait, je t’ai peut être épargné ce désastre en faisant de lui mon disciple, mon compagnon… »

Mensonges, insinuations malsaines se calquant sur son ton de voix ironique, alors qu’elle tentait de garder la face et de maîtriser la situation avec une habilité démesurée, souhaitant le battre sur ce territoire, un sourire torve venant se geler contre ses lèvres. Vengeance de bas étage. Leurs doigts s’entremêlèrent, engendrant une décharge électrique. Elle frissonna à son contact, feignant difficilement l’indifférence alors qu’ils entreprirent de créer Leur œuvre ensemble.

« Duncan ne s’est jamais plaint d’un manque d’attention à son égard. Mais puisque tu te dis mécontent, je vais te dorloter, Amour ».

Alors que ses lèvres vinrent s’échouer contre sa peau, désireuses de l’écorcher à nouveau, ses muscles se crispèrent, ses sens s’embrasèrent, un gémissement s’échappant de ses lèvres, exagération, moqueries dissimulées. Souhaitant le priver de toutes ses armes, elle explora sa peau à son tour, d’une main désinvolte, se faufilant sous le moindre morceau de tissu, se frayant un chemin au niveau de sa ceinture, ayant pour but de le bercer par ses caresses, par son souffle meurtrissant sa peau. Ses doigts rejoignirent la froideur de sa gorge, la serrant, déversant son venin assassin. Elle lui fit face à nouveau, ses pupilles contemplant ses Azurs, ses lèvres s’échouant sur les siennes en tant que vipère paradoxale cherchant à le rendre esclave de son emprise, de la même façon qu’elle était condamnée par le pouvoir qu’Il exerçait sur elle. Ne souhaitant qu’une seule chose : le garder éternellement à sa portée pour qu’il ne lui échappe plus jamais, installer un jeu macabre, le punir pour ses débordements. Accéder à la Vérité. Cette vérité également méconnue de lui, inversion de rôles incessante, se donnant mutuellement l'image de traîtres infidèles.

« Crois-tu réellement être en mesure de négocier quoi que ce soit ? Je saisis ton manège. Tu n’échapperas pas à la seconde étape » . Son regard s’attarda sur le sabre suspendu au mur. « Tu devrais te mettre rapidement au travail. Je n’ai pas toute la nuit devant moi et mon invité va probablement vouloir te faire rejoindre notre débarras au plus vite… »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Lun 21 Mai - 22:41

    La perfide semblait atteinte d’une faiblesse passagère, qu’il ne sut pas vraiment détecter, et encore moins interpréter. Elle ne cessait de changer de masque, à une vitesse qui l’étourdissait. Tantôt haineuse, tantôt aimante, il ne savait plus que croire ou comprendre. Mais il ne parvenait pas à prendre du recul, à se détacher de ces questions. Si elle avait été un bourreau quelconque, il aurait facilement pu passer outre ses réactions. Arrêter de se demander ce qu’elle ressentait, ce qu’elle pensait, et ne plus se focaliser que sur la haine qui lui permettrait de se sortir de là. Poser les bonnes questions, gagner du temps, réussir à la faire sortir de ses gonds pour obtenir d’elle une réaction qui lui aurait rendu service à lui … Mais non. Pas seulement. Elle n’était pas un bourreau comme un autre, elle était son bourreau suprême. Celle qui avait été créée uniquement dans le but de le faire griller dans les flammes de l’enfer. Et pour ça, elle n’avait pas besoin de l’attacher à une chaise, ou de le faire passer par des supplices physiques compliqués. Elle savait parfaitement comment l’attaquer pour qu’il souffre, ils avaient seulement passé un cap tout à fait différent ce soir … Mais elle avait un instant d’hésitation, et il fronça les sourcils. Il n’était pas question de se laisser prendre dans ce petit jeu.

    « Il va falloir être plus spécifique si tu veux que je te réponde. J’en ai tué beaucoup, que ce soit pour toi ou pour moi, et je n’ai pas la moindre idée de qui tu parles. » Railla-t-il, se moquant ouvertement de sa faiblesse.

    Et voilà qu’elle mêlait encore le nom de son ignoble frère à cette histoire. Bien entendu, puisqu’il utilisait Jezabel, elle ne se gênerait pas pour évoquer Akkarin … Mais c’était insupportable, et il fit claquer ses dents avec un grondement rauque. Elle évoquait le passé, l’entremêlait au présent, tissait soigneusement une trame mensongère que le vampire était bien en mal de dénouer. A nouveau des mensonges, ou était-ce cette fois la vérité ? Il aurait souhaité avoir les mains libres, pour lui sauter à la gorge et lui arracher la langue. Qu’elle taise une bonne fois pour toutes ces insinuations fielleuses qui ne faisaient que tacher encore plus l’image déjà bien sombre qu’il avait d’elle ! Que cherchait-elle à faire ainsi ?

    « Je doute que mon frère t’ait été aussi profitable que ta sœur l’a été pour moi. Un débile dans tes jambes, c’est pire qu’un chien non ? J’espère au moins que tu as fini par le bouffer, il ne méritait pas franchement mieux. » Lâcha-t-il entre ses dents serrées.

    Chaque mot était plus difficile que le précédent, mais c’était la seule réaction qu’il pouvait s’autoriser. Faire comme si cela ne l’atteignait pas. Alors que cette image, à nouveau, de Tara prenant Akkarin dans ses bras, venait le hanter et lui donner des hauts le cœur … Il tiqua en l’entendant soudain prononcer le nom de Duncan. Si elle voulait jouer sur ce tableau, il pouvait y aller aussi. Il ne supportait pas qu’elle évoque Thunder, les moments qu’elle avait pu passer avec lui ou même la supériorité de ses étreintes. Elle faisait ça pour le rendre jaloux, et cela fonctionnait à merveille. Il avait cru qu’elle aurait plus de haine pour son ancien amant, mais peut-être s’était-il trompé … En tout cas, il pouvait faire en sorte que cela change.

    « Je me fiche de ce que ton cher Duncan pouvait penser de tes attentions. Nous n’avons jamais eu les mêmes objectifs lui et moi, ni les mêmes besoins … Savais-tu qu’il t’a admirablement remplacée ? Deux humaines pour réchauffer son lit, voilà qui lui a vite fait oublier tes charmes. Il n’y a pas de quoi être fière, Tara, quand celui qui te chérissait tant te remplace par du gibier. »

    Il lui adressa un sourire carnassier, curieux de connaître ce qu’elle pourrait dire de ça. Elle ne pouvait pas nier que Thunder s’était considérablement ramolli depuis qu’il était passé entre ses cuisses. Nathanaël connaissait au moins une de ses deux conquêtes humaines, pour la deuxième ce n’était qu’une question de temps. Et s’il ne les avait pas encore tuées, là aussi, c’était parce qu’il préférait prendre son temps et attendre le bon moment pour frapper. En tout cas, il pouvait très bien imaginer l’affection qu’il portait à ces deux femelles, qu’il avait violentées sans les tuer – ce qui était un signe des plus affligeants. Pauvre Tara, qui s’imaginait que son cruel amant se languissait encore d’elle … Tous les deux avaient tenté (avec plus ou moins de succès) de la tuer, et tous les deux sous le coup de la colère, mais elle ne pouvait pas lui enlever ceci : si Duncan l’avait rayée de sa vie, Nathanaël était toujours là. Même s’il pressentait de plus en plus que c’était une erreur monumentale, il ne parvenait pas à enlever la démone de son esprit … Encore moins quand elle se rapprochait de cette façon, ses doigts s’insinuant sous ses vêtements pour faire réagir sa peau dans une délicieuse torture. Il était presque étonnant qu’elle accède aussi facilement à sa requête, mais il ne voyait qu’elle et les questions viendraient après … Après, ou tout de suite, car elle ne semblait finalement pas encline à lui offrir le paiement qu’il avait exigé.

    « Je commence à croire qu’il n’y a pas plus d’invité à venir que de sentiments dans ton enveloppe démoniaque. » Il poussa un long soupir mélodramatique. « Ta seconde étape, c’est de découper les attributs qui te gênent chez moi ? »

    Il n’avait pas loupé le regard qu’elle avait posé sur le sabre, et une part de lui-même savait qu’elle pourrait très bien s’en servir contre lui. Mais de quelle façon ? Là était toute la question. Il ne tenait pas franchement à se faire émasculer cette nuit, si c’était ainsi qu’elle souhaitait assurer sa fidélité. Mais même venant d’elle, une telle possibilité était peu probable. Par contre, elle avait bien d’autres moyens de faire joujou avec une lame bien aiguisée. Il n’espérait pas qu’elle lui coupe proprement la tête, elle l’aurait fait depuis longtemps si c’était ce qu’elle souhaitait. Mais elle pouvait le torturer longtemps avant qu’il ne meure, c’était tout le problème d’être un vampire. Il ne pouvait même pas saigner à mort… Il devrait donc se résoudre à la voir passer ses nerfs sur ses membres, et il ne souhaitait pas franchement la voir à l’œuvre sur lui. Il adorait quand elle sortait le grand jeu de torture, mais il préférait de loin quand elle s’en prenait à tout le monde sauf à lui. Avec un haussement d’épaule, il attrapa de nouveau le pinceau et leva le bras, avant de faire un geste à Tara pour qu’elle revienne s’asseoir sur ses genoux.

    « Comme tu veux, chérie. Remettons-nous donc au travail, puisque c’est ce que tu souhaites. Qui suis-je pour me mettre en travers de ta volonté ? » Ajouta-t-il avec un sourire railleur.

    Une fois qu’elle fut revenue, il se remit à peindre. C’était bien plus facile qu’il ne l’aurait cru, même sous la contrainte la peinture restait un plaisir entier. Il se plongea dans son œuvre, visualisant avec netteté ce qu’il souhaitait faire apparaître. Qu’avait-elle souhaité, déjà ? La scène de la dernière fois, qu’il lui avait promis de lui apprendre ? C’était donc celle-ci qu’il ferait apparaître … Un corps ensanglanté, mutilé, prenait lentement forme sur la toile. Ce n’était encore qu’une esquisse, mais elle était très claire. Du moins, le corps en lui-même était clair, les blessures, le sang. Les vêtements déchirés, la chair meurtrie, la scène se précisait de seconde en seconde, mais le visage de la victime restait encore imprécis. Nathanaël s’attachait à faire ressortir chaque détail afin que sa peinture colle avec l’image encore extrêmement nette de la charogne qu’ils avaient contemplée ensemble, quand ils étaient encore fusionnels. Il ajouta la silhouette de Tara en arrière-plan, majestueuse et menaçante, contemplant la charogne avec dédain. Il se peignit également lui-même, accroupi à côté du cadavre, une main caressant ses cheveux qui formaient une auréole autour de son visage. Ses cheveux bruns … Il suspendit son pinceau une seconde, un sourire flottant sur ses lèvres au souvenir de la morte. Cette petite dinde qui s’était laissé séduire, puis qui avait cru pouvoir se défendre face à un vampire … Une poitrine à faire chavirer le plus primaire des hommes, et une chevelure blonde comme les blés. Il oubliait rarement ce genre de détails. Mettant fin à cette rêverie passagère, il se remit à peindre, s’attaquant aux derniers détails. Le visage de la jeune femme. Sa bouche pleine d’où coulait un filet de sang, son nez, ses yeux …

    « Mmh … Pour une première fois, je trouve qu’elle est parfaite. Cette chère Jezabel … » Souffla-t-il à Tara dans le creux de son oreille.

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Jeu 7 Juin - 23:33

A mesure que Salvation se dégradait, que le tonnerre grondait, fissurant la moindre parcelle de débris restante, elle restait de marbre, attribuant la responsabilité de sa déchéance intérieure à cette unique créature ombrageuse. Il l’emmenait dans un ailleurs qui la crucifiait, maître de cette douleur lancinante qu’il lui infligeait sans scrupules. Son âme défunte semblait en perdition, ses attitudes s’associaient à des élans dévastateurs. L’apocalypse semblait loin d’elle et à la fois si près, une rafale qui lui fit courber l’échine. Il était l’incarnation de Satan. Ses sévices étaient dérisoires lorsqu’ils se juxtaposaient au Siens et elle aurait donné toutes ses rentes dans le but de retrouver cette dimension infernale. Son attention était focalisée sur l’emprise qu’Il avait sur elle. Demeurait tout ce qui le différenciait de Thunder, frappant à coups de lames au lieu de l’attaquer à coups de lance pierre. L’ombre poursuivait la lumière alors même que l’astre de feu brûlait, projetant de le réduire en poussière. A croire qu’il aurait eu la force de braver le soleil dans le but de la voir flancher une nouvelle fois. Les battements de son cœur l’étourdissaient, les murmures qui s’imposaient dans son esprit la paralysaient, et voilà qu’elle craignait qu’il surprenne l’effet désastreux qu’il avait sur son être. Alors que des projets ambitieux se programmaient, elle ne songeait pas à tout mettre en œuvre pour avoir son titre de mairesse. Sa soif de pouvoir débordante la quittait au fur et à mesure de ses allés venus. Les récents évènements liés à la disparition de la suprématie des démons ne l’affectaient plus non plus. Silhouette mortifère qui lui faisait oublier tout le reste. L’amnésie dont elle avait été victime avait répandu son poison dans l’intégralité de son organisme, détruisant toutes les cellules de son cerveau, l’amenant à rechercher la Vérité absolue constamment. Ainsi, toute question qui n’obtenait pas de réponse provoquait une aversion sans faille pour ses tortionnaires, Lui y compris. Les nuances associées à ses prunelles meurtrières lui apparaissaient comme à la fois étrangères et familières. Elle ne parvenait toujours pas à saisir ses intentions, à comprendre la raison de sa présence dans son royaume machiavélique, son absence récente lui ayant donné l’impression qu’il avait désiré la rayer de sa misérable existence.

Il y avait quelques heures, elle avait eu la sensation que le monde lui appartenait en tant que gouvernante, prédatrice orgueilleuse et téméraire. Tuer était un acte jouissif qui engendrait l’habitude de se voiler la face, donnant l’impression aux Bourreaux de garder un contrôle sur l’existence en général, décidant de laisser vivre un gibier selon les humeurs, ou de le tuer brutalement sans remords. C’est ce qu’elle recherchait quotidiennement, et c’était également ce qui avait guidé son acte lorsqu’il avait été question de Gabriel. Vengeance de bas étage et maîtrise conservée. Toutefois, dès l’instant où Il était arrivé, elle avait perdu son trophée. Elle avait été forcée de lui baiser les pieds à partir du moment où il avait rejoint Salvation, faisant preuve d’une faiblesse immonde depuis ce temps là, phénomène qui lui donnait l’envie de regagner son statut de fugitive et de regagner l’Antre de Thunder, celui qui savait lui enseignait l’art de devenir une vermine sans nuances. Furie qui lançait de nouvelles offensives, refusant de se laisser bafouer de la sorte mais ne pouvant pas s’empêcher d’exprimer le trouble provoqué par cette indifférence hargneuse qu’elle haïssait de toutes ses forces, elle qui aurait du s’enticher d’autant plus en contemplant cette haine viscérale qui émanait de lui, cette suprématie délicieuse.

« Oublie. Je doute que tu sois capable de me faire une telle faveur »

Lâcha t-elle en prenant un air fâché, imaginant qu’il avait probablement eu mieux à faire que de régler ses comptes personnels en s’en prenant à ces êtres qu’elle avait maudit le plus au monde. Songeant aussitôt que finalement, il avait préféré opter pour un meurtre plus honorable : celui qui visait l’être qu’elle aimait le plus au monde. Ses lèvres carmin se crispèrent en un sourire dénué d’humour, tandis que son regard devint vide, alors qu’elle imaginait déjà des gouttes de sang couler le long du cou de son adorable victime, les insultes à l’égard de Jezabel sortant de Sa bouche l’horrifiant littéralement. Ne pas perdre la face. Avoir l’air détachée. Elle alla à la rencontre d’une atmosphère romantique et horrifique, engendrant des flammes vascillantes alors qu’elle s’empara de plusieurs bougies, ses yeux se plissant néanmoins comme si cette colère foudroyante brisait sa nuque, malmenait ses organes ainsi que son psychisme. Elle partit alors d’un grand éclat de rire simulé.

« Je n’attendais pas mieux d’un membre Hilfiger. Le moindre gémissement a provoqué chez moi une stupeur sans nom. Il a au moins eu le bienfait de me distraire… »

Peintre abjecte qui reprit le dessus sur la situation. Elle devint symboliquement semblable à une charogne pétrifiée en un masque d’épouvante lorsqu’il évoqua l’ultime trahison de Thunder. Il ne s’agissait pas d’infidélité ou de jalousie, mais d’une honte qu’il infligeait à son espèce. Yeux exorbités qui se perdirent dans le vague, à l’image d’une entaille profonde atteignant presque ses os. L’amnésie était à l’origine de la défaillance présente de son psychisme. Le trouble s’accentuait, ses repères semblaient s’envoler en fumée. A croire qu’elle n’avait jamais été en mesure de saisir cette autre créature de bas étage qui avait passé deux siècles à ses cotés. L’humiliation était suprême, son monde intérieur s’écroulait, désarticulé et pathétique, ravagé par le chaos. Son dédain envers ces détritus dotés d’une âme était sans pareil, et voilà qu’il se glissait entre les cuisses de ces catins similaires à celles qui lui avaient enlevé Jezabel. Immonde traître, être flasque qui ne méritait en aucun cas le titre du maître des enfers, l’abandonnant définitivement sans scrupules. Paradoxalement, percevoir la présence de ces faiblesses affligeantes remontait l’estime qu’elle avait d’elle-même. Peut-être était-il à l’origine de sa bassesse, en tant que créateur. Ou peut-être qu’elle était responsable de ce revirement, transformant tout ce qu’elle touchait en débris.

« Tu sais au moins quel avenir t’attends, chéri. Comment tu les trouves ? Est-ce qu’elles méritent le déplacement ? »

Elle feignait l’indifférence, son numéro d’actrice misérable manquant de la faire sourire. Elle haussa un sourcil, la curiosité s’emparant d’elle, en quête de cette nouvelle vérité, souhaitant connaître l’identité de ces morceaux de viande ayant la particularité de faire flancher son fidèle meurtrier, devinant cette odeur immonde qui vint échouer à l’intérieur de ses narines . Volonté de vengeance insoutenable. Crainte qu’Il abandonne sa véritable nature à son tour qui fut distraite dès l’instant où elle s’octroya le droit de le dévorer des yeux, lui laissant l’opportunité de l’attirer jusqu’à lui, ses doigts se glissèrent dans les siens, l’emprise continuant d’imposer sa loi. Elle fut tentée d’engendrer une agitation au creux de ses reins, de laisser ses lèvres effleurer les siennes dans le but de raviver leur éclat mais n’en fit rien, guettant en vain l’avancée de son travail. Un sourire satisfait illumina son visage, aussitôt effacé par cette nouvelle apparition grotesque. Pour la première fois depuis des décennies, Son message paraissait clair et explicite. Il ne l’estimait pas et n’avait peut être jamais eu l’intention de tenir sa promesse. Elle se détacha de lui brutalement, son regard s’obscurcissant, sortant de sa botte une lame de métal courbée, incendiant ses azurs.

« Tu comprends très vite. Tu as aussi pu en déduire que cette étape pourrait s’avérer être interminable. Tu n’as donc aucune considération pour moi ? »

Aboya t-elle, songeuse, le temps finissant par se suspendre alors qu’elle lui accorda un bref moment de silence et de répit. L’arme jaillit avant de disparaître si vite que n’importe qui aurait pu douter du mouvement de la lame, s’enfonçant dans le ventre de La victime sans prévenir. Une goute de sang étincelait, alors que des scènes funestes et charnelles s’imposaient à son esprit : Lui et Elle, son enfer personnel. Elle contempla le sang d’un air avide, l’irritation se mêlant à ses élans de désespoir.

« J’ai réalisé une chose : on ne se connaît plus. Que dirais-tu de jouer franc jeu avec moi ? On pourrait rattraper le temps perdu. J’ai encore pleins de choses à apprendre de toi. Tout d’abord, j’ai deux questions… »

Elle était incapable de s’arracher à la contemplation de ce spectacle morbide. Paradoxalement, elle sentit les larmes de Grace prêtes à couler, allant jusqu’à Lui, caressant le buste de son Autre meurtri par sa bestialité. Elle était partagée entre le désir de le haïr et celui de le laisser la traquer sans relâche, cette fusion finissant par triompher et cela même lorsque leur vraie nature reprenait le dessus. Néanmoins, le besoin d’accéder à la Vérité l’ébranlait.

« Est-ce que tu as tué mon beau père ? Qu’est-ce que tu ferais en premier si je te détachais ? »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Lun 11 Juin - 23:32

    Même les éléments se déchaînaient, ce soir. L’ambiance était parfaite pour un règlement de compte, mais les choses allaient beaucoup plus loin que ce à quoi il s’était attendait au premier abord, quand il était venu lui demander des comptes sur le meurtre de Gabriel. L’humain avait été relégué très loin dans son esprit, au point qu’il en avait oublié que c’était pour lui qu’il s’était rendu ici en premier lieu. Il avait l’impression d’être là depuis une éternité, tant ce conflit le déchirait. Son état d’esprit était insoutenable, il se détestait de la voir de cette façon si distordue, alors qu’il l’avait adorée pendant des siècles malgré tout ce qu’elle lui avait fait endurer. Même quand elle s’était détournée pour retrouver Thunder, même quand elle lui avait révélé toutes ses petites cachotteries à propos du bébé ou de Turner, il n’avait pas ressenti ce froid envers elle, ce vide qui le terrorisait littéralement. Il n’avait pas souvenir d’avoir vécu un seul jour sans qu’elle ne l’accompagne au moins dans ses pensées, et il n’était pas prêt à franchir le pas, à la rayer de sa vie complètement. Il pouvait en manifester le désir, il pouvait l’exprimer à voix haute pour coller à ce qu’elle semblait vouloir elle aussi, mais dans la réalité ? Elle restait plus présente en lui que quiconque, et il souhaitait toujours autant l’avoir dans sa vie, dans sa tête, dans sa peau. Mais celle qu’il désirait était-elle la même que celle qui se tenait devant lui ? Ou s’était-il fourvoyé à son propos dès le début, pour n’ouvrir les yeux que deux siècles plus tard, dans des circonstances qui étaient pourtant des plus banales ? Pourquoi fallait-il qu’il doute soudain d’elle, ce soir particulièrement ? Il ne l’avait jamais vue de cette façon altérée, comme s’il l’observait à travers un miroir déformant. Faisant naître du dégoût en lui, sans doute de la même façon qu’il en faisait naître en elle, quand elle évoquait Akkarin et la façon dont elle avait profité de lui … Ce n’était pas Tara, et c’était encore moins Grace qui pouvait se vanter d’avoir touché à son frère. Cela n’avait rien de comparable avec ce qu’il avait infligé à Jezabel, car elle était parfaitement consciente de l’identité d’Akkarin, tandis que lui ignorait tout de la jeune femme qu’il avait ravagée. Mais il était inutile de discuter sur ce point … Par contre, le suivant souleva exactement la réaction qu’il attendait, et il s’autorisa un sourire victorieux. Elle ignorait donc que Duncan Thunder l’avait reléguée au rang de souvenir, remplacée par rien de mieux que des humaines. Et comme il l’avait espéré, elle en retira une répugnance intense, même si elle tenta de la cacher rapidement. Il la connaissait encore assez bien pour lire une réaction aussi évidente, et sa fausse indifférence ne le trompait pas le moins du monde.

    « Plutôt crever. Et pourtant la rumeur veut que nous ayons les mêmes goûts en matière de femmes, lui et moi … Mais pas cette fois. Je ne risque pas de montrer la moindre jalousie avec ces deux là, elles sont d’un ennui incroyable. Rien à voir avec toi. »

    Nouvelle insulte à demi-couverte, nouveau sourire narquois. Thunder s’était abaissé au pire en fricotant avec ces deux là, et cela ne flattait pas du tout l’égo de Tara. Il fallait bien qu’elle reconnaisse que lui-même n’aurait jamais fait ça, malgré tout ce qu’elle pouvait dire … Il ne couchait avec les humaines que pour mieux les dépecer ensuite, il ne lui serait jamais venu à l’idée d’en prendre une sous son aile. Il avait goûté au charme d’une immortelle, et il ne pourrait jamais l’effacer de son esprit. Malheureusement pour lui, cette immortelle semblait d’humeur bien capricieuse ce soir …

    C’était la toute première fois qu’il peignait Jezabel, après presque deux siècles passés en sa compagnie elle n’avait pas eu droit à une seule apparition sur ses toiles. Il ne l’avait jamais estimée assez pour ça, et elle n’offrait pas le même spectacle que la plupart des femmes qu’il peignait habituellement. Effectivement, celles-ci finissaient souvent par mourir avant qu’il ne termine de les mettre sur toile … S’il avait torturé Jezabel plus souvent que n’importe quelle autre femme, il ne l’avait jamais tuée, et n’avait jamais eu le désir de l’immortaliser sur une de ses œuvres. Mais il l’avait choisie inconsciemment parce qu’elle lui faisait penser à Tara, et il y avait sans doute énormément de cela dans le fait qu’il ne l’ait jamais peinte. Tara était et avait toujours été sa Muse, Jezabel se devait donc d’être son parfait contraire. Jamais représentée pour ne pas éclipser le souvenir de son aînée … Et il avait franchit le pas aujourd’hui, pour blesser l’aînée et l’atteindre au plus profond d’elle-même. Une action irréfléchie à vrai dire, car cela ne pourrait engendrer que des conséquences désagréables pour lui. Il ne se trouvait pas en position pour présenter cette peinture à Tara, ligoté à cette chaise comme un vulgaire gibier. Il s’exposait à recevoir sa fureur sans pouvoir s’en protéger, mais sur l’instant, cela ne le dérangea absolument pas. Elle voulait jouer, et il était tout à fait prêt à relever le défi. Il ne plierait pas l’échine devant elle, pas alors qu’elle se conduisait comme une maîtresse capricieuse ordonnant à son petit chien de réaliser des tours savants. Il n’était pas son toutou, et il était loin d’être bien élevé. Il avait été tout à fait enclin à lui peindre des tableaux, des dizaines et des centaines pour lui plaire, il pouvait tuer des milliers de pucelles et les coucher ensuite sur ses toiles pour obtenir sa satisfaction, mais pas de cette façon. Mais il y avait fort à parier qu’elle allait le dresser sévèrement pour ne pas avoir accédé à sa volonté tout en l’insultant sans même user de chemins détournés. Pour une fois, il n’aurait pas pu faire plus clair, et il su immédiatement qu’elle avait compris le message. Une lame scintilla devant ses yeux mais resta loin de lui, la colère de Tara se contentant pour l’instant d’être verbale. Aucune considération pour elle ? Bien sûr que si il en avait, pour Elle, mais pas pour celle qui se tenait devant lui actuellement. Il avait tenté de le lui montrer mais elle n’avait rien voulu voir, et il n’était même plus sûr de savoir faire la différence lui-même. Pourquoi avait-il eu de la considération pour Elle, alors qu’elle ne semblait jamais en avoir eu pour Lui ? Et qui était-Elle, finalement, si Elle n’était qu’une invention destinée à le faire souffrir ? Elle ne lui laissa aucune possibilité de répondre, lui enfonçant soudain son poignard dans le ventre d’un geste vif pour le retirer aussi sec, laissant la douleur s’installer à retardement, brûlant consciencieusement ses entrailles. La mâchoire crispée, Nathanaël ferma les yeux une seconde, ses mains s’agrippant à son fauteuil, puis il rejeta la tête en arrière, son regard cherchant celui de Tara. Il pouvait contenir la douleur, tant qu’il avait quelque chose sur lequel se concentrer – la signification de son geste, par exemple. Mais c’était presque plus désagréable de faire face à cela plutôt que d’uniquement ressentir la souffrance purement physique mais passagère de sa blessure. Elle venait de lui planter un poignard dans le ventre et cette douleur là n’aurait rien de passager. Il y avait beaucoup à parier qu’il reverrait ce poignard dans son sommeil pendant très longtemps.

    « J’ai réalisé autre chose : on ne s’est jamais connus. » Rétorqua-t-il d’un ton amer aux reproches de Tara.

    Du temps perdu, il y en avait eu beaucoup, beaucoup trop peut-être. Et il avait l’impression qu’il ne l’avait réellement connue que quand ils étaient humains, que depuis elle n’avait cessé de lui échapper, fuyante et secrète, sans plus jamais lui laisser l’opportunité de la retrouver. Il avait connu Grace, et il aurait voulu connaître Tara de la même façon … Mais elle l’avait refusé dès le début. Et elle voulait y remédier aujourd’hui ? L’ironie de la situation était assez étrange et plutôt douloureuse, compte tenu du poignard ensanglanté qu’elle tenait dans ses mains … Il y avait de meilleurs moyens pour obtenir de lui des confessions sincères. Mais qu’elle évoque son beau-père le prit au dépourvu, et il fronça imperceptiblement les sourcils. C’était donc de lui qu’elle parlait ? Mais que venait-il faire ici ? Il tacha de se souvenir de cet homme, dont elle lui avait parlé il y a bien longtemps …

    « Ah, c’est donc ça. Désolé, mais j’ai été trop occupé à côté pour m’en soucier. Je ne te refais pas de dessin. » Ajouta-t-il avec un sourire torve, tout en se préparant mentalement pour un nouveau coup de poignard. « Je ne me suis pas occupé de ton linge sale, tu m’avais tourné le dos je te rappelle … Et pourtant j’y ai pensé. J’ai cru un moment que ça te ferais revenir, et je me suis attardé avec lui … Mais tu n’es pas revenue et je suis parti m’occuper de choses plus intéressantes sans terminer le travail. »

    Il eut un rire de gorge qui s’éteignit rapidement – il se sentait extraordinairement stupide de lui avouer ça, surtout dans cette position. Mais c’était la vérité, après tout. Il avait été assez naïf, à une époque, pour y croire. Pour la seconde question, il prit plus de temps avant de répondre. Qu’attendait-elle de lui, cette fois ? A dire la vérité, la première chose qui le tentait s’il était délivré était de lui rendre la politesse et de mêler son sang à celui de la démone en plantant le poignard dans son joli petit ventre. Et il ne se contenterait pas de laisser gaspiller les gouttes carmins sur le sol comme elle le faisait actuellement – il y avait un certain attrait à l’idée de goûter au mélange de leurs deux sangs. Mais cela ne devait pas être la réponse qu’elle attendait, et cette fois il prit garde à ne pas parler trop vite. Aux dernières nouvelles, il n’était pas encore détaché et elle avait toutes les armes en main.

    « As-tu réellement couché avec Akkarin ? Et est-ce que tu as l’intention de me faire une promesse à moi aussi, comme je t’en ai fais une dans la galerie des glaces ? Si tu veux jouer franc jeu, il faudra d’abord cesser de t’esquiver. Et peut-être que je te donnerais mes plans pour le moment où tu me délivreras. »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Mar 19 Juin - 0:03

Elle avait toujours cette maudite sensation de se situer dans les fins fonds d’un labyrinthe. Elle était en guerre permanente, se devant d’affronter un Néant ravageur. Leurs deux êtres étaient fissurés par de nouveaux affronts mensongers. Ils expulsaient de leur organisme un poison verbal dévastateur qui manquait de réduire leur relation en cendres. Elle se comportait telle une vagabonde dédaigneuse se décidant d’opter pour la fuite et l’indifférence. Une colère froide s’emparait d’elle, ce cadavre insalubre. Elle refusait que Son âme soit en contact permanent avec la sienne. Elle lui refusait l’accès à son monde intérieur. La confiance qu’elle lui portait s’était envolée dès l’instant où la cadette lui avait révélé les faits. S’il avait failli accéder à son pardon, ce revirement n’était plus d’actualité désormais. Ses veines semblaient calcinées, l’absence qu’il lui avait infligé ces derniers temps devenait insupportable. Ses propos étaient semblables à des lames de rasoir saccageant sa propre chaire. Les cieux s’embrumaient au fur et à mesure que son esprit se troublait. Résidait ce flou continuel. Elle laissait libre cours à une interprétation défaillante. Gabriel, cet esclave misérable, ce baiseur de pieds, s’était envolé en rejoignant l’Antre de l’oubli. Elle recherchait les raisons de sa présence, en vain. Tout l’amenait à penser qu’Il n’était pas seulement animé par un désir de vengeance. Il la maudissait d’une manière intégrale et il était venu dans cet appartement pour la souiller littéralement. Chacune de leur confrontation revenait à la surface. Elle se souvenait de la manière dont il avait parlé d’Elle. Son désir évoqué : celui qu’Elle finisse par la remplacer sur ses toiles. Si Satan se jouait de Lui en lui engendrant une pathologie mentale, elle semblait en être également la victime. Contaminée par Lui, ses attitudes semblant en permanence influencées par les Siennes. Elle réalisait qu’elle ne savait plus rien à Leur propos. Elle était animée par un conflit psychique nocif à son sang et à son mental. Désireuse de chasser la Vérité, désireuse de la connaître dans le but d’avoir la capacité de s’en défendre. Jezabel lui avait dévoilée l’identité de son meurtrier ainsi que leur liaison. Néanmoins, Tara avait refusé d’entendre les détails.

Ainsi, elle n’avait jamais envisagé une alliance possible. Et si le rapprochement entre elle et Jezabel avait été programmé ? La colère, ces vérités éventuelles, le dégoût, étaient en train de l’étouffer. Tout son être semblait se fragmenter. La cadette lui insufflait sa démence. Ainsi, elle devenait méconnaissable, indéchiffrable, inaccessible face à cet Autre. Elle n’était plus en mesure de dissocier la vérité du mensonge, emprisonnée dans cette cellule insalubre qu’Il avait construit pour elle, tachetée de haine. Qui sait, sa sœur allait peut être arriver d’un instant à l’autre dans le but de le délivrer. Peut-être finirait-elle à la place du Bourreau, les mains liées. Les éléments s’enchainaient les uns aux autres sans logique particulière. Ses paupières lourdes se fermèrent à nouveau tant elle souhaitait dire adieu à cette mémoire assassine. Sa force était dominée par une fatigue psychologique, essoufflée par ce flot d’indifférence feinte. Son propre spectre était à présent en train de s’échapper vers des contrées lointaines. Peut-être se trouvait-il actuellement à Chorleywood, souhaitant au fond retrouver certains souvenirs tels que la présence rassurante et apaisante de William. Elle partit en exil, brûlant ces faits susceptibles de lui provoquer une souffrance sans nom. Cependant, elle ne lui fournit pas l’illusion d’une trêve. Ses propos furent teintés de cynisme. Ses yeux finirent meurtris par la noirceur.

« J’imagine que tu viens de me faire un compliment. C’est appréciable. Tu n’as rien à m’envier. Tu es très distrayant dans ton genre. Si tu pars sur ce terrain sache qu’il ne s’est jamais glissé entre les cuisses de ma sœur. Je présume qu’il connaît davantage le sens du mot loyauté »

Un rire perfide s’échappa de ses lèvres, destiné à se perdre dans les tympans de son adversaire. C’était paradoxal. Elle semblait détachée alors que le désir de le vaincre brûlait les moindres parcelles de son être, démangeant ses phalanges. Ils étaient des pécheurs. Ils s’étaient laissés aller à la dépravation. Ensemble, ils s’étaient adonnés à des activités interdites, se souillant mutuellement, partageant leur Sang, geste interdit. Geste qu’elle leur interdisait et qu’ils se devaient de s’interdire. Parfois, elle préférait les voir semblables à deux cadavres plutôt que de supporter ces images tranchantes. Paradoxalement, se dire qu’elle pourrait les blesser la tétanisait. Elle avait beau tenter de renier sa faiblesse, tenter de renier sa véritable nature, elle réapparaissait toujours. Contrairement à ce qu’il pouvait penser, Lockwood n’avait jamais disparue. Grace demeurait, anéantie par ces trahisons qu’elle ne parvenait plus à supporter et qu’il lui rappelait constamment. Il n’avait jamais tenu ses promesses. Il ne l’avait jamais aidé à oublier. Au contraire, il faisait tout son possible dans le but de faire resurgir le souvenir associé aux Révélations, destiné à ravager son âme défunte. Contrairement à Thunder, il s’était emparé de l’arme la plus destructrice, ce qui le rendait d’autant plus déloyal et insensible vis-à-vis d’elle. Il associait le passé au présent, en tant que prédateur sans scrupules. Les interrogations resurgissaient dans son esprit, inchassables, alimentées par cette haine qui ne faisait que le fortifier. Il ne se comportait pas comme un prisonnier. Il la devançait. Elle voulait savoir. Elle voulait connaître l’intégralité de la Vérité.

« Tu as raison. Je n’aurais jamais pu envisager que tu te servirais d’une arme aussi dangereuse pour me nuire. L’arme qui risquerait de balayer le peu de considération qu’il me reste à ton égard. Je ne devrais plus être surprise. Tu m’avais avertie qu’elle me remplacerait sur tes toiles. Tu as donc opté pour un autre divertissement. Est-ce qu’elle a déjà eu de l’importance à tes yeux ? Je pense être en droits d’en apprendre davantage à propos de Votre vie à deux, en tant que belle soeur. Tu enfoncerais le poignard plus profondément. Tu serais ainsi en mesure de satisfaire l’intégralité de tes désirs. »

Jezabel. Les faits et gestes d’antan qui pourraient la faire hurler d’horreur. Le seul être capable de l’éloigner de son Unique. Celle qui ordonnait à son âme défunte de se fermer à la Sienne. Pourtant, elle n’arrivait pas complètement à ses fins. La spiritualité triomphait sur tout le reste. Elle se souvenait de ses songes emplis d’élans de tendresse et de sauvagerie. Elle pourrait s’enfuir jusqu’au bout du monde, Il serait toujours présent en elle, lui imposant sa loi. Il faisait partie intégrante de sa personne. Détenteur de ses maux comme de sa félicité. Apparaissant dans la réalité comme dans le monde virtuel qu’elle se construisait elle-même. Symboliquement, elle se mettait constamment à genoux devant lui. Incapable de réduire en miettes l’Assassin de son Joyau. Il pouvait dompter sa haine et sa colère par le biais des mots et des regards. Elle avait encore cet infime espoir qu’il ne remarque pas l’emprise qu’Il avait sur elle. Suppliant Satan pour qu’il y veille. C’était trop tard. Un sourire sali par la satisfaction se dessina sur ses lèvres, alors qu’il évoqua son beau père et les faiblesses qui s’emparaient de lui lorsqu’elle était concernée. Elle n’eut pas la possibilité de mettre à distance son soulagement ainsi que cette incertitude qui fissurait ses entrailles. Rapprochement ultime qu’elle provoqua, ses pas meurtrissant le parquet. Ses doigts s’enroulèrent autour de son menton, obligeant ses Azurs à s’imprégner de ses prunelles. Elle laissa ses lèvres effleurer les siennes, suivre les courbes de ses chaires, s’aventurer au niveau de son buste, sur cette plaie sanglante qu’elle avait créée elle-même. Elle pansa ses blessures à sa manière, le récompensant pour ses aveux, léchant les gouttes de liquide rougeâtre avant de battre des paupières. Elle effleura de sa langue ses dents nouvellement formées comme s’il était question de la plus grande merveille du monde. Puis, tel un cobra prêt à mort, elle renversa sa tête en arrière, un grognement laissant présager que ce moment de trêve venait de prendre fin.

« Tu es toujours aussi prétentieux. Penses-tu réellement avoir toutes les cartes en main dans cette posture ? J’aurais du le faire. Tu mériterais peut être d’endurer la même épreuve… »

A son tour, elle lui fit des aveux à propos d’Akkarin, se saisissant de ses faiblesses. Ses doigts finirent par prendre place sur sa nuque, ses ongles s’enfonçant dans sa chaire. Un murmure vint se perdre dans ses tympans. Elle était désireuse qu’il parvienne à la dompter et qu’il soit méritant par rapport à son éventuelle libération.

« Demande toujours… »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Lun 25 Juin - 21:13

    Il avait voulu détourner la conversation, la centrer sur Duncan Thunder plutôt que sur lui-même et Jezabel, ce qui s’avérait toujours pas devenir bien trop pénible à supporter. Oui, il avait détruit la vie et l’esprit de sa petite sœur, ils en avaient déjà parlé des milliers de fois, et quand ce n’était pas lui qui mettait le sujet sur le tapis pour asticoter la conscience de Tara, il ne voyait pas pourquoi elle tendait le bâton pour se faire battre. Habituellement il supportait encore moins l’évocation de Thunder et évitait ce sujet, mais il avait enfin trouvé la faille, et entendait bien l’exploiter au maximum. Tara pouvait vanter ses prouesses sexuelles, se languir de la période qu’elle avait passée avec lui, comparer les deux vampires, et faire ainsi enrager Nathanaël comme jamais, mais elle était elle-même la cible quand il s’agissait de ses remplaçantes dans le lit de son créateur. Et elle semblait avoir beaucoup moins envie de s’étendre là-dessus, soudain … Comme il comprenait sa réaction. Un rictus sardonique étira ses lèvres en constatant la façon qu’elle avait de détourner la conversation pour revenir sur un terrain où elle pouvait sans scrupules revenir pointer du doigt sur lui, et remettre les deux vampires en comparaison. Comme si pas un seul instant il n’avait été question d’elle et de l’humiliation que Thunder lui faisait subir en choisissant des humaines totalement banales pour la remplacer. Remettant Jezabel au point du jour, elle se risquait pourtant à de nouvelles blessures, que Nathanaël ne se priverait pas de lui infliger. Elle s’était mise là-dedans seule.

    « Tu en es bien sûre ? Vu ses facultés en matière de séduction, ou de trahison selon le point de vue, je ne serais pas étonné qu’il se soit accordé ce plaisir dans les siècles passés. Sans compter que ta chère sœur adorait trouver de nouveaux moyens de me contrarier, qui sait si elle n’en a pas profité, connaissant mon amour inconditionnel pour Thunder ? Ce serait typique de votre famille, après tout. »

    Il n’avait aucune idée de ce qu’il avançait, n’ayant jamais eu le moindre indice sur les liens potentiels entre Jezabel et Duncan, mais il aimait jouer sur ce terrain. Rien que la possibilité que Tara ait des doutes à ce sujet le contentait au plus haut point. Et comme il le disait, si Jezabel avait couché avec Duncan, cela ne le surprendrait que très moyennement … Ces deux là étaient bien capables de le faire sans scrupules, si cela pouvait lui nuire en retour. Thunder n’était pas connu pour sa fidélité chronique, et Jezabel … Et bien, son mariage désastreux attestait également de son inconstance, mais personne n’avait de toute façon jamais douté de son instabilité mentale. Sachant que le peintre aurait été furieux de savoir son jouet entre les mains de son pire ennemi, elle était totalement capable de s’être jetée sur cette opportunité sans réfléchir, pour le seul goût de franchir une limite interdite. Mais si elle l’avait fait, il n’en avait jamais rien su. Ce qu’il ne révèlerait bien sûr pas à Tara, autant laisser le doute s’insinuer en elle encore un peu … Comme elle l’avait fait pour Akkarin. Ils en revenaient toujours aux mêmes sujets, aux mêmes blessures. Des marques du passé qui restaient sanglantes des siècles plus tard, alors qu’ils avaient changé de peau, d’identité, de caractère. Les démons restaient bien présents dans leurs carcasses d’immortels, insoupçonnables pour des yeux extérieurs mais bien réels, et totalement accessibles pour ceux qui en avaient les clés. Le frère abhorré pour Nathanaël, la sœur abandonnée pour Tara, ils n’avaient pas besoin de plus que ces liens familiaux pour ruer comme des animaux sauvage à la moindre évocation de leur nom. Ils connaissaient si bien leurs faiblesses respectives, et c’est sans remords qu’ils y appuyaient, qu’ils les remuaient encore et encore. Ils avaient tué, massacré, torturé pour se défaire de leurs souvenirs de mortels, mais il suffisait qu’ils se retrouvent dans la même pièce, les yeux dans les yeux, pour que les erreurs du passé ressurgissent et viennent détruire tous leurs efforts. Jamais, jamais ils ne se détacheraient de tout ça. Nathanaël n’effacerait jamais ce qu’il avait fait à Jezabel, cela resterait pour l’éternité à venir une arme contre Elle, tout comme cela serait une raison pour Elle de le blâmer sans relâches. Elle était torturée par le passé qu’il avait en commun avec sa sœur, elle en souffrait mille morts comme il souffrait de l’imaginer avec Duncan. Mais si lui refusait de la questionner à ce sujet, elle s’immergeait tête la première dans un enfer qu’elle redoutait autant qu’elle appelait de tout son corps. Et en cet instant, son sang s’écoulant entre ses entrailles blessées par le poignard, il fut à deux doigts de lui donner ce qu’elle voulait. Un poignard fait de mots, qui ferait bien plus de dégâts que son semblable d’acier.

    « J’ai choisi la meilleure arme pour me défendre contre tes assauts, n’oublie jamais que tu as dégainé la première. Mais si tu veux en savoir plus sur le bout de chemin que j’ai parcouru avec elle tandis que tu te prélassais au bras de Thunder, je serais ravi de t’instruire. A-t-elle déjà eu sa place sur mes toiles ? Pas jusqu’à aujourd’hui, et elle n’en aurait jamais eu si tu ne m’avais pas poussé à le faire. A-t-elle déjà eu de l’importance à mes yeux ? Si elle en avait eu, elle aurait été peinte sur mes toiles, il me semblait que ce point là était clair. Je ne me fatigue pas à peindre ce que je méprise, sauf quand on me le demande gentiment. Satisfaite ? »

    Quoi qu’il dise, la réponse ne la satisferait de toute façon jamais. Que Jezabel ait eu de l’importance pour lui et Elle en tirerait une jalousie sans borne. Qu’elle n’ait pas eu d’importance, et Elle le flagellerait pour avoir traité sa sœur comme une moins que rien. Les faits resteraient les faits, elle lui en voudrait quoi qu’il dise, au moins elle pouvait s’estimer heureuse que ce soit la vérité qu’il ait dite, au lieu du mensonge qui lui avait brûlé les lèvres … C’était une faiblesse, que de veiller à ne pas froisser d’avantage ses états d’âme, comme si cela lui importait vraiment. Le mal était fait depuis longtemps, des deux côtés. Et pourtant il s’était retenu de déverser son poison plus encore, il avait tenu sa langue et s’était restreint à la vérité. Mais cette vérité concernant Jezabel était toujours moins humiliante à avouer que celle à propos du beau-père … Il regretta presque de s’être laissé aller aux aveux, pitoyables confessions d’un passé où il avait encore eu l’espoir de la voir revenir, et où il avait aiguisé ses canines sur cet homme de péché, sans que cela n’ait aucun effet … Il s’attendit à des moqueries, voire même des reproches de la part de Tara. Peut-être même les deux, qui sait ? Lui-même aurait profité allègrement de cette faiblesse, mais Elle resta silencieuse … Puis se rapprocha de lui de sa façon féline sans le quitter des yeux, jusqu’à ce que les lèvres tant désirées se rapprochent des siennes, sans jamais autoriser pleinement leurs retrouvailles néanmoins. Rien qu’un effleurement, une caresse aussi divine que frustrante, qui descendit le long de son cou, de son torse, jusqu’à … Il ferma les yeux tandis qu’elle faisait courir sa langue sur sa plaie. Voilà une récompense à laquelle il ne s’était pas attendu, mais qui lui procurait des frissons de plaisir à chaque fois qu’elle réveillait la douleur de sa blessure. Il rouvrit brutalement les yeux quand elle se recula, mettant fin au contact, le laissant d’autant plus frustré que pendant quelques secondes, il avait oublié ses griefs et ses doutes au profit d’un sentiment de plénitude qu’il avait presque oublié, celui qu’Elle était la seule à pouvoir provoquer en lui quand les égos disparaissaient au profit de leur Lien. La souffrance et le plaisir intimement mêlés, c’était là toute la complexité de leur relation, mais également ce qui faisait que cela avait fonctionné malgré l’absence, malgré les trahisons, malgré les reproches. Les doutes revenaient au galop à présent qu’elle ne le touchait plus, mais il devait garder en tête cette sensation, s’il ne voulait pas replonger dans le noir. De sa main libre, il attrapa le poignet de Tara, l’empêchant de mettre trop de distance entre eux. Elle avait beau avoir retrouvé son attitude de lionne en colère, elle lui avait laissé entrevoir un visage bien différent … Elle avait partagé avec lui ce bref moment d’une intimité plus forte que tout ce qu’ils avaient pu avoir depuis des jours … Le sang les liait toujours autant, et les rôles étaient inversés. Même si elle n’était plus de sa race, elle gardait le même attrait que lui pour l’hémoglobine, et elle avait ingéré son propre sang. N’était-ce pas la première bonne nouvelle de la journée ? Et elle en avait une encore meilleure à venir …

    « Dieu merci, tu avais encore assez de fierté pour ne pas t’abaisser à t’accoupler avec ce débile. C’est tout ce que j’avais besoin d’entendre. »

    Il était loin d’être en bonne posture, effectivement, pourtant elle avait accédé à sa requête et c’était une délivrance que de savoir qu’elle n’avait pas touché à son frère. Elle aurait pu le tuer, le torturer, il n’aurait pas sourcillé. Mais imaginer qu’elle couche avec lui ? Il remerciait toutes les entités de ce monde pour qu’elle ne s’y soit pas résolue. Et puisqu’elle avait décidé de se rapprocher, il ne la laisserait pas repartir. Lâchant son poignet, il glissa sa main autour de sa taille et la rapprocha de lui, quitte à ce qu’elle doive s’asseoir à nouveau sur ses genoux. Ses lèvres s’empressèrent de chercher les siennes, et il ne se contenta pas d’un simulacre de baiser, cette fois. Ses canines se refermèrent sur sa lèvre inférieure, la mordant juste assez pour faire perler une goutte de sang qu’il lécha avec délectation, laissant échapper un léger râle de contentement tandis que la saveur métallique du précieux liquide l’envahissait tout entier. Il l’imita ensuite, susurrant sa réponse au creux de son oreille.

    « Promets-le-moi, cette fois. Qu’il n’y aura que moi, et personne d’autre … »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Sam 14 Juil - 17:03

Il lui faisait l’effet d’un acide se répandant dans son estomac pour engendrer brûlures et nervosité. Alors qu’il évoquait cette liaison interdite, chaque parcelle de son être vibrait machinalement. Squelette saccagé par des tremblements incessants. Ses émotions semblaient exagérées, si bien qu’il lui était impossible de parvenir à les contrôler. Son poison verbal n’aurait pas du provoquer de pareils effets. Pourtant, ce désir omniprésent de redevenir cette fugitive l’accaparait. Elle n’était qu’une enfant et ils l’avaient piétinée. Ils s’étaient abreuvés de son sang, se délectant de sa peau, meurtrissant ses entrailles. Ils s’étaient immiscés dans son intimité, la laissant pénétrer dans cet antre charnel. Trahisons abominables. Parasites qui s’attaquaient à présent à ses os. Ils exterminaient chaque souvenir du passé, utilisant rasoirs, marteaux, tout ce qui leur tombait sous la main. Voilà qu’ils massacraient ensuite le peu d’estime qu’il lui restait. Autrefois, ils n’auraient jamais représenté les bourreaux l’enchaînant dans la demeure de Satan et à ses blessures. Au contraire, elle les aurait considérés comme les clés de sa délivrance, chacun à sa manière. L’Unique était sa vie, comme son immortalité. Ames en connexion. Quand à lui, il avait toujours été l’antidote qu’elle ne parvenait pas à bannir d’une façon définitive, et cela même lorsqu’il devenait le meurtrier, causant sa perdition. Il la ramenait à une enfance chérie et détestée. Grace revenait à la surface en leur présence, bafouée par leurs attitudes ayant attraits à leur nouvelle essence. Relations gâchées par l’amertume, les cris, les excès ainsi que les vices.

Ces nouvelles révélations la ramenaient vers cette période fatidique où elle s’était laissé abattre telle une charogne vagabonde. Les mots ruinaient ses tympans, marquaient sa peau satinée, s’infiltraient dans ses veines, manquant de la réduire en cendres. Nathanaël représentait le vers luisant cherchant à pénétrer dans ses prunelles et à détecter l’intégralité de ses failles. Son sourire carnassier avait raison de sa poitrine dévorée par une douleur assommante. Ces scènes effroyables repassaient en boucle dans son esprit. Le corps enfantin de la cadette massacré par ces étreintes interdites. Alors qu’elle s’imaginait les pires sévices, le rire machiavélique de Thunder la tourmentait intérieurement. Une ombre qui capturait sa silhouette d’une façon continue, lui rappelant à quel point elle semblait faible et insignifiante. Néanmoins, malgré l’existence de cette plaie ravivée, l’Unique la blessait davantage. Peut-être parce qu’il s’agissait de Lui, son monde ne tenant qu’à Son fil, Maître de son univers. Amour ardent, responsable de ces nouvelles interprétations défaillantes. Son reflet était celui de quelqu’un d’autre. Le Sien, cadette qu’elle était désireuse de punir pour ces rapprochements. Par ailleurs, elle souhaitait réparer cette silhouette abimée, prédestinée à la vénérer. Paradoxes qui teintaient ces unions. Rancœur inchassable. Ils avaient comblé ensemble son absence. Elle tentait en vain de décortiquer les moindres allusions à cette immortalité partagée, ne pouvant se résoudre à oublier ces détails. Pourtant, ils créent une collision.

« Sur le terrain du mensonge, de la trahison et de la désinvolture, tu es imbattable. Ravie de savoir que la jalousie s’empare de toi quand il s’agit d’Eux »

Flagellation, amertume déversée, alors que la fragilité l’enveloppait. Ecœurée à l’idée qu’il puisse éprouver ne serait-ce qu’une once d’attirance à Son égard. Manquant de suffoquer en imaginant ses reins enflammés en la présence d’une autre. Avide de savoirs, elle avait scruté chaque recoin de son manoir, analysant ses œuvres, cherchant à accéder à une meilleure compréhension de son monde intérieur. La jalousie la morcelait, le sentiment de trahison la révoltait. Mâchoires serrées, son expression frôlait le dégoût. Fuir. Laisser l’apocalypse et sa soif de pouvoir loin derrière elle. Tels étaient ses souhaits, comme si finalement, Grace n’avait jamais disparue. Comme si la douleur provoquée était si forte qu’elle en oubliait de déverser son courroux dévastateur. Il était peut-être parvenu à dompter l’animal, la reine des glaces se dépossédant de ses armes. Elle souriait en constatant l’absurdité de cette scène. Réalisant qu’à son contact, elle devenait un véritable pantin sans saveurs, tantôt fuyant, tantôt colérique, à la manière d’un gibier rongé par la jalousie.

« Dois-je en conclure que tous tes modèles ont de l’importance à tes yeux ? Je ne savais pas que tu avais conservé ton romantisme. Très touchant. »

Mots s’entrechoquant, soupirs d’agacement. Intérieurement, elle priait pour qu’il fasse taire ces maux qui la dévastaient. Elle se souvenait des fois où elle avait décidé de lui laisser toutes les cartes en main. Ses promesses avaient mis un terme à ses rêveries. Il était devenu l’air dont elle avait besoin pour survivre. Il avait laissé les révélations derrière Eux, tentant d’accéder au pardon. Comme elle, il lui avait sauvé la vie. Il l’avait empêchée de basculer vers la déchéance. Elle avait ravalé sa haine, son cerveau devenant comateux. L’Unique avait mis un terme à ses absences et l’avait apprivoisée. Ainsi, elle avait réussi à bannir l’influence de son beau père. Les aiguilles s’étaient plantées dans son échine avec moins d’insistance. La douleur, le mépris, le dégoût s’étaient enfouis en elle. L’effroi paraissait silencieux. La cadette était toujours là. Néanmoins, elle était parvenue à mettre à distance les images lancinantes, cette association répugnante. Aujourd’hui, Il avait changé de positionnement. Il enfonçait ces seringues d’une façon répétitive dans le but de la détruire définitivement. Il renonçait à la spiritualité, l’attaquant sur le front le plus dangereux qui soit. Ainsi, elle agonisait, suppliante. Rampant à ses pieds, symboliquement, espérant le renouvellement de cette ère.

« Cesse de me parler d’elle et redeviens cet antidote. »

Impuissante, elle ne se débattit pas. Elle le laissa prendre possession de son corps, bercée par son souffle et ses murmures. L’Enfer. Il l’emprisonna de par son étreinte. Douce agonie qui lui rappela les raisons de son comportement d’antan envers Akkarin. Les raisons de cette chaleur presque maternelle qui l’avait envahie en sa présence. Celle dont il aurait du être doté lorsqu’il s’agissait de Jezabel. Respect et chasteté. Elle était sa chaire.

« Il était une partie de toi. »

Lorsqu’elle réalisa sa maladresse, elle rompit l’intégralité de ses liens, libérant ses poignets. Prunelles emplies de malice et de curiosité. Allait-il se venger ? Elle regagna ses jambes, ses bras finirent par se nouer autour de son cou, ses mains caressèrent son torse insolent, au caractère dépravé. L’enivrer, le rendre furieux et paisible pour qu’il la plonge une nouvelle fois dans cet oubli tant désiré. Ne rien promettre sans être certaine qu’il avait respecté ses dires, qu’il avait laissé ses lèvres et ses prunelles à distance des siennes. Tigresse, maîtresse de ses courbes ainsi que de son âme.

« Dans le cas inverse, quel serait mon châtiment ? Un séjour dans ta cave ne serait pas de refus. Tu tenterais de me dompter… »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Nathanaël W. Hilfiger
avatar

Féminin
▌Nombre de messages : 5128
▌Fireflies : 937
▌Date d'inscription : 05/04/2011
▌Age : 30
▌Age du Personnage : 231 ans, 26 ans en apparence
▌Métier : Artiste peintre
▌Force & Pouvoir : Vampire à la parfaite maîtrise de ses capacités, il fait également preuve d'une cruauté rare et d'une imagination sans borne qui font ses plus grandes forces.
▌Faiblesses : Une passion pour l'art et un malaise au coeur des foules.
▌Playlist : 30STM - Hurricane | Within Temptation - Fire and Ice | Apocalyptica - Epilogue (relief) | Epica - Burn to a Cinder | Nightwish - Whoever Bring The Night | Muse - Space Dementia | Evanescence - Missing | After Forever - Who I Am



Feuille de personnage
CopyRight: Babine & Tumblr
Disponible pour un Topic ?: Oui =D
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Dim 22 Juil - 23:56

    Un rictus naquit sur les lèvres de Nathanaël quand il entendit ses paroles. Elle avait mal interprété les sous-entendus qu’il avait faits … A moins qu’elle ne les interprète mal à desseins ? Mais peu importait la raison, la jalousie qu’elle lui prêtait était absolument fausse, bien qu’il n’ait pas l’intention de démentir. Il en avait assez de plaider pour sa cause, alors même qu’il avait été parfaitement clair. La seule jalousie qui le dévorait, et qui l’avait toujours dévoré, c’était celle du lien qui avait unie Tara à Duncan. Que Jezabel puisse tomber amoureuse de Thunder lui était aussi égal que si elle s’était soudain découvert une passion pour la broderie, et il n’avait aucune jalousie à en tirer. Mais quand elle lui appartenait encore, il n’aurait pas toléré qu’elle aille fricoter avec lui. Pas par jalousie : par possessivité. Il ne partagerait plus jamais rien avec Thunder, c’était une promesse qu’il s’était fait et qu’il comptait bien tenir. Tara était la seule à pouvoir tenir ce rôle, la seule qu’il tolère alors même qu’elle l’avait renié si fort pendant si longtemps. Mais il y avait eu le pardon, les scènes de réconciliation. Cela n’empêchait pas Nathanaël de remettre le sujet au goût du jour à chaque fois que cela était nécessaire, comme elle le faisait pour Jezabel. Il aurait sans doute brûlé vive Jezabel pour la « laver » de sa souillure, et pour ne plus jamais toucher à une peau que Duncan avait possédée. Voilà quelque chose que Tara aurait bien eu du mal à digérer … Mais à la réflexion, elle n’en aurait peut-être jamais rien su, et il aurait eu bien moins d’ennuis à présent. Le monde était décidemment bien mal fait.

    « Ne sois pas si dure avec toi-même, tu m’as devancé bien des fois en matière de trahison ou de mensonge. Je suis imbattable avec le reste du monde, mais tu es largement meilleure que moi sur ces fronts là. Et la jalousie te sied aussi bien qu’à moi. »

    Le ton était narquois, les paroles acides. Mais ils étaient si semblables, sur ce terrain. Ils n’accordaient jamais à l’autre l’avantage en matière de trahison, et s’il fallait en trouver une autre, c’était une tache si aisée que cela en devenait presque suspect. A croire qu’ils n’en finiraient jamais de tirer de nouvelles histoires sordides de leur chapeau. Il n’avait pas le bénéfice de la trahison, loin de là. Elle était passée maître en cet art en même temps que lui, bien qu’il la considère encore meilleure que lui, la plupart du temps. Il n’avait pas fait tant de mal que ça, à bien y considérer. Mais c’était son avis personnel et bien sûr, elle était loin d’y adhérer. Comme il était loin, le temps où ils étaient encore deux jeunes humains ! Ils n’avaient rien d’insouciants, mais comparés à ce qu’ils étaient devenus aujourd’hui, leurs histoires semblaient presque vides de drames. Presque. Pourtant certaines choses n’avaient pas changé, que ce soit pour leur plaisir ou leur malheur. Nathanaël restait éternellement attaché à elle, quelles que soient les trahisons. Il n’avait jamais réussi à l’expliquer et il ne pouvait pas plus le faire aujourd’hui, il ne saisissait qu’une partie de ce lien, tandis que le reste restait le domaine de l’alchimie complexe qui régnait entre eux, et qui avait existé avant même qu’ils ne se rencontrent. L’âme du peintre était entrée en ébullition à la vision de sa Muse et n’avait jamais pu s’en détacher. Comment expliquer ça à une profane ? Et comment expliquer qu’il la retrouvait dans chacune de ses toiles, même quand ce n’était pas elle qu’il peignait ? Dans chaque courbe et chaque délié, elle était présente. Elle était son inspiration, ce qui guidait sa main, ce qui faisait naître la beauté dans sa tête avant qu’il ne puisse la mettre sur ses toiles. Du romantisme, alors ? Peut-être. Il haussa les épaules, un air désabusé sur le visage. Si elle voulait nommer cela ainsi, cela ne le dérangeait pas.

    « Toutes mes œuvres ont de l’importance à mes yeux, elles ont toute une signification et recèlent une part de mon … âme, bien que les prêtres hurleraient d’entendre ce mot dans ma bouche. Ce n’est pas le modèle qui importe, c’est ce que j’en fais. Tu ne vois donc pas ce que j’essaye de te dire ? Si Jezabel était apparue sur mes toiles, c’est toi que j’aurais vu. Et vous relier aussi nettement sur un tableau aurait signé ma perte, tu ne crois pas ? »

    Peu lui importait qu’elle ne comprenne pas ce qu’il disait. Il avait du mal lui-même à exprimer clairement ce que son esprit voyait si bien. Pour l’œil non averti, Jezabel n’aurait été qu’une femme de plus couchée sur sa toile, mais il n’aurait pas supporté sa vue, devant ses yeux. Sa Muse serait apparue en même temps que Jezabel, voilà quelque chose qu’il n’avait absolument pas envie de voir se réaliser. A l’époque, cela aurait sans doute été moins évident même pour lui, ignorant le lien entre les deux femmes, mais le malaise aurait été présent et il aurait d’autant plus abhorré sa propre œuvre. Non, décidemment, Jezabel n’avait jamais eu sa place sur ses tableaux, tandis que Tara y apparaissait sans relâche. Le jour où elle en disparaîtrait, c’est lui-même qui aurait disparu. Mais pour aujourd’hui, il était bien présent, il existait pleinement. Le contact de leurs peaux était la solution, l’antidote tel qu’elle-même le disait. Quand elle était dans ses bras, il était prêt à faire toutes les concessions. Dès qu’elle s’éloignait, il redevenait soupçonneux, inquiet, dévoré par la jalousie et le doute. Mais elle était dans ses bras en cet instant, elle ne pouvait rien lui faire. Il ne s’attendait pas à la douleur qui le poignarda soudain quand elle prononça les mots haïs, ceux qui le liaient si définitivement à un frère qu’il n’avait cessé de renier. Il se raidit et la lâcha, attendant une nouvelle sentence qui ne vint pas, ses yeux redevenus des puits de glace froids et insensibles. A la place, elle sembla réaliser son erreur, la maladresse de ses paroles, et il la vit dénouer ses liens. Il la regarda sans comprendre, était-ce un moyen de se faire pardonner ? Soupçonneux à nouveau, il ne put repousser ses doutes quand elle revint s’asseoir sur ses genoux. Il était libre de ses mouvements à présent, libre de faire ce qu’il avait tant souhaité dès le moment où elle l’avait attaché … Et poignardé. Il se leva, la repoussa légèrement, non sans garder ses poignets entre ses doigts. Le contact, toujours.

    « Ma cave serait encore trop douce pour toi. Je respecte mes serments et j’espère bien que tu respecteras les tiens, si tu daignais au moins les prononcer à voix haute … »

    Elle ne disait rien, la sacrée garce. Elle savait comment jouer avec lui, elle savait exactement comment tourner autour du pot sans jamais avoir rien à promettre, mais il ne relâcherait rien sur ce point, plus maintenant qu’elle lui avait arraché des promesses qu’il se contraignait à tenir. Il attrapa la corde qui lui attachait les poignets quelques secondes plus tôt et la passa autour du cou de Tara, puis tira dessus pour qu’elle se rapproche de lui. La tenant toujours d’une main, il glissa l’autre autour de sa taille.

    « Tu veux un châtiment ? Je serais capable de te tuer moi aussi, je te tuerais cent fois plutôt que de te savoir retournée dans les bras de l’Autre. Mais si tu me fais ta promesse, si tu la tiens, alors là … Nous pourrions utiliser ces cordes à d’autres fins … Et je te dompterais dans ma cave aussi longtemps que tu le souhaiteras. »

_________________

    Back to back, we're too proud to face the facts, though we sleep in the same bed there's no coming through. Face to face I can see you through a maze of the words we spoke in vain. You know this will go out of hand if we don't understand, this confusion of tongue feels so wrong, we're lost in Babylon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3088-nathanael-hand-of-sorrow
Tara G. Lockwood
avatar
♦ Let my armies be your DAMNED

Féminin
▌Nombre de messages : 11786
▌Fireflies : 154
▌Date d'inscription : 17/08/2009
▌Age : 29
▌Age du Personnage : 229 ans, 24 ans en apparence
▌Métier : Se fait entretenir ou dépouille des cadavres
▌Force & Pouvoir : Se rapportant à ceux des démons. Pouvoir de persuasion et charisme dont elle est dotée.
▌Faiblesses : Ce passé qu'elle aurait préféré laisser enfoui au fond d'elle. Eux. Traumatisme suscité par les êtres humains.
▌Playlist :
30 STM ♪ Alibi / 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ The Kill / 30 STM ♪ Modern Myth / 30 STM ♪ Night of the Hunter / 30 STM ♪ Stranger in a Strange Land / 30 STM ♪ Oblivion / Within Temptation ♪ All I Need / Within Temptation ♪ Forgiven / Within Temptation ♪ Memories / Keane ♪ Everybody's Changing / Keane ♪ She Has No Time / Muse ♪ Supermassive Black Hole / Muse ♪ Unintended / Muse ♪ Uprising

▌Citation : L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.



Feuille de personnage
CopyRight: gentle heart & trumblr
Disponible pour un Topic ?: Non =(
RelationShips:

MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   Dim 29 Juil - 15:45

Les blessures semblaient béantes. Alors que les minutes s’éteignaient à mesure qu’Il déversait son venin dévastateur, plusieurs possibilités s’offraient à elle, embrumant son esprit plus encore, un poids se fracassant contre sa colonne vertébrale pour qu’il ne reste d’elle que des cendres. C’est comme S’il venait d’aspirer tous ses espoirs, les mots se transformant en maux. Prédateur ne cessant jamais de la persécuter. Elle était adoratrice de Son bourreau, abattue par ces paradoxes qui les étreignaient au cours de leur vie d’immortels. Il la confrontait à ses états d’indécision, mettant un terme au peu de tranquillité d’esprit qu’il aurait pu engendrer chez elle. L’antidote redevenait nocif, semblable à un poison parfois guérisseur s’infiltrant dans ses veines. Elle ne pouvait emprunter que des chemins poussiéreux, se fracasser le crâne contre le bitume, affronter des obstacles sans savoir où cette lutte la mènerait. Diable qu’elle aurait désiré s’enfuir, succomber face à la rêverie. Néanmoins, elle savait au fond d’elle qu’il trouverait le moyen de s’immiscer dans cette réalité façonnée par son esprit. Paupières fermées, son âme continuerait à la capturer, insatiable. Souhaits qui demeureraient inavoués. Il aurait probablement perçu une soif d’abandon. Elle associait ses réactions au fonctionnement de ses mécanismes de défense, se battant incessamment pour sa survie. Egocentrisme insupportable qu’elle savait existant. Celui qui la conduisait parfois à incarner la pourriture qui piétinait les objets d’amour. Thunder fut détourné de son attention, comme si les excès et les fautes commises disparaissaient. Demeurait seulement Jezabel, le Joyau persécuteur. La froideur fut déversée. Scènes qu’elle imaginait qui représentaient ses pires fardeaux, celles de leurs langues entremêlées, tisons qu’elle était désireuse de massacrer. Dégoût qui s’afficha sur son visage, symbole de ses insomnies et des tortures psychiques infligées. Plaies invisibles, aiguilles s’enfonçant brutalement dans sa chaire. Elle ne lui avait demandé qu’une chose, c’était une anesthésie définitive. Sa promesse ne tenait qu’à un fil. Ils s’asphyxiaient de par ces reproches incessants et cette passion dévorante. Ses mots continuaient de lapider ses tympans, alors que la curiosité la conduisait une nouvelle fois à sa perte, ayant soif de compréhension les concernant. Il les aurait associées. Connexion qui lui apparaissait comme nuisible, alors qu’elle avait la sensation de perdre son unicité et d’apercevoir un tiers s’immiscer entre eux. Elle. Le joyau adoré qu’elle torturait lorsqu’il s’agissait de Lui. L’Unique qu’elle maltraitait lorsqu’il s’agissait d’Elle. Pulsions assassines qu’Ils engendraient, méritant un châtiment de taille. Quel était le remède ? Il la confrontait à ses tendances abominables de fugitive. Sa ressemblance avec sa défunte mère devenait encore plus frappante, la souffrance déchirant sa poitrine, la honte la faisant presque capituler. Fort heureusement, la monstruosité domina. Il était hors de question de lui montrer les Failles avec plus de clarté. Condamnations prononcées à haute voix. Ton amère. Elle opta pour une phrase tranchante et catégorique. Prunelles qui s’attardèrent sur le sol, les trahisons imposant cette distance foudroyante.

« J’ai au moins le mérite d’avoir épargné ta famille »

Pourtant, à la formulation de ce dernier mot, les battements de son cœur vinrent heurter contre les parois de sa poitrine, ce mécanisme devenant machinal. Elle imagina Ses azurs la contempler, des boucles brunes chatouiller ses épaules. Elle entendit ses murmures, ses cris stridents provoqués par une douleur lancinante, alors qu’un poignard fut enfoncé dans ses chaires. Le poignard qu’elle avait elle-même saisit. Fillette animée qui revenait la hanter. Leur sang. Le fruit de cette fusion persistante qu’elle avait broyé à des fins protectrices, faisant appel à Duncan. Regrets amères qui provoquèrent sa déchéance. Ces instincts maternels ne l’avaient jamais réellement quittée. Un sentiment d’effroi s’empara d’elle alors que les flashs de ces scènes sanglantes l’assaillirent de parts et d’autres. L’égocentrisme fut chassé par une culpabilité ardente. Elle était coupable. Le manque se fit sentir au niveau de son abdomen. Il se détacha d’elle, distant, fuyant, comme s’il parvenait à accéder à ses pensées les plus intimes, ayant attrait à cet enfant. Absence qu’elle ne toléra pas, ses doigts venant s’échouer contre ses joues. Elans de tendresse destinés à chasser ces pulsions assassines ainsi que ces scènes désastreuses. Une partie d’elle était désireuse d’accéder à Son pardon, souhaitant inexorablement se fondre en Lui. Secrets qu’elle partagea avec Lui, ceux qui concernèrent la présence éventuelle de Grace.

« Je l’ai fait pour toi ! Ne comprends-tu pas de quoi il s’agit ? »

A ce moment là, c’était comme si Tara et Grace fusionnaient, formant ainsi une seule et unique personne. Ses pupilles cherchèrent les siennes, en quête d’une guérison peut être inaccessible. Elle n’était plus capable de saisir son langage, son esprit vagabondant en vue de trouver une signification. Leur proximité lui manquait, alors qu’elle avait l’impression de regagner l’Antre de Satan et de se situer face à son double machiavélique, dénué de nuances. Les révélations semblaient trop récentes, amères et la moindre parcelle de son organisme s’enflammait, si bien qu’elle avait la sensation de suffoquer, prête à agoniser d’une seconde à l’autre. Elle ne connaissait plus ces deux êtres qui avaient vécu ensemble durant plusieurs décennies. Néanmoins, elle était persuadée que les conséquences de cette association seraient nocives. Elle en mourrait. Méfiance défaillante qui l’emprisonna, manquant de trancher ses veines alors qu’elle lisait chez lui une hésitation meurtrière significative. Sa peau fut marquée au fer rouge. Oublier, fuir ou supplier qu’il mette fin à cette torture, tels étaient ses souhaits en son fort intérieur. Pourtant, la voix démoniaque lui dictait de ne pas s’abaisser à lui faire de pareilles demandes. Elle prit une profonde inspiration, confuse, alors qu’il l’encercla de ses bras, proche et si éloigné à la fois, un gouffre semblant se créer à chaque fois qu’il était question de Son joyau.

« Dois-je comprendre que ta loyauté est à vendre ? Je ne pensais pas que les petites sœurs t’excitaient autant. Je ne croyais pas que t’éloigner de sa couche serait aussi ardu. Je ne sais pas si je dois acheter ou te demander de ne plus revenir pour t’éviter de pareils sacrifices. Qu’en penses-tu ? »

Lâcha t-elle avec une assurance feinte, alors que sa chaire se mit symboliquement à flamber, ces images obsédantes et répugnantes de leurs lèvres et leur corps collés inondant ses iris. Elle fit quelques pas en arrière, cherchant à s’éloigner du Bourreau, des révélations et de son odeur causant sa perte et son addiction. Elle perdit la raison, ne se situant pas dans une logique de savoirs, la confiance continuant de s’évaporer, ravageant la spiritualité. Alors que l’influence de son ressenti à l’égard de la cadette s’intensifiait, elle devenait indomptable, constamment sur ses gardes.

« Qu’est-ce que tu attends pour te venger ? Je suis curieuse de savoir comment tout cela va finir. Viens vérifier si ma loyauté est gratuite. Ou plutôt mérite-la ! »

Lui lança t-elle avec pour objectif de le mettre au défi, la foudre représentant le témoignage d’une douleur et d’une crainte sous jacente. Peur effrénée d’une trahison ultime à venir. Elle lâcha un supplice sourd, lui demandant implicitement de faire resurgir la confiance, la bête étant prête à se servir de ses crocs si nécessaire, Grace ayant le pouvoir de s’adoucir si cela lui permettrait d’accéder à l’oubli, de mettre un terme à ces tensions qui emplissaient ses muscles. « Reste » , lui souffla t-elle. Ses membres furent ensorcelés par cette proximité désarmante, raffolant de ses baisers alors qu’elle s’empara de ses lèvres, ses doigts échouant au creux de ses reins. Paradoxes révoltants, douceur et férocité. Refus qu’Il s’en aille ou qu’il contribue à la création d’un gouffre infini. Refus qu’Il soit prêt à la faire payer pour cela. Ses paupières se refermèrent à nouveau, alors qu’elle réalisa à quel point son emprise la saisissait, tentant de lutter en vain. Ses soupirs furent les témoins d’une résignation démentielle. Elle exposa implicitement une loyauté qui aurait pu être sous jacente alors que la spiritualité causait sa défaite, maîtresse de ses sens.

« Alors je la mériterai à mon tour. »

_________________
    Sanguinary Diva ♔ Go and call the priest. So he can exorcize me. Be my ghoul tonight. And watch the blood as it drips from my finger tips !
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
http://devil-tears.forumactif.org/t3080-lockwood-addicted-traged
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël   

Revenir en haut Aller en bas
 

One more night to Live ♠ Tara & Nathanaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. Let's do some propaganda | PV Tara
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DEVIL'S TEARS .} :: The Third Chapter : Salvation :: 
Salvation City Center
 :: Space Dementia :: Appartement de Tara G. Lockwood
-